Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CARREFOUR

CA - FR0000120172 SRD PEA PEA-PME
16.715 € -0.30 % Temps réel Euronext Paris

Carrefour : Le Brésil porte les résultats de Carrefour, qui accélère ses réductions de coûts

jeudi 28 février 2019 à 16h50
Carrefour avance en Bourse après sa publication de résultats annuels

(BFM Bourse) - Le groupe de distribution français a légèrement creusé sa perte nette en 2018 son résultat opérationnel a progressé en données constantes. Carrefour relève par ailleurs les objectifs d'économies de son plan de transformation 2022, une ambition récompensée par le marché.

Carrefour va mieux. Après un exercice 2017 plombé par des charges exceptionnelles et des coûts de distribution en forte augmentation qui avaient provoqué une perte nette supérieure à 500 millions d'euros et une chute de plus de 17% de son résultat opérationnel courant (ROC), le premier distributeur européen a redressé la barre en 2018, tiré par ses performances au Brésil alors que les hypermarchés français sont toujours à la peine.

Le groupe dirigé par Alexandre Bompard a fait part, jeudi matin, de "résultats 2018 satisfaisants, en ligne avec le plan" selon les termes du communiqué publié par le groupe avant Bourse. Sur l'exercice écoulé, Carrefour enregistre une croissance de son chiffre d’affaires de 1,4% à 84,9 milliards d'euros en données comparables (à changes constants et après application de la norme IAS 29 relative aux performances réalisées dans les économies hyper-inflationnistes) en accélération sur le second semestre (+2% contre +0,7% seulement au premier). "Après prise en compte d’un effet de change défavorable de -5,3%, principalement dû à la dépréciation du real brésilien et du peso argentin, la variation totale du chiffre d’affaires à changes courants s’élève à -2,8%".

Porté par la filiale brésilienne du groupe, le ROC progresse de nouveau

Après avoir lourdement chuté en 2017, le résultat opérationnel courant (ROC) -indicateur clef du secteur de la grande distribution- du groupe a de nouveau progressé de 4,6% sur l'exercice écoulé à taux de change constants (-3,4% en données publiées). Avant l'application de la norme IAS 29, celui-ci s'est établi à 1,938 milliard d'euros, en hausse de 93 millions d'euros à taux de changes constants par rapport au ROC publié de 2017, avec un effet de change négatif de -161 millions d'euros, principalement dû à la dépréciation du réal brésilien.

Cette progression du bénéfice opérationnel courant du groupe est principalement à mettre à l'actif de "la forte dynamique commerciale" de sa filiale brésilienne Atacadão. "En Amérique Latine, le résultat opérationnel courant progresse à 800 millions d'euros (post IAS 29), soit une marge opérationnelle en amélioration de 120 points de base (ou 1,2%) à 5,7% sur l'exercice écoulé. Au Brésil, où Carrefour profite d'un retour de l'inflation sur les produits alimentaires et des performances de ses formats de semi-gros, "la marge opérationnelle progresse fortement sur l’année" indique le communiqué, sans donner de chiffres.

Les bonnes performances enregistrées dans cette partie du globe compensent celles réalisées dans l'Hexagone, où le résultat opérationnel a chuté de 33% à 466 millions d'euros, pour une marge en retrait de 0,6% à 1,3%. Pour justifier le recul de son bénéfice opérationnel en France, le groupe met en avant l'impact du mouvement des "gilets jaunes" au cours du quatrième trimestre ainsi que l'intensité de la concurrence et les investissements consentis par le groupe dans la compétitivité et le développement de ses plateformes de préparation de commandes.

Carrefour a par ailleurs légèrement aggravé sa perte nette en 2018 à 561 millions d'euros (depuis 531 millions d'euros en 2017), à cause d'une perte nette des activités abandonnées (celle des magasins Dia, sortis du périmètre du groupe et qui ont dû fermer faute de repreneurs.

Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice net du groupe installé à Boulogne-Billancourt aurait atteint 802 millions d'euros, en hausse de 3,75% sur un an et supérieur au consensus des analystes.

"Carrefour va mieux, beaucoup mieux"

Interrogé jeudi matin sur RTL, le patron du groupe, Alexandre Bompard, s'est réjoui de ces résultats "à la fois solides et encourageants". Pour le dirigeant, qui a rappelé que le groupe avait passé une "année très dense" à se transformer pour s'adapter "aux exigences des clients" en termes de prix, de qualité alimentaire et de services, "Carrefour va mieux, beaucoup mieux". "On devance même un certain nombre de nos objectifs", a-t-il ajouté, faisant part de sa confiance dans la pertinence de son plan de transformation stratégique baptisé "Carrefour 2022" lancé en janvier 2018.

Carrefour avait alors entrepris de réduire ses coûts dans l’ensemble des pays où il est implanté et, dans cette optique, le distributeur annonce avoir déjà réalisé 1,05 milliard d'euros d'économies. Une dynamique solide qui lui permet de "porter l'ambition de baisse des coûts à 2,8 milliards d'euros en année pleine à horizon 2020" (contre une réduction de 2 milliards d'euros initialement prévu, soit une augmentation de 40%).

"Nous poursuivons l’amélioration de notre efficacité opérationnelle et, pour Carrefour, 2019 sera donc une année d'approfondissement des initiatives du plan 2022" indique Alexandre Bompard, cité dans le communiqué. Et après les économies liées à des suppressions d'effectifs (en France, en Belgique ou en Argentine) et la cession des ex-magasins Dia déficitaires, Carrefour va désormais se concentrer sur les effets de son alliance dans les achats avec Tesco et Système U, attendus à partir de 2019.

Le titre progresse

Très surveillées par les investisseurs, les économies doivent permettre de baisser les prix, notamment en France où la concurrence est de plus en plus féroce -où le rouleau compresseur Amazon en train de devenir un acteur fort de la distribution- tout en préservant ses marges. Jugés encourageants par le marché, les chiffres publiés par Carrefour jeudi matin ont été bien accueillis puisque le titre du distributeur avance de 2,1% à 17,92 euros, ce qui porte sa hausse à plus de 22% depuis le 1er janvier 2019. Ce rebond intervient néanmoins après une chute de près de 20% en 2018 et la performance boursière du groupe depuis qu'Alexandre Bompard est à sa tête, reste négative (-18%).

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CARREFOUR en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+290.80 % vs +12.26 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat