Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

APPLE

AAPL - US0378331005 SRD PEA PEA-PME
- -

Apple : Avec l'envolée des GAFAM, jamais 5 valeurs n'avaient autant pesé dans le S&P depuis 1965

samedi 18 juillet 2020 à 10h00
Les GAFAM pèsent 25% du S&P

(BFM Bourse) - Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) pèsent désormais 25% de l'ensemble du S&P 500, après avoir vu leur capitalisation boursière être multipliée par deux en 18 mois, pour atteindre plus de 6.500 milliards de dollars. Cela fait plus de 55 ans que l'indice élargi n'avait pas connu pareille concentration.

Les chiffres sont à peine croyables. En 18 mois, entre le 1er janvier 2019 et le 11 juillet 2020, la valorisation boursière des 5 géants technologiques connus sous l'acronyme GAFAM a bondi de 3.262 à 6.524 milliards de dollars, avec des performances spectaculaires (+43% pour Google, +85% pour Facebook, +105% pour Amazon, +113% pour Microsoft et +146% pour Apple). Les 5 mastodontes ont ainsi tous atteint un sommet historique, Apple et Microsoft ayant même récemment franchi le seuil des 1.700 milliards de dollars.

Conséquence directe, le poids de ces 5 groupes au sein du S&P ne cesse de grossir. De 15% en janvier 2019, cette pondération a atteint 17,5% fin décembre 2019 puis 21,5% en avril dernier, comme le soulignait Bank of America. Une telle concentration, nettement supérieure à celle atteinte lors de la "bulle Internet" (18.5% avec Microsoft, General Electric, Cisco, Intel et Walmart) en 2000, constituait déjà un record depuis 1978. Un constat jugé "ahurissant" par John Plassard, directeur adjoint des investissements chez Mirabaud Securities dans sa note du 5 mai dernier.

"Ces 5 entreprises technologiques ont été les premières à profiter du plus long marché haussier de l'histoire de Wall Street (entre 2009 et 2020, NDLR), les investisseurs misant sur une croissance supérieure à leur pair et une part de marché dominante dans leurs secteurs respectifs" soulignait alors l'expert. Résultat, en 2019, Apple et Microsoft, ont respectivement bondi de 86% et 55%, représentant à eux deux près de 15% de la progression du S&P.

Surperformance des plus grosses capitalisations

Et les poids lourds du S&P continuent de nettement surperformer les plus petites capitalisations depuis le début de l'année, comme le montrent des données publiées mercredi 15 juillet par Ycharts. Ces dernières indiquent que les 10 plus grosses capitalisations du S&P 500 ont enregistré une progression moyenne de 9,6% depuis le 1er janvier, quand le top 50 ne grappille que 2,4% en moyenne, et que celles classées entre la 51e et la 100e place en termes de valorisation boursière ont chuté de 5,7% en moyenne. À noter que les 50 plus petites "market cap" du S&P lâchent plus de 38%, en moyenne, sur la même période.

La performance moyenne des 10 plus grosses capitalisations du S&P est en outre tirée par les GAFAM (+61% pour Amazon, +31% pour Apple, +28% pour Microsoft), les autres géants de la cote américaine enregistrant des performances plus contrastées (+2% pour Johnson & Johnson, -15% pour Berkshire Hathaway ou encore +0,3% pour Procter & Gamble).

Résultat, le poids des GAFAM au sein du S&P 500 (qui compte en réalité 505 titres) ne cesse de croître, celui-ci ayant atteint 24,5% lundi 13 juillet, selon des données de Jim Bianco, fondateur du cabinet d'études Bianco Research. À eux trois, Apple, Amazon et Microsoft pesaient alors 18,05% du S&P, soit plus que les 5 GAFAM fin décembre dernier. "Les 20 plus grosses "market cap" représentent 40% du S&P 500" ajoutait John Bianco, soulignant qu'il s'agissait du marché "le plus concentré depuis plus de 50 ans".

"La plus grande expansion de capitalisation boursière de l'histoire"

Mercredi 15 juillet, les GAFAM ont même dépassé le seuil des 25% de la valorisation totale du S&P 500, à 25,33%, ce qui n'était plus arrivé depuis 1965 (quand GM, GE, Exxon, Ford et Chrysler "pesaient" 25,1% du S&P 500).

Inédite, une telle concentration commence à soulever des interrogations. Dans un article publié sur son site NorthmanTrader.com, le stratégiste de marché Sven Henrich met en garde: "Mes amis, nous assistons à la plus grande expansion de capitalisation boursière de l'histoire de l'humanité, faisant passer l'an 2000 pour un jeu d'enfant. La combinaison des montagnes de liquidités injectées par les banques centrales sur les marchés, des mécanismes d'allocation automatique des ETF et des fonds victimes du phénomène FOMO (pour "Fear of missing out", qu'on peut traduire par "Peur de rater le bon wagon") qui chassent ces cinq titres semble contribuer à la plus grande bulle de l'histoire en matière de capitalisation boursière".

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur APPLE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+308.30 % vs +1.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat