Bourse > Bollore > Bollore : L'attribution d'autolib' contestée en justice
BOLLOREBOLLORE BOL - FR0000039299BOL - FR0000039299
3.939 € +0.03 % Temps réel Euronext Paris
3.944 €Ouverture : -0.13 %Perf Ouverture : 3.950 €+ Haut : 3.931 €+ Bas :
3.938 €Clôture veille : 125 924Volume : +0.00 %Capi échangé : 11 494 M€Capi. :

Bollore : L'attribution d'autolib' contestée en justice

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'Union des loueurs professionnels de véhicules, l'Ulpro, annonce sur son site Internet qu'elle a décidé d'attaquer en justice l'attribution de l'appel d'offres du service Autolib par la ville de Paris. On avait appris, mi-décembre 2010, que le groupe Bolloré l'avait remporté. Le motif invoqué est, en substance, la concurrence déloyale.

Des sociétés comme Europcar et Ada France sont membres de l'Ulpro.

'Avec l'annonce du déploiement de pas moins de 800 agents d'accueil dans Paris et une trentaine de communes limitrophes, nous sommes loin de l'idée initiale d'un Autolib' en libre service', vitupère le syndicat professionnel. En outre, 1.000 agences de locations de véhicules à courte durée seraient créés sur Paris et la banlieue. Selon l'Ulpro, l'utilisateur d'Autolib devra passer devant un agent pour prendre puis et rendre son véhicule : la différence avec l'activité de loueur sera donc 'ténue'.

Le syndicat conteste aussi que le bénéficiaire de la délégation de service public Autoli'b 'a obtenu 50 millions d'euros de la part de l'Etat français et 130 millions de la part de la Banque Européenne d'Investissement', quand les loueurs, eux, ne reçoivent rien.

De plus, le prix de revient de la voie publique pour les stationnements d'Autolib' sera de 750 euros par place et par an, ce qui est jugé 'dérisoire' pour l'Ulpro.

Enfin, toujours selon l'Ulpro, “Autolib' (...) fournira un service que le secteur privé fournit déjà, à un tarif généralement inférieur, ou s'apprête à fournir, dès que les véhicules électriques seront prêts chez les constructeurs. De plus, le délégataire d'Autolib' [le groupe Bolloré] n'est pas aujourd'hui en mesure de fournir son véhicule, puisque l'usine de batteries n'existe pas encore et l'usine d'assemblage n'est pas connue. Les loueurs, eux, sont en mesure de proposer des solutions de véhicules propres déjà industrialisées”.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI