Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les investisseurs ont aussi un rôle à jouer pour limiter les plastiques dans les océans

dimanche 5 juin 2022 à 12h00

(BFM Bourse) - La semaine prochaine, le mercredi 8 juin, la Journée des Nations unies pour les océans sera une bonne occasion de s'intéresser de plus près à cette ressource vitale - dont la protection est également judicieuse du point de vue des investisseurs, explique la société de gestion DWS.

Journée mondiale de ceci, journée mondiale de cela, difficile de trouver un seul jour dans l'année qui ne soit pas utilisé par un groupe quelconque pour promouvoir une cause ou une autre. Mais ce 8 juin les habitants de la planète sont vivement invités à s'intéresser aux océans, à l'initiative des Nations unies. Une journée qui mérite certainement plus d'attention que n'importe quelle autre "Journée internationale", estime Murray Birt, stratégiste senior en charge des questions ESG chez DWS dans la mesure où c'est notre survie collective qui en dépend!

Les océans sont au cœur de la santé et du fonctionnement du monde, indique le spécialiste. Et voici pourquoi: Les océans couvrent 70% de notre planète (mais 91% de la vie marine n'a pas encore été catégorisée). Plus de 3,3 milliards de personnes dépendent des océans pour une grande partie de leurs besoins quotidiens en protéines. Les océans absorbent -au moins- un quart de nos émissions de CO2. Et pourtant, ils sont maltraités, à bien des égards.

Pour n'évoquer qu'une des nombreuses menaces sur les océans, qui sont à l'origine même de la vie sur terre, le stratège pointe leur utilisation en tant que gigantesque déchetterie. Et notamment par un type de déchet spécifique: le plastique, qui, sous l'effet de l'eau salée, se transforme en micro-plastique. Chaque année, jusqu'à 12 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans, l'équivalent d'un camion-poubelle par minute, pointe DWS. Du plastique a été trouvé dans l'Arctique et dans les parties les plus profondes de l'océan. Chaque semaine, nous avalons avec notre nourriture l'équivalent d'une carte de crédit en micro-plastiques, ce qui affecte probablement notre santé. Les microplastiques agissent en outre comme une éponge pour les produits chimiques toxiques comme l'oxybenzone (crème solaire anti-UV) - qui peut entraîner la mort du plancton.

"Tout cela est déprimant", reconnaît le spécialiste, titulaire d'une maîtrise Murray Birt "Environmental Change and Management" de l'université d'Oxford et également diplômé des universités d'Uppsala et de Calgary. Un groupe d'experts de premier plan a toutefois tracé la voie permettant de réduire de 80% la pollution plastique déversée chaque année dans les océans.

Scénarios pour réduire la pollution plastique des océans

Le graphique montre les niveaux attendus de déversement de plastique dans l'océan au fil du temps selon différents scénarios. Le graphique montre que, bien que les scénarios axés sur l'amont (scénario "Réduction et substitution") et sur l'aval (scénario "Collecte et élimination" et scénario "Recyclage") réduisent les taux de déversement annuels par rapport au statu quo, ils ne permettent pas de réduire les déversements en dessous des niveaux de 2016. Seul le scénario intégré en amont et en aval (scénario de changement de système) peut réduire de manière significative les niveaux de fuite.

Parmi les principaux efforts nécessaires à cette démarche, l'initiative "Breaking The Plastic Waves" mentionne : • Réduire l'augmentation de l'utilisation des plastiques • Réduire les microplastiques provenant de la poussière de pneumatiques, des textiles, des granulés et des produits d'hygiène et cosmétiques. • Réduire la pollution due à la pêche et à la navigation • Remplacer les plastiques par du papier et des matériaux compostables • Réduire les exportations de déchets plastiques • Repenser les produits et les emballages afin d'accroître la recyclabilité des plastiques • Développer la collecte des déchets dans les pays à revenu moyen et faible • Doubler le recyclage mécanique • Convertir certains déchets plastiques en d'autres plastiques.

Ces mesures pourraient permettre de réduire les émissions de carbone de 25%, de créer 700.000 emplois... et de créer des opportunités d'investissement dans les entreprises qui proposent des solutions, note DWS.

"Le monde commence à se réveiller: les gouvernements ont accepté de commencer à négocier un traité légal contraignant pour mettre fin à la pollution plastique, tandis que plus d'un millier d'entreprises et de gouvernements (représentant 20% de l'utilisation du plastique) réduisent, redessinent et remplacent leur utilisation du plastique", note le spécialiste. Les investisseurs ont un important rôle à jouer pour encourager davantage d'entreprises de conteneurs et d'emballages en plastique à agir...

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.10 % vs +31.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat