Bourse > Carrefour > Carrefour : L'offre sans prime de carrefour sur guyenne et gascogne surprend
CARREFOURCARREFOUR CA - FR0000120172CA - FR0000120172
20.575 € -0.77 % Temps réel Euronext Paris
20.750 €Ouverture : -0.84 %Perf Ouverture : 20.910 €+ Haut : 20.540 €+ Bas :
20.735 €Clôture veille : 3 518 300Volume : +0.45 %Capi échangé : 15 939 M€Capi. :

Carrefour : L'offre sans prime de carrefour sur guyenne et gascogne surprend

L'offre sans prime de carrefour sur guyenne et gascogne surprendL'offre sans prime de carrefour sur guyenne et gascogne surprend

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'offre de rachat lancée par Carrefour sur Guyenne et Gascogne n'offre qu'une prime symbolique aux actionnaires de son franchisé et témoigne des tensions existantes sur le bilan du distributeur, estiment des analystes.

Carrefour a dévoilé lundi soir les modalités d'une offre attendue et déjà acceptée par une majorité d'actionnaires, mais dont les termes ont surpris.

Le distributeur ne pouvait guère se permettre de perdre un nouveau franchisé de la taille de Guyenne et Gascogne (après Coop Atlantique, passé chez Système U), alors qu'il bataille pour enrayer ses pertes de parts de marché en France.

Entre 76,5 euros (pour l'offre publique d'échange et un dividende de 7,0 euros) et 81,25 euros (avec l'offre en numéraire, dividende compris), le niveau de prix s'inscrit nettement en dessous des 100 euros attendus par certains analystes.

En cash, Carrefour propose une prime symbolique de 1% par rapport à la moyenne du cours de Bourse de Guyenne et Gascogne (80,40 euros) pendant le mois qui a précédé les rumeurs de son rachat.

"Les termes de l'offre sont décevants. Ils affichent une décote de 40% sur notre ANR (Actif net réévalué)", indique un analyste.

Logiquement, le titre Guyenne et Gascogne s'est aligné sur le niveau de l'offre en numéraire. Il perdait 6,5% à 81,90 euros vers 14h30, tandis que Carrefour prenait 0,2% à 17,86 euros.

La part de l'OPE étant limitée à 75% des titres, la dilution maximum serait minime (3%) pour Carrefour.

Le président de Guyenne et Gascogne, Bertrand de Montesquiou, a dit "comprendre la surprise" des analystes, lors d'une conférence téléphonique, estimant qu'il fallait "tenir compte d'une conjoncture difficile et qui s'annonce encore plus difficile l'an prochain". Il a également justifié le niveau de l'offre par la faible liquidité du titre Guyenne et Gascogne et la généreuse politique de dividende du groupe.

CONFIANCE DANS LE REDRESSEMENT DU TITRE

Si l'engagement de la famille Beau (21,3% du capital) en faveur de l'offre d'échange peut s'expliquer par des relations très anciennes avec Carrefour, celui du fonds First Eagle (21%) paraît plus surprenant.

"Le fonds est depuis très longtemps actionnaire de la société et considère que le cours de l'action Carrefour constitue un bon point d'entrée. Il joue le rebond", remarque un analyste.

Après cinq avertissements sur résultats en un an, le titre Carrefour accuse une chute de 36% depuis douze mois, à comparer à une baisse de 13% pour l'indice européen de la distribution.

Si le prix d'acquisition semble donc favorable à Carrefour, le financement de l'offre témoigne, selon plusieurs analystes, des tensions existant sur le bilan du distributeur.

Carrefour va en effet financer une partie de ce rachat avec la cession, pour 153 millions d'euros, de sa participation dans un autre franchisé, Altis, co-détenu avec l'espagnol Eroski.

Altis, qui exploite six hypermarchés, 10 supermarchés et quatre magasins de hard discount dans le sud-ouest de la France pour un chiffre d'affaires de 499 millions d'euros, va être racheté par Intermarché.

"Carrefour vend un franchisé pour en acheter un autre, ce qui vient un peu plus mettre en lumière la faiblesse de son bilan", soulignent les analystes de Bernstein.

Un autre analyste qui a souhaité garder l'anonymat estime lui aussi que "cet arbitrage montre à quel point la situation financière du groupe est tendue".

"Les marché obligataires l'ont déjà intégré, mais il ne nous semble pas très subtil de le crier sur les toits, surtout à l'adresse des concurrents", ajoute-t-il.

L'agence Standard & Poor's a abaissé à "négative" sa perspective sur la note de crédit du groupe (BBB+), invoquant l'érosion de ses résultats et de ses parts de marché en France.

UNE CONTRE-OFFRE PEU PROBABLE

La dette nette de Carrefour est estimée à plus de 7,5 milliards d'euros, alors que le distributeur pourrait dégager cette année un cash-flow opérationnel négatif.

In fine, pour Carrefour, cette opération ne change pas fondamentalement la donne, qui reste celle de son positionnement prix et de ses pertes de parts de marché dans un environnement macroéconomique très dégradé en Europe, notent les analystes de la banque Espirito Santo.

Le président de Guyenne et Gascogne n'a pas souhaité donner de précisions sur l'exercice 2011, mais a déclaré que la baisse de la consommation observée au troisième trimestre, surtout dans le non alimentaire des grands hypermarchés, s'était "prolongée en octobre et novembre".

"Le mois de décembre apparaît plus satisfaisant, avec les achats de Noël", a-t-il ajouté

La probabilité d'une contre-offre, qui ne peut être totalement exclue, semble cependant faible étant donné l'adhésion des principaux actionnaires de Guyenne et Gascogne, (57% du capital) à l'opération.

Les liens existants entre Carrefour et son franchisé dans Sogara, une coentreprise exploitant 13 hypermarchés et possédant 8,32% de la filiale espagnole de Carrefour, rend aussi une telle option relativement complexe.

Guyenne et Gascogne a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 604 millions d'euros, Sogara des ventes de 1,6 milliard.

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI