Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ABIVAX

ABVX - FR0012333284 SRD PEA PEA-PME
30.700 € -4.51 % Temps réel Euronext Paris

Abivax : Un succès dans la rectocolite hémorragique permet à Abivax d'effacer son échec dans le Covid

mardi 25 mai 2021 à 11h24
Abivax présente de solides résultats dans la rectocolite hémorragique

(BFM Bourse) - Le cours de la société biotechnologique flambe de près de 40% mardi matin à la suite de résultats jugés impressionnants avec sa molécule ABX464 auprès de patients atteints d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) et chez qui les traitements habituels sont peu efficaces. L'action Abivax retrouve ainsi son niveau précédant la chute du mois de mars provoquée par l'abandon de son projet dans le Covid.

Une reprise de cotation en fanfare pour Abivax - et surtout un réel espoir pour les personnes atteintes de rectocolite hémorragique. Affectant lourdement la qualité de vie de nombre de patients -et dont l'incidence augmente fortement depuis plusieurs années-, il s'agit d'une des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), au même titre que la maladie de Crohn, sur laquelle cette société française de biotechnologies travaille également d'ailleurs.

Après avoir demandé la suspension des cotations lundi pour parer à tout risque de fuite avant l'annonce de résultats cliniques aussi attendus, la société a procédé à la reprise mardi matin avec à la clé une envolée de 40,05% à 30,60 euros vers 10h00, témoignant de l'enthousiasme suscité par la teneur des données recueillies. Non seulement les principaux critères d'efficacité d'un essai de phase 2b sur 252 patients ont été remplis, mais ABX464 s'est aussi montré efficace chez les patients dits "réfractaires" (dont l'organisme ne réagit pas) aux traitements conventionnels tels que les corticoïdes ou le méthotrexate, et plus encourageant encore chez ceux ne répondant pas ou plus aux traitements biologiques - anticorps monoclonaux et/ou inhibiteurs des Janus kinases (JAK).

Sur 252 patients de l'échantillon en "intention de traiter", supérieur à l'objectif d'environ 230 patients, seulement 9% n'ont pas terminé la phase d'induction de huit semaines, ce qui représente un très faible pourcentage en particulier dans le contexte de la pandémie, très perturbatrice pour la réalisation d'essais cliniques. Les patients ayant prématurément arrêté l’étude ont été comptés comme des cas d'échec pour par rapport à l'ensemble des critères.

Phase finale des essais avant la fin de l'année

En outre, les données intermédiaires provenant de 51 premiers patients traités avec ABX464 dans l’étude de maintenance en ouvert ont montré une amélioration encore accrue et durable de la rémission clinique et des résultats endoscopiques après 48 semaines.

La principale investigatrice de l'étude, le professeur Séverine Vermeire, qui dirige le Centre des MICI de l’Hôpital Universitaire de Louvain (Belgique) s'est déclarée très satisfaite des résultats de cet essai, confirmant et complétant ceux obtenus dans l’étude précédente de phase 2a. "Il est évident qu’une phase 3 menée avec ce candidat-médicament prometteur doit être initiée le plus rapidement possible car le besoin médical des patients souffrant de rectocolite hémorragique modérée à sévère est très élevé et il nous faut d’urgence des nouveaux traitements efficaces et bien tolérés présentant des mécanismes d’action innovants", a-t-elle expliqué. L'objectif est désormais de débuter la dernière phase (phase 3, permettant le dépôt d'une demande de mise sur le marché) avant la fin de 2021.

Le professeur Bruce Sands, titulaire de la chaire de médecine Dr Burrill B. Crohn à la Icahn School of Medicine du Mount Sinaï (New York), s'est de son côté dit "particulièrement impressionné par l’efficacité du traitement chez les patients atteints de formes sévères, qui n’ont pas répondu aux anticorps monoclonaux et/ou aux inhibiteurs des Janus Kinases, ainsi que par l’efficacité durable et renforcée du traitement en maintenance". "La rectocolite hémorragique est une maladie chronique et les patients ont besoin de traitements efficaces à long terme, car beaucoup d’entre eux ne répondent pas ou cessent de répondre aux médicaments actuellement disponibles. Au-delà de son efficacité, sa bonne tolérance et de son mécanisme d’action innovant, ABX464 permet une administration facile par voie orale une fois par jour", a-t-il ajouté.

Un potentiel commercial énorme

La biotech, issue de la fusion en 2013 des sociétés Wittycell, Splicos et Zophis, va soumettre ces résultats à des revues scientifiques de premier plan ainsi qu'à de prochaines conférences scientifiques dédiées aux MICI. "Compte tenu des résultats positifs détaillés dans ce communiqué de presse concernant l’étude clinique de phase 2b dans la rectocolite hémorragique, des besoins médicaux non satisfaits, de l’environnement concurrentiel et des opportunités de marché, Abivax prévoit actuellement de prioriser ses ressources et son financement sur le développement d’ABX464 dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin", précise la société. Autrement dit, la piste de la polyarthrite rhumatoïde toujours avec le 464 et a fortiori le projet dans le cancer du foie avec une autre molécule, ABX196, vont être réexaminés en fonction de prochains résultats dans ces indications respectives.

Mais le potentiel dans les MICI en vaut a priori la peine: selon Oddo BHF, le potentiel commercial d'ABX464 pourrait représenter jusqu'à 6 milliards d'euros. Le bureau d'études considère que la valeur du titre Abivax se situe à 45 euros, notamment dans une hypothèse spéculative où un acquéreur souhaiterait s'emparer de la molécule.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ABIVAX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.40 % vs +33.54 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat