Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les anciens titres de Bourse, à la croisée de la finance et de l'histoire

jeudi 25 octobre 2018 à 17h09
Le Centre de Scriptophilie met en vente le 27 octobre d'anciens titres de Bourse

(BFM Bourse) - Dans les années 1980, la dématérialisation a sonné le glas des titres papiers. Mais l'intérêt pour ces bouts d'histoire de la part des collectionneurs est toujours vif.

Le Centre de scriptophilie organise le 27 octobre prochain une vente aux enchères de vieilles actions comprenant des titres de Bourse d'une centaine de pays, sous le marteau de Mario Boone. Un rendez-vous immanquable pour tout collectionneur de titres financiers anciens...

En France, la montée en puissance des transactions informatiques -et la volonté des pouvoirs publics de pouvoir retracer chaque transaction- a sonné le glas des titres papier dans les années 1980. La tradition n'a pas disparu aux Etats-Unis où il reste possible d'obtenir un certificat pour ses titres Google ou Disney, mais la part des titres papier y est tout à fait anecdotique, d'autant que les entreprises facturent un surcoût dissuasif.

Dans un univers de plus en plus dématérialisé, les anciens titres de Bourse dépossédés de toute valeur officielle retrouvent cependant l'intérêt des collectionneurs, simples curieux ou amateurs passionnés. Appréciés pour leur originalité et leur esthétique soignée -certains composant de véritables tableaux- les vieux titres sont aussi un témoignage des grands évènements de l'histoire et des progrès des entreprises qui ont façonné le monde et développé des innovations telles que les chemins de fer, le cinéma, l'aviation, l'automobile, les grands travaux... Dernier atout et non des moindres : voilà enfin des actions qu'on peut acheter sans redouter un coup de tabac sur les marchés !

Glanés au fil du catalogue, voici quelques exemples de titres sélectionnés par la rédaction de BFM Bourse qui seront mis aux enchères lors de la vente Booneshares :

Compagnie universelle du canal maritime de Suez

Fondée par le diplomate Ferdinand de Lesseps en 1858 à l'aide de capitaux britanniques et français, l'entreprise a permis le percement du canal, la plus grande voie d'eau créée par l'homme avec le canal de Panama. Cette action est déjà très recherchée d'habitude, mais cette pièce porte en plus la signature du vicomte de Lesseps lui-même. Mise à prix 2000 euros.

Société de constructions de Levallois-Perret

Gustave Eiffel (1832-1923) avait implanté ses ateliers à Levallois-Perret, ville des Hauts-de-Seine où l'ingénieur fut d'ailleurs inhumé. Ce certificat nominatif de la société fondée par Eiffel finement gravé montre quelques unes de ses principales réalisations : la gare de Pest (Budapest), le viaduc de Garabit (Cantal), le pont de Cubzac (Gironde), les pavillons de l'exposition de 1878 - et bien évidemment la célèbre tour. Mise à prix 1200 euros.

Armement en guerre & marchandise de deux Vaisseaux pour le Voyage de l'Amérique

Ce titre a été remis aux personnes ayant financé l'équipement de deux navires armés pour la "guerre de course", autorisés par le roi à attaquer, en temps de guerre, tout navire battant pavillon ennemi, y compris marchands, et s'emparer de leur cargaison. Le Glorieux et Le Solide étaient destinés à écumer l'Atlantique. Me Durant, notaire au Châtelet, fut dûment désigné pour répartir leur éventuel butin. Cette pièce pourrait bien être la plus vieille action de corsaire connue, datée de 1708 - sous le règne de Louis XIV. En tout état de cause l'un des plus anciens titres financiers connus, le record étant détenu par une action de 1665 de la Compagnie des Indes. Mise à prix 5000 euros.

Ch. Gervais SA

En 1850, l'avisé commis d'un marchand des Halles, Charles Gervais, goûte un fromage frais venu du pays de Bray qui lui émoustille les papilles. Séduit, il prend la première diligence pour la Normandie et rencontre la fermière derrière ce délicieux produit, Madame Héroud. Celle-ci lui confie avoir appris d'un éleveur suisse venu travailler dans sa ferme le secret consistant à mélanger à de la crème fraîche du lait juste avant que ce dernier ne soit caillé : le petit-suisse est né. Gervais organise la production à grande échelle et dote l'entreprise d'un réseau performant de distribution, profitant de l'ouverture de la ligne de chemin de fer Beauvais-Paris. L'entreprise familiale devint société anonyme Ch. Gervais et fut introduite en Bourse, puis fut absorbée par Danone-BSN. La principale usine demeure à Ferrières-en-Bray, là où le fondateur l'avait établie. Mise à prix 400 euros.

Société de l'ascenseur de la Terrasse de Saint-Germain-en-Laye

Les Saint-germanois apprécient toujours aujourd'hui la balade vers cette terrasse, promontoire dominant vers l'ouest la Seine et la boucle de Montesson, offrant vers Paris une vue sur la tour Eiffel, les tours de La Défense, et jusqu'à Montmartre. Sur cette action une élégante promeneuse s'adresse à un cycliste visiblement hors d'haleine, lui enjoignant de prendre l'ascenseur une prochaine fois... Cette structure fut mise en service en 1900, et permettait d'élever piétons (et cyclistes !) grâce à système hydraulique exploitant les eaux artésiennes. Mais l'ascenseur fut démoli en 1921, l'affaiblissement du débit des eaux l'ayant rendu inopérant.

Société Anonyme de la Dynamite Nobel

La dynamite est l'invention la plus connue du chimiste suédois Alfred Nobel, dépositaire de plus de 300 brevets, et qui légua sa fortune pour la création du prix Nobel. L'explosif le plus puissant à l'époque, la nitroglycérine était tellement instable que de nombreux accidents amenèrent son interdiction (le propre frère d'Alfred, Emil, mourut dans une explosion). Nobel parvint à sécuriser l'explosif en lui adjoignant une poudre fossile réduisant les risques de détonation accidentelle, permettant un large usage dans l'industrie minière ou le BTP. La société fut fondée à Paris et exploitait des sites de production en Italie et en Suisse. Mise à prix 200 euros.

Obligation à 6% de la SA des automobiles & cycles Peugeot

Le thème de l'automobile est l'un des plus prisé des collectionneurs de titres anciens, et la société Peugeot, à l'origine du Groupe PSA, a fourni de par sa longue et riche histoire une variété de titres différents. Daté de 1921, cette obligation au porteur en est l'un des plus anciens exemples. Mise à prix 400 euros.

Groupement national de la Baie du Mont saint Michel

La société nommée "Groupement national de la Baie du Mont saint Michel" voulait aménager l'îlot de Tombelaine pour en faire un lieu de villégiature pour touristes, mais l'îlot situé dans la baie à quelques kilomètres au nord du mont fut acheté par l'Etat en 1933, puis classé. Il est permis de douter que les investisseurs furent remboursés... Reste du projet ce titre évoquant les villes et l'architecture de la région. La gravure au milieu de la partie supérieure du titre est une vue d'artiste des emménagements prévus à Tombelaine. L'accès à l'îlot, devenu réserve naturelle, est aujourd'hui interdit. Mise à prix 100 euros.

Société internationale de la photographie des couleurs

Inventeur d'un "appareil avec dispositif pour écrans indépendants pour la photographie des trois couleurs", Louis Ernest Dugardin mis au point des appareils permettant la photographie en couleurs, dont le "Multicolore". Dû au peintre et affichiste Lucien Métivet, le dessin de ce titre fait apparaître un ange à de jeunes photographes dans un décor antiquisant. Un cartouche renvoie aux pionniers de la photographie, Niepce et Daguerre, une façon de se mettre au niveau de ces précurseurs... Mise à prix 500 euros.

Manufacture royale d'horlogerie de Paris

Un titre encore jamais-vu de cette manufacture d'horlogerie fondée par décret royal avec le soutien actif de Louis XVI. Le souverain visait à regrouper quelques uns des plus grands horlogers de la fin du XVIIIe siècle, à commencer par Abraham-Louis Breguet, mais aussi François-Jean Bralle et Jean Roilly, un des co-auteurs de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Le souverain accorda à l'entreprise un bâtiment et des avantages fiscaux. La compagnie semble avoir disparu à la révolution, qui amena d'ailleurs Breguet, l'horloger de Versailles, à regagner la Suisse. La marque Breguet appartient aujourd'hui au Swatch Group. Mise à prix 5000 euros.

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.60 % vs +40.13 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat