Bourse > Advenis > Advenis : 'notre modèle multi-canal nous rend sereins'
ADVENISADVENIS ADV - FR0004152874 ADV - FR0004152874   SRD PEA PEA-PME
1.860 € -3.12 % Temps réel Euronext Paris
1.860 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 1.860 €+ Haut : 1.860 €+ Bas :
1.920 €Clôture veille : 406Volume : +0.01 %Capi échangé : 15 M€Capi. :

Advenis : 'notre modèle multi-canal nous rend sereins'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Avenir Finance a fait état hier soir de résultats annuels 2007 en forte baisse. Cyril Lureau, le directeur général délégué du spécialiste de la conception et de la distribution de services financiers, explique à Cercle Finance la dynamique qui sous-tend ces résultats, tout en mettant en avant la force de la distribution multi-canal de son groupe.

Cercle Finance: Comment expliquez-vous le repli de votre résultat opérationnel en 2007?

Cyril Lureau: Le repli du résultat opérationnel 2007 s'explique par plusieurs facteurs. Tout d'abord par la baisse de notre chiffre d'affaires, qui est passé de 42,44 à 39,43 millions d'euros d'une année sur l'autre. Il a aussi pâti de l'augmentation des investissements, que nous avons poursuivis dans tous les métiers, mais également dans les fonctions support et la communication. La hausse des frais financiers sur stocks immobiliers, constitués pour répondre à une demande forte de nos partenaires grands comptes, a également joué. Enfin, nos résultats ont été pénalisés par un dernier facteur: la disparition des primes de surperformance dans le cadre de la gestion d'actifs, due à la forte baisse des marchés financiers.

CF: Quelle stratégie comptez-vous adopter afin de limiter l'impact de la crise de confiance qui secoue à l'heure actuelle les marchés financiers?

CL: Lorsque les marchés sont difficiles, la qualité de l'offre est absolument essentielle. Dans le contexte actuel, nous continuons évidemment à privilégier une offre de grande qualité dans tous les métiers du groupe. En ce qui concerne l'immobilier, l'emplacement en centre ville et la qualité architecturale de nos biens sont plus que jamais des atouts majeurs. Dans le domaine de la gestion d'actifs, le positionnement de notre société de gestion spécialisée dans la multigestion la protège des difficultés subies par les classes d'actifs les plus touchées aujourd'hui.

Quant à l'activité de conseil aux entreprises, elle va s'étendre au conseil et aux placements privés, notamment auprès de Family Offices. De plus, les opérations secondaires et les services aux émetteurs seront privilégiés. Dans le domaine du non coté, les conditions de marché sont rendus très favorables compte tenu de la loi Tépa: les investisseurs privés bénéficieront désormais de réductions d'ISF très importantes. Notre filiale, Avenir Finance Gestion, idéalement placée pour bénéficier de ce nouveau marché, a créé deux produits pour ses clients: un FIP, Auctalys Capital PME, donnant droit à 40% de réduction d'ISF à hauteur de 20.000 euros et un holding de participations donnant droit à une réduction d'ISF à hauteur de 50.000 euros.

Par ailleurs, la validation de notre distribution multi-canal et le développement de la force commerciale du groupe devraient nous permettre d'envisager avec sérénité les marchés financiers actuels.

CF: Vous évoquez dans votre communiqué les premières 'conséquences' de la crise du crédit sur l'activité immobilière. Que faut-il attendre de ce marché pour 2008?

CL: L'activité immobilière d'Avenir Finance a effectivement été affectée - de manière indirecte - au 4ème trimestre 2007 par les conséquences de la crise du marché du crédit. Mais nous nous sommes aujourd'hui adaptés à un allongement significatif du délai moyen d'obtention des prêts. En ce qui concerne l'évolution du marché de l'immobilier, nous n'avons pas de certitudes, mais je crois que la grande qualité des biens que nous proposons, le déficit important de l'offre par rapport à la demande d'une clientèle réelle et la force de notre distribution multi-canal nous permettent d'être correctement positionnés sur ce marché.

CF: Votre cours de Bourse a beaucoup souffert ces derniers mois de l'aggravation de la crise financière internationale. Pensez-vous que nous soyons arrivés à des niveaux plancher en terme de valorisation?

CL: Nous ne commentons jamais l'évolution de notre cours de Bourse. Toutefois, le niveau de nos fonds propres (qui s'élèvent à 24,2 millions d'euros), la pertinence de notre stratégie de distribution multi canal et la force de notre modèle économique offrent de grandes qualités que le marché devrait, nous l'espérons, valoriser à moyen ou long terme. A court terme, le cours pourrait subir effectivement des excès à la hausse ou à la baisse.

Copyright (c) 2008 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...