Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Europe : Nouvelle réglementation pour les CFD et les options binaires

mercredi 1 août 2018 à 12h02
Les options binaires sont désormais interdites

(BFM Bourse) - Pour le CAC 40, l'effet de levier maximum autorisé passe de 200 à 20 et toute position dont la perte latente est de 50% sera coupée, contre 100% aujourd'hui.

L'Esma, organe européen de régulation des marchés, équivalent de l'AMF en France, fait évoluer la réglementation concernant les options binaires, désormais interdites pour les particuliers depuis le 2 juillet, et les CFD et le Forex, avec des contraintes fortes pour les traders non professionnels à partir de ce mercredi 1er août. Des restrictions qui limitent nettement l'effet de levier et les risques sur ce type d'instruments utilisés par de nombreux particuliers.

Interdiction des options binaires

Les options binaires, déjà interdites en Israël par exemple fin 2017, sont interdites depuis le 2 juillet 2018 dans la zone euro pour les particuliers. Il y avait eu en effet de nombreux problèmes sur le sujet avec des courtiers non-régulés, situés à Chypre ou Israël, qui ne prenaient parfois pas de positions correspondantes à celles de leurs clients, voire carrément de nombreuses arnaques qui donnaient une vision négative des options aux particuliers et n'avaient rien à voir avec les options.

Les options, instruments qui peuvent être traités par les particuliers sur le MONEP (marché des options négociables de Paris), permettent en effet de se doter d'une assurance contre un risque de hausse ou de baisse d'un actif, en misant juste une petite partie de la somme nécessaire pour couvrir une position. Développées dans les années 1980, elles sont la base des produits dérivés modernes et utilisées tous les jours par de nombreux professionnels à titre spéculatif, pour parier sur la hausse ou la baisse d'un titre avec un effet de levier, qui multiplie les variations de ce titre. Ensuite, les banques ont créé des produits classiques qui permettent aux particuliers de trader les options (turbos, warrants, etc), qui existent encore actuellement.

Fortes restrictions sur les CFD

Les CFD ("contract for difference") et le forex permettaient ces dernières années aux particuliers de trader les indices, avec un levier pouvant aller jusqu'à 200. Les CFD sont l'équivalent des contrats futures, ou contrats à terme, utilisés surtout par les professionnels.

Les CFD existent toujours, mais avec la nouvelle réglementation mise en place à partir du 1er août 2018, et dans le sillage de la directive européenne MIFID 2 entrée en vigueur en début d'année, les règles sont de plus en plus contraignante pour l'investisseur particulier, et l'effet de levier désormais beaucoup plus limité, ce qui fait perdre en partie aux CFD leur intérêt par rapport à des contrats futures par exemple.

Dans le détail, l'effet de levier maximal sera désormais pour les courtiers CFD et Forex :
- de 30 sur les devises majeures, du type euro/dollar
- de 20 sur les indices majeurs (CAC, Dax, indices américains) et l'or contre 200 avant
- de 10 pour les matières premières comme le pétrole ou les indices non majeurs
- de 5 pour les actions
- de 2 pour les cryptomonnaies

En plus de restrictions fortes sur l'effet de levier pour les particuliers, l'Esma vient d'introduire une règle peut-être encore plus stricte. En effet, désormais, la perte latente sur un compte CFD d'une position ne pourra pas être supérieure à 50% de la marge utilisée. En d'autres termes, si vous prenez une position pour 1000€ avec un effet de levier de 20, par exemple sur le CAC 40, et que vous perdez 50% (soit 2,5%*20), donc 500€ à un moment quelconque de la journée, même pendant une seconde, le courtier devra désormais couper votre position, même si le compte n'est pas en négatif, ce qui était la réglementation actuelle. Cette règle très stricte risque de faire couler beaucoup d'encre et de faire fuir de nombreux traders particuliers, qui seront coupés dès lors qu'une position perd 50% de la marge contre 100% jusqu'à maintenant.

Pour être très concret, s'il fallait actuellement 270 euros pour ouvrir une position sur le CAC à 10 euros le point chez un courtier CFD, il faudra désormais 2700 euros, ce qui fait une sacrée différence pour le particulier et dès que la position sera en perte de 1350 euros, celle-ci sera automatiquement coupée par le courtier.

L'Esma confirme aussi que le compte CFD ne peut pas être en négatif, ce qui était déjà le cas depuis quelques années, même si avec la nouvelle réglementation et les 50% de perte maximum sur une position, cette règle semble caduque.

Restrictions sur les incitations à trader les CFD et le Forex

La nouvelle réglementation vise également à ce qu'il n'y ait pas d'incitation excessive, au niveau du marketing, de la publicité, ou des promotions, en faveur de ces produits. Il s'agit d'éviter que des novices soient attirés vers ces produits, qui demandent un minimum de connaissances des marchés et des produits dérivés.

Sébastien Duhamel - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.80 % vs +12.26 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat