Bourse > Alstom > Alstom : Siemens privilégie la croissance organique et le long terme
ALSTOMALSTOM ALO - FR0010220475ALO - FR0010220475
29.190 € +2.24 % Temps réel Euronext Paris
28.605 €Ouverture : +2.05 %Perf Ouverture : 29.195 €+ Haut : 28.470 €+ Bas :
28.550 €Clôture veille : 569 973Volume : +0.26 %Capi échangé : 6 413 M€Capi. :

Alstom : Siemens privilégie la croissance organique et le long terme

Siemens privilégie la croissance organique et le long termeSiemens privilégie la croissance organique et le long terme

FRANCFORT (Reuters) - Siemens va donner la priorité à sa croissance interne et à ses activités à forte rentabilité plutôt qu'à la recherche d'éventuelles acquisitions, a promis mardi le président du directoire du géant industriel allemand.

"J'envisage une croissance qui soit essentiellement organique plutôt qu'externe", a dit Joe Kaeser en détaillant sa stratégie lors d'une journée investisseurs.

"Nous n'allons pas dépenser notre argent de manière trop agressive dans des fusions-acquisitions", a-t-il ajouté.

Après avoir pris les commandes de Siemens lors d'une révolution de palais en 2013, Joe Kaeser a dévoilé en mai un plan stratégique baptisé "Vision 2020" destiné à simplifier la structure du groupe et à combler l'écart avec ses concurrents plus rentables tels que le suisse ABB et l'américain General Electric.

Pour Joe Kaeser, le changement dans la culture d'entreprise de Siemens doit se traduire par une attention plus grande portée à la réussite à long terme plutôt que sur des impératifs de croissance du chiffre d'affaires à court terme.

En septembre, il s'est décidé à acquérir le fabricant américain d'équipements pétroliers Dresser-Rand pour 7,6 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros de l'époque), soit une somme jugée relativement élevée pour permettre à Siemens de renforcer sa présence sur le secteur du schiste aux Etats-Unis.

Joe Kaeser a déclaré qu'il n'envisageait pas de revenir sur cette acquisition malgré la chute prononcée des cours du pétrole.

Le rachat de Dresser-Rand est intervenu après la défaite de Siemens en juin face à GE dans la bataille pour la reprise de la branche énergie du français Alstom.

Sur les trois prochaines années, Joe Kaeser compte obtenir des activités peu rentables de Siemens qu'elles améliorent leurs résultats. Sinon, le groupe s'en séparera. Il veut aussi renforcer la recherche-développement et s'appuyer sur les activités industrielles existantes de Siemens pour remporter des contrats de service lucratifs.

(Maria Sheahan; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...