Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Coronavirus : La zone euro pourrait nécessiter plus de soutien budgétaire et monétaire, selon le FMI

lundi 30 novembre 2020 à 16h59
Marché : Coronavirus: La zone euro pourrait nécessiter plus de soutien budgétaire et monétaire, selo

par Jan Strupczewski

BRUXELLES (Reuters) - Les gouvernements de la zone euro et la Banque centrale européenne pourraient devoir fournir un soutien budgétaire et monétaire plus important que prévu initialement en raison des effets de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19, a déclaré lundi le Fonds monétaire international.

La valeur total du soutien budgétaire et monétaire apportée, les milliards d'euros d'accès aux prêts ainsi que l'accord de plan de relance européen dépassent déjà les 10.000 milliards d'euros.

Bien que la réponse européenne soit déjà impressionnante, le FMI estime qu'il faudra sans doute en faire davantage en cas de détérioration des perspectives économiques.

"Les risques (...) restent clairement orientés à la baisse jusqu'au début de 2021 étant donné la deuxième vague épidémique en cours", a déclaré le FMI lors d'un examen régulier de l'économie de la zone euro.

"Avec la deuxième vague en cours, les politiques budgétaires nationales devront probablement apporter un vaste soutien plus longtemps que prévu".

Dans une démonstration de solidarité sans précédent, les dirigeants de l'Union européenne ont accepté d'emprunter conjointement, via la Commission européenne, 750 milliards d'euros au cours des prochaines années pour financer le plan de relance.

Le FMI a déclaré que l'impact de ce plan dépendrait de l'ampleur, de la qualité et de l'efficacité des dépenses nationales et des réformes structurelles visant à rendre les économies plus écologiques et plus numériques.

Le Fonds a qualifié la réponse monétaire de la BCE d'audacieuse mais a ajouté qu'une aide supplémentaire serait probablement nécessaire, en incluant éventuellement davantage de facilités de crédit aux banques.

"L'expansion des achats d'actifs sera la première ligne de défense mais d'autres options - y compris un assouplissement supplémentaire des conditions des opérations de refinancement ciblées à long terme (TLTRO) et une réduction des taux de dépôt - devraient également être envisagées", a-t-il déclaré.

"Des mesures d'adaptation encore plus importantes seraient nécessaires pour contrer les risques de déflation et assurer un relais budgétaire sans heurts dans un scénario pessimiste", selon le rapport du FMI.

Les prix à la consommation dans la zone euro ne cessent de baisser depuis août, ce qui alimente les craintes de spirale déflationniste dans la foulée du choc économique provoqué par la pandémie.

(Jan Strupczewski, version française Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2020 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat