Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CELYAD

CYAD - BE0974260896 SRD PEA PEA-PME
8.450 € -1.17 %

Celyad : Plus bas historique pour la biotech belge Celyad après des données insuffisamment décisives

mardi 18 juin 2019 à 17h00
Plus bas historique pour la biotech belge Celyad

(BFM Bourse) - La biotech wallonne Celyad a touché un plus bas historique lundi après avoir fait le point sur les développements de son traitement de la leucémie myéloïde aiguë. Si Celyad estime que ces résultats "continuent de soutenir le développement clinique" de son produit candidat, le marché espérait visiblement mieux.

Le titre Celyad a été littéralement massacré lundi, à la Bourse de Paris, où il a finalement abandonné 29,5% à la clôture pour boucler à 11,84 euros, ce qui correspond à un plus historique pour la biotech belge cotée simultanément à Paris et Bruxelles depuis juillet 2013 et qui développe des thérapies cellulaires dans l'insuffisance cardiaque, la leucémie myéloïde aigüe (LMA) et le syndrome myélodysplasique (MDS). Ce plongeon est intervenu dans un volume d'échanges particulièrement nourri puisque plus de 2,5% du capital de la biotech wallonne a changé de mains, près de trente fois les volumes habituels.

Celyad a profité de sa présence au 24e congrès de l'Association européenne d'hématologie pour présenter une mise à jour des données cliniques du programme évaluant CYAD-01 (son produit candidat CAR-T, fabriqué à partir des lymphocytes T prélevés sur un donneur puis génétiquement reprogrammés pour reconnaître et attaquer les tumeurs) pour la leucémie myéloïde aiguë réfractaire et/ou récidivante (LMA r/r) et le syndrome myélodysplasique (MDS).

L'entreprise brabançonne a fait savoir que les résultats obtenus jusqu'ici dans les premiers essais évaluant CYAD-01 en tant que traitement de ces deux formes de cancers du sang, justifiaient de poursuivre le développement clinique du traitement. Dans le détail, l'essai THINK qui étudie un cycle intensifié d'injections montre "une meilleure prise de greffe cellulaires que des injections bimensuelles de CYAD-01 sans pré-conditionnement".

Les premiers résultats issus de l'essai DEPLETHINK, lequel évalue l'effet d'une seule administration de CYAD-01 après une chimiothérapie de pré-conditionnement, ont de leur côté démontré "que le traitement était bien toléré avec une meilleure prise de greffe des cellules CAR-T dans le temps par rapport au segment de l'essai THINK d'augmentation de la dose avec un cycle de trois injections de CYAD-01".

Fait encourageant, selon le docteur Frédéric Lehmann, responsable du développement clinique et des affaires médicales de Celyad, le profil d’innocuité et de tolérabilité a également "été démontré au début du traitement intensifié où une augmentation de la persistance systémique des CAR-T est obtenue après la réduction de l’intervalle entre les infusions ou en combinaison avec une chimiothérapie de pré-conditionnement". "C'est pourquoi nous continuons de concentrer nos efforts sur l'augmentation de l'intensité du CYAD-01 afin de potentiellement accroître l'ampleur, la fréquence et la durée des réponses cliniques dans cette population de patients réfractaires" a-t-il conclu.

À première vue, les nouvelles semblent plutôt positives pour la biotech belge cotée à la fois sur le Nasdaq, Euronext Paris et Bruxelles. Du côté des analystes qui suivent le dossier, sept conseillent toujours d'acheter la valeur, contre un à "conserver". Comment expliquer, alors, le brusque plongeon du titre hier ?

"Le marché a surréagi"

Pour Soumit Roy, analyste chez la société de Bourse américaine Jones Trading qui maintient son conseil à l'achat avec un objectif de 60 dollars (sur l'ADS Celyad coté au Nasdaq) laissant entrevoir un potentiel de hausse de plus de 350% par rapport au cours actuel, "le marché a surréagi sur des données préliminaires et immatures". Il ajoute que d'autres données attendues dans le courant de l'année 2019 devraient permettre de mieux comprendre celles dévoilées hier". Les futures données comprendront en outre entre trois et six patients traités aux doses thérapeutiques alors que la plupart des patients des cohortes 10 et 11 l'ont été en dessous des doses thérapeutiques, précise le spécialiste du dossier. "Notre concentrons toujours notre attention sur l'essai DELETHINK pour le traitement de la LMA car nous pensons que la chimiothérapie de pré-conditionnement est nécessaire pour l'expansion adéquate des cellules CAR-T" ajoute Soumit Roy.

"Les résultats de la cohorte 11 (infusions plus dosées et plus fréquentes que pour la cohorte 10 mais pas de pré-conditionnement) pourraient in fine être applicables à des patients âgés et/ou très malades, la valorisation de Celyad est principalement basée sur une désignation large approuvée par les autorités de CYAD-01", le produit-candidat du groupe.

"Celyad va devoir lever des fonds dans les 6 à 12 mois"

Analyste chez Bryan Garnier, Gary Waanders juge également le plongeon (-30%) du titre Celyad "très inattendu", alors que les résultats cliniques dévoilés par la biotech n'avaient "rien de surprenant" et constituaient "plus une extension de ce qui avait été précédemment publié qu'autre chose". "Je suis donc dans l'incapacité d'expliquer ce net recul de l'action Celyad, d'autant que la société fonctionne fondamentalement comme prévu avec de fortes activités de développement technologique et des développements de produits cliniques solides" poursuit le spécialiste de la biotech. Selon lui, "le principal point négatif est que Celyad va de nouveau devoir lever des fonds dans les 6 à 12 mois". Tout ce qu'il y a de plus normal pour une biotech dont les besoins de financements sont permanents tant que les produits-candidats ne reçoivent pas d'autorisation de mise sur le marché. "Ce n'est donc pas une raison pour expliquer la violente chute du jour" conclut Gary Waanders.

75% des patients ont développé un syndrome clinique léger

Raju Prasad, qui suit le dossier pour le courtier américain William Blair ne s'explique pas non plus ce repli d'envergure, car "les données présentées semblent encourageantes", mais tente tout de même d'avancer un argument. Pour lui, "cela pourrait être dû à une certaine déception sur le syndrome de libération de cytokines". Il s'agit d'une sorte d'état grippal, relativement léger et limité dans le temps, attribué à la libération de cytokines (substances élaborées par de très nombreuses cellules, servant de messagers intercellulaires) par les lymphocytes ou les monocytes activés, observable en début de chimiothérapie. Or "trois des quatre patients de la cohorte 10 évaluables pour l’innocuité du traitement ont eu un CRS de grade 1 à 2 ", toutefois rapidement résorbé, indique le communiqué de Celyad.

Mardi, le titre Celyad rebondit très légèrement (+1,35% à 12 euros) peu avant 17h, sous-performant un marché parisien en très nette hausse (+2,2% pour le CAC). Comme lundi, les volumes échanges sont particulièrement nourris et dépassent nettement les 2% du tour de table. À noter que le titre a tout de même tenté un rebond en début de matinée, s'affichant en hausse de près de 8% peu après l'ouverture des échanges.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CELYAD en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat