Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : La Bourse chilienne s'effondre après le triomphe du candidat de la gauche Gabriel Boric

lundi 20 décembre 2021 à 17h00
La Bourse de Santiago dévisse après l'élection du candidat de gauche

(BFM Bourse) - La Bourse de Santiago décroche sévèrement lundi, au lendemain de la victoire du candidat de la gauche Gabriel Boric sur l'extrême-droite au second tour de la présidentielle. Le principal indice, l'IPSA, fond de plus de 6% à la mi-journée.

En Amérique du sud, la préférence des marchés boursiers pour les candidats d'extrême-droite se vérifie à nouveau lundi au Chili, où le principal indice de la Bourse de Santiago (l'IPSA) dévisse de 6,15%, à un creux de deux mois.

Le marché chilien flanche donc en réaction à la victoire de Gabriel Boric Font dimanche au second tour de l'élection présidentielle. Le candidat d'extrême-droite José Antonio Kast avait les faveurs du marché : l'IPSA avait ainsi vivement salué (+9,25%) son arrivée en tête du premier tour du scrutin 21 novembre dernier. On se souvient également de l'euphorie qui avait régné à la Bourse de Sao Paulo après l'élection de Jair Bolsonaro en janvier 2019.

Gabriel Boric a de son côté été élu sur la promesse de mettre en place un système d'Etat-providence, un changement d'ampleur dans le pays considéré comme le laboratoire du libéralisme en Amérique latine mais devenu le plus inégalitaire de l'OCDE. Il entend mener une grande réforme fiscale pour faire participer les plus riches à son programme de meilleur accès à la santé, à l'éducation et à la création d'un nouveau système de retraite, aujourd'hui entièrement privé.

Mais il a promis dimanche soir devant ses partisans "plus de droits sociaux tout en restant fiscalement responsable". Une annonce également pour ses détracteurs qui le qualifient de "communiste" pour son alliance avec le Parti communiste dans une vaste coalition, incluant aussi le centre-gauche, qui l'a mené au pouvoir.

Au sortir de la crise sanitaire, l'activité économique chilienne devrait par ailleurs connaître des lendemains difficiles. Après une baisse de 5,8% en 2020 en raison des mesures de confinement imposées par la pandémie, le PIB du Chili a rebondi pour terminer l'année 2021 avec une croissance de 11,5%. Mais une grande partie de cette croissance a été alimentée par des subventions gouvernementales (3 milliards de dollars) pour stimuler une économie ravagée par la pandémie, et par des retraits individuels dans les fonds de pension privés (50 milliards de dollars).

Dans un contexte d'inflation, la Banque centrale devrait encore relever son taux d'intérêt directeur, déjà passé de 1,5 à 4% en deux augmentations depuis octobre. Celui-ci devrait être porté à 6% l'année prochaine, soit plus du double de la fourchette ciblée.

Les experts pointent par ailleurs l'absence de majorité du nouveau président de 35 ans au Parlement. Il lui sera ainsi "difficile de satisfaire l'agenda social" selon un observateur, qui estime qu'"il ne pourra pas réaliser l'intégralité de son programme si de larges accords ne sont pas conclus".

Autre conséquence immédiate de l'élection de Gabriel Font: le peso colombien est en chute libre sur le marché des changes. Un peso colombien s'échange vers 17h à près de 870 dollars (-3% par rapport à la veille), dépassant son précédent pic historique de mi-mars dernier. En début d'année 2021, un peso s'échangeait plutôt autour de 700 dollars.

(avec AFP)

Q. S. - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +39.88 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat