Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Volkswagen bat le consensus mais augmente ses provisions
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
148.520 € +1.20 %
146.100 €Ouverture : +1.66 %Perf Ouverture : 148.730 €+ Haut : 145.720 €+ Bas :
146.760 €Clôture veille : 3 238Volume : +0.00 %Capi échangé : 46 326 M€Capi. :

Volkswagen : Volkswagen bat le consensus mais augmente ses provisions

Volkswagen bat le consensus mais augmente ses provisionsVolkswagen bat le consensus mais augmente ses provisions

par Andreas Cremer

FRANCFORT (Reuters) - Volkswagen a annoncé mercredi que son résultat d'exploitation avait dépassé les attentes au premier semestre grâce à la réduction des coûts et à la hausse des ventes en Europe mais il a annoncé 2,2 milliards d'euros de provisions supplémentaires liées au scandale des émissions polluantes.

Présentant ses principaux résultats avec huit jours d'avance sur la date initialement prévue, le premier constructeur automobile d'Europe a fait état d'un bénéfice d'exploitation hors éléments exceptionnels en hausse de 7% à 7,5 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année.

Il a souligné que ce résultat était supérieur aux estimations des analystes financiers, sans pour autant préciser celles-ci.

Exceptionnels inclus, le bénéfice a chuté de 22% à 5,3 milliards d'euros.

"Le communiqué d'aujourd'hui marque le début d'un mouvement dans la bonne direction", disent des analystes de Barclays qui sont à "surpondérer" sur le titre.

A la Bourse de Francfort, l'action Volkswagen gagnait 5,7% dans l'après-midi, pour se hisser en tête de l'indice allemand Dax (+1,48) et de l'EuroStoxx 50 de la zone euro (+0,92%). Au même moment, l'indice Stoxx européen du secteur automobile progressait de 2,5%.

En incluant les éléments exceptionnels, le bénéfice d'exploitation semestriel de Volkswagen est en baisse de 22% sur un an à 5,3 milliards d'euros.

Le groupe a déjà inscrit dans ses comptes 16,2 milliards d'euros de provisions au titre du scandale du trucage des tests d'émissions polluantes, révélé en septembre dernier et qui affecte plus de 11 millions de véhicules dans le monde.

Ces provisions sont censées couvrir le coût des modifications techniques, des rachats de véhicules et des procédures juridiques.

L'Etat de New York a annoncé mardi avoir déposé une plainte en justice contre Volkswagen qu'il accuse d'avoir dissimulé pendant des années un trucage méthodique de ses moteurs diesel pour limiter leurs émissions polluantes en condition de test.

DZ Bank reste vendeur sur VW, évoquant les incertitudes qui continuent de planer sur l'entreprise malgré des résultats semestriels qui, observe l'intermédiaire, montrent que la performance du deuxième trimestre est la meilleure qu'elle ait jamais réalisée.

Arndt Hellinghorst, analyste d'Evercore ISI, observe que le résultat semestriel implique un bénéfice d'exploitation du deuxième trimestre supérieur d'un milliard d'euros environ au consensus des analystes.

VW explique que la croissance du marché automobile européen et la reprise des commandes sur le marché des flottes d'entreprises ont soutenu les résultats de sa marque phare.

Toutefois, un environnement économique difficile, surtout en Amérique du Sud et en Russie, et des taux de change instables restent des obstacles à surmonter, c'est pourquoi le constructeur prévoit toujours un recul du chiffre d'affaires allant jusqu'à 5% en 2016 par rapport à 2015 et une marge d'exploitation de l'ordre de 5 à 6%.

Ellinghorst, d'Evercore ISI, se dit particulièrement encouragé par le mieux que connaît la marque VW, longtemps point faible d'un groupe qui produit aussi bien des premiers prix que du haut de gamme.

"Nous continuons de penser que le marché fait la fine bouche quant aux changements que la nouvelle direction de VW met en place, tant en quantité qu'en vitesse d'exécution", dit-il.

Quant aux retombées du programme de réduction des coûts que le groupe de Wolfsburg a engagé, elles dépendront sans doute beaucoup des discussions en cours avec les syndicats, dont les revendications pourraient limiter sa marge de manoeuvre en la matière, estiment les analystes.

(Maria Sheahan, Véronique Tison, Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...