Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La dette grecque va-t-elle revenir en coeur de portefeuille des gérants ?

dimanche 7 juillet 2019 à 12h00
La dette grecque a encore un peu de chemin à faire avant de retrouve la catégorie IG

(BFM Bourse) - Le cours des obligations de la République hellénique a certes bien progressé ces derniers mois, mais son classement en dehors de la catégorie "Investment Grade" par les agences de notation limite son potentiel. L'accession à ce statut pourrait changer les choses, puisque les titres grecs seraient alors éligibles auprès de la BCE.

Depuis la fin, l'été dernier, du troisième des plans d'aide aussi stricts qu'impopulaires sous lesquels la Grèce vivait depuis 2010, et le retour à une croissance durable, la Grèce a pu s'adresser avec succès au marché obligataire. L'amélioration des fondamentaux du pays conjuguée à la quête de rendement des gérants a alimenté l'appétit des investisseurs, entraînant une compression des écarts de rendements, par rapport à l'Italie par exemple. Le rendement du dix ans grec, à 2,15% n'est ainsi plus si éloigné de celui du BTP italien de même échéance, qui s'affiche à 1,76%.

Selon une note des équipes de recherche macro-économie et taux de Barclays, l'amélioration de la notation de la dette grecque et la perspective d'une reprise du programme de rachats d'actifs (QE) de la Banque Centrale Européenne, clairement évoqué par Mario Draghi, pourraient profiter au cours des obligations grecques. Pour l'heure, les obligations hellènes sont à quatre crans de la catégorie "IG" ("Investment Grade") chez S&P et Moody's et à trois chez Fitch et DBRS. Reconquérir un statut d'investissement aux yeux d'une agence au moins permettrait aux banques grecques d'accéder aux opérations de refinancement de la BCE, et permettrait à la Banque centrale européenne d'inclure ces titres dans un nouveau programme de rachat. Les experts de la banque britannique calculent que dans ces circonstances, la BCE pourrait racheter environ 19% du montant de la dette négociable du pays... Mais trois agences sur quatre affichant une perspective "stable", l'atteinte de ce niveau IG semble peu probable avant la deuxième partie de 2020, au plus tôt, note Barclays.

Elections législatives en vue

En attendant, le bureau d'études pense que la dynamique fondamentalement positive à l'oeuvre pour l'économie grecque devrait se poursuivre et s'améliorer. Cette analyse prend notamment en compte les sondages en vue des élections législatives qui se tiennent ce 7 juillet, plaçant le parti réformiste Nouvelle Démocratie favori (avec toutefois un degré d'incertitude accru s'agissant de la première élection depuis l'abaissement de la majorité électorale à 17 ans).

La reprise des réformes structurelles, le redressement du secteur bancaire et le rééquilibrage de la politique sur le plan budgétaire demeurent aux yeux de Barclays les ingrédients nécessaires à une reprise durable de l'investissement (alors que ce sont essentiellement les exportations qui tirent aujourd'hui la machine). Et donc à la performance à long terme de l'économie du pays.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat