Bourse > Carrefour > Carrefour : Carrefour confirme l'ipo de property, sans calendrier
CARREFOURCARREFOUR CA - FR0000120172CA - FR0000120172
21.395 € +2.76 % Temps réel Euronext Paris
21.860 €Ouverture : -2.13 %Perf Ouverture : 21.910 €+ Haut : 21.330 €+ Bas :
20.820 €Clôture veille : 5 485 370Volume : +0.73 %Capi échangé : 16 180 M€Capi. :

Carrefour : Carrefour confirme l'ipo de property, sans calendrier

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Carrefour a réaffirmé mardi son intention d'introduire en Bourse ses actifs immobiliers (Carrefour Property) et a confirmé ses objectifs financiers de court et long terme malgré un environnement toujours difficile en France et en Europe.

A l'occasion d'une journée de présentation de Dia et Carrefour Property aux investisseurs, le numéro deux mondial de la distribution derrière l'américain Wal-Mart a réaffirmé pouvoir faire progresser ses résultats en 2011.

Sans toutefois préciser l'ampleur de la hausse attendue, Carrefour s'est dit confiant grâce à la croissance "soutenue" des pays émergents et au déploiement de ses "Carrefour Planet".

Le groupe avait justifié début mai l'éviction de son directeur exécutif pour la France par des performances décevantes dans ce pays-clé qui compte pour plus de 40% de son chiffre d'affaires mais où il perd des parts de marché.

Pressé de questions sur l'évolution prévue des performances en France, le directeur général a simplement assuré que Carrefour "serait en mesure de redynamiser ses affaires".

"La France est la priorité absolue", a martelé Lars Olofsson, qui a pris provisoirement les rênes des activités françaises après le limogeage surprise de James McCann.

Il a également assuré que Carrefour préserverait sa compétitivité sur les prix, alors que le distributeur a relevé ses tarifs d'environ 2% en mars et que certains grands concurrents comme Intermarché et Auchan n'ont pas suivi, faisant dire à un trader qu'une nouvelle guerre des prix, redoutable pour les marges, n'était pas exclue.

RÉVISION POSSIBLE DU CONSENSUS

Face aux pressions possibles sur les marges en France et faute d'éléments nouveaux sur Planet, des analystes estiment que le consensus 2011 pourrait encore être ajusté à la baisse.

"Le premier semestre va être très difficile, l'opérationnel pourrait reculer. Pour 2011, le consensus risque encore de baisser", commente l'un d'eux sous couvert d'anonymat.

Les analystes ont révisé en baisse, début mai, leurs prévisions de croissance du résultat opérationnel du groupe, tablant aujourd'hui, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, sur environ 3,15 milliards d'euros après 3,0 milliards en 2010.

Carrefour a fait de son nouveau concept d'hypermarchés la pierre angulaire du redressement de la rentabilité de ses hypermarchés et de sa reconquête en France comme en Europe.

L'activité "commence à donner des signes d'amélioration en Europe", s'est borné à déclarer Lars Olofsson.

Il s'est aussi dit "très optimiste" dans le succès de Planet et a assuré que son déploiement se déroulait comme prévu.

A plus long terme, Carrefour estime que ses objectifs fixés à l'horizon 2013 seront tenus, à condition que son plan de redressement se déroule comme prévu.

Le groupe s'est engagé dans un vaste plan de restructuration à trois ans visant à corriger sa sous-performance en Europe de l'ouest, complété par le lancement, en septembre dernier, de son nouveau concept d'hypermarchés.

RATTRAPER LE RETARD SUR LE "DRIVE"

Lars Olofsson a également déclaré, sans plus de précision, que Carrefour rattraperait son retard sur le développement du "Drive". Ce nouveau format de distribution, déjà largement déployé par des concurrents comme Auchan et qui remporte un très grand succès auprès des consommateurs, consiste à commander sur internet avant de prendre livraison de la marchandise dans des entrepôts avec sa propre voiture.

Le groupe a estimé à plus de 4,0 milliards d'euros (dont 800 millions d'euros de dettes) la valorisation de Dia, sa filiale de hard discount qu'il compte mettre en Bourse début juillet, et Lars Olofsson a dit être "tout à fait confiant" dans l'approbation du projet par les actionnaires lors de l'assemblée générale prévue le 21 juin.

Le groupe a également confirmé son projet de cotation de 25% de Carrefour Property, sans donner d'indication de calendrier. Après l'annonce du report de ce projet, début mai, certains analystes avaient estimé que Carrefour pouvait y avoir définitivement renoncé.

SEULEMENT DES MARQUES D'INTÉRÊT POUR DIA

S'il a cristallisé moins de critiques que le projet Carrefour Property, la scission de Dia n'emporte pas pour autant l'adhésion de tous les analystes, certains s'interrogeant sur le bien-fondé de se séparer d'une activité promise à une forte croissance dans les pays émergents.

Confirmant des informations de Reuters, Lars Olofsson a indiqué que Dia avait bien fait l'objet de "marques d'intérêt" de la part de fonds d'investissement, tout en ajoutant que "ce n'était pas allé au-delà".

La stratégie de scission de Property et de Dia, poussée par les deux grands actionnaires de Carrefour, les fonds Colony Capital et Groupe Arnault, ne fait pas l'unanimité et a provoqué le départ de Jean-Martin Folz du conseil d'administration.

Colony et Groupe Arnault, la holding d'investissement du PDG de LVMH Bernard Arnault, détiennent 14% du capital et 20% des droits de vote de Carrefour. Entrés chez Carrefour en 2007 pour un prix moyen d'acquisition estimé à environ 50 euros, ils accusent une moins-value d'environ 2,2 milliards d'euros, le cours de Carrefour oscillant actuellement autour de 30 euros.

A la Bourse de Paris, le titre Carrefour a surperformé l'indice CAC 40, clôturant en hausse de 0,43% à 30,395 euros grâce à des achats à bon compte après une chute de près de 20% depuis la dernière réunion d'investisseurs, le 20 septembre 2010.

Avec Cyril Altmeyer, Raoul Sachs et Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...