Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIRBUS GROUP

AIR - NL0000235190 SRD PEA PEA-PME
60.020 € +0.62 % Temps réel Euronext Paris

Airbus group : Airbus devrait livrer moins d'avions A320 Neo que prévu en 2018

mercredi 31 octobre 2018 à 11h53
Le patron d'Airbus Tom Enders a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes

(BFM Bourse) - L'avionneur européen a annoncé un bénéfice net de 957 millions d'euros au troisième trimestre, plus que triplé par rapport à la même période l'année dernière. En revanche, Airbus a dû réviser en légère baisse son objectif de livraisons d'A320 Neo pour 2018. Le titre hésite.

Airbus Group vient d'annoncer, via un communiqué, des résultats trimestriels meilleurs que prévu. Avec un résultat net de 957 millions d'euros (en hausse de 212% sur un an), un Ebit (résultat avant intérêts et impôts) ajusté à 1,576 milliards d'euros (+141%) et un chiffre d'affaires de 15,451 milliards d'euros (+20%), le troisième trimestre 2018 de l'avionneur européen a été particulièrement fructueux.

Ces performances battent d'ailleurs le consensus réalisé, pour Reuters, par les analystes d'Inquiry Financial. Ces derniers anticipaient en effet un bénéfice net de 928 millions d'euros, un Ebit ajusté à 1,441 milliard d'euros et un chiffre d'affaires de 15,136 milliards d'euros.

"Les résultats des neuf premiers mois de l'année reflètent les bonnes performances de l'A350 et le profil des livraisons d'avions" se félicite ainsi le président exécutif d'Airbus, l'allemand Tom Enders. Sur 9 mois, le groupe affiche un chiffre d'affaires de 40,421 milliards d'euros (+6% sur un an), un Ebit ajusté de 2,738 milliards d'euros (+127%) et un bénéfice de 1,453 milliard d'euros (+4%).

Une réduction des livraisons d'A320

Le président exécutif d'Airbus reconnaît toutefois que "si le groupe a livré livré plus d'avions que l'année dernière à la même époque, il nous reste encore beaucoup à faire pour atteindre nos objectifs".

Harald Wilhelm, le directeur financier d'Airbus, a confié à demi-mots, lors de la conférence de presse de présentation des résultats, que le groupe avait dû réviser à la baisse son objectifs de livraisons d'A320 Neo pour 2018. En effet, si le constructeur prévoit toujours de livrer 800 avions commerciaux sur l'ensemble de l'année, ce chiffre inclut désormais 18 A220, le nouveau nom de l'ex-CSeries de Bombardier. Cela fait suite à la prise de participation majoritaire d'Airbus dans ce programme du groupe aéronautique canadien.

Autrement dit, le nombre d'avions livrés sur d'autres familles d'appareils devrait baisser. Une manière pour l'avionneur européen de réviser discrètement à la baisse ses objectifs de livraisons d'A320Neo. Des problèmes de production dans son usine d'Hambourg, en Allemagne, serait à l'origine de cette révision d'objectifs. La montée des cadences reste toutefois soutenue. Depuis janvier, 222 A320 Neo ont été livrés, contre 90 à la même époque l'an dernier.

"Des risques demeurent" sur l'A400M

Après d'importants surcoûts et charges (1,3 milliard d'euros en 2017, 2,2 milliards en 2016) qui avaient lourdement pesé sur les comptes pour ce programme, Airbus annonce, airbus.com/investors/financial-results-and-annual-reports.html">dans son communiqué, avoir "réalisé des progrès tangibles en ce qui concerne les capacités militaires et le plan de livraison et de 'rétrofit' (modernisation d'équipements existants)". Le groupe admet cependant que "des risques demeurent, notamment en ce qui concerne le développement des capacités techniques, la sécurisation de commandes suffisantes à l'export dans les temps, la fiabilité opérationnelle des avions, et tout particulièrement des moteurs, et la réduction des coûts par rapport au nouveau référentiel".

Équipé de quatre turbopropulseurs, cet avion militaire est conçu pour transporter jusqu'à 37 tonnes de matériel et réaliser l'ensemble des missions liées au transport. En février dernier, Airbus avait indiqué avoir signé une déclaration d'intention avec les États partenaires du programme (Allemagne, France, Royaume-Uni, Espagne, Turquie, Belgique, Luxembourg) qui définit les termes d'un avenant au contrat qui les lie et qui devait "être finalisé dans le courant de l'année". Depuis, Tom Enders a précisé que les discussions avec les pays clients sur cet avenant contractuel progressaient "un peu plus lentement que prévu".

Le titre hésitant

Avant fusions et acquisitions, l'entreprise prévoit toujours de réaliser un Ebit ajusté d'environ 5 milliards d'euros en 2018. Le constructeur prévoit également un flux de trésorerie disponible en recul par rapport aux 2,95 milliards d'euros de 2017 (avant fusions et acquisitions et financements-clients), en incluant notamment l'impact déjà anticipé d'environ 0,3 milliard de retards sur l'A220.

L'action du groupe Airbus réagit bien face à ses vents contraires -résultats supérieurs aux attentes et modification des objectifs- en prenant 2,16% à 95,93 euros sur les coups de 11h00. Après avoir ouvert en forte hausse (+3%), le titre avait effacé ses gain au cours de la première heure de cotation avant de repartir à la hausse. Depuis le 1er janvier, l'action Airbus s'adjuge plus de 15%.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIRBUS GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat