Bourse > Vivendi > Vivendi : Rome va convoquer Telecom Italia sur son projet très haut débit
VIVENDIVIVENDI VIV - FR0000127771 VIV - FR0000127771   SRD PEA PEA-PME
21.280 € -0.05 % Temps réel Euronext Paris
21.310 €Ouverture : -0.14 %Perf Ouverture : 21.400 €+ Haut : 21.130 €+ Bas :
21.290 €Clôture veille : 2 788 950Volume : +0.22 %Capi échangé : 27 482 M€Capi. :

Vivendi : Rome va convoquer Telecom Italia sur son projet très haut débit

Rome va convoquer Telecom Italia sur son projet très haut débitRome va convoquer Telecom Italia sur son projet très haut débit

(Reuters) - Le ministère italien de l'Industrie a annoncé lundi qu'il convoquerait Telecom Italia pour discuter de ses projets de déploiement d'un réseau de très haut débit.

Il précise que l'opérateur, dont le principal actionnaire est le groupe de médias français Vivendi avec 24% du capital, doit respecter ses engagements juridiques et la réglementation établie par la Commission européenne en matière d'investissement dans les zones non économiquement viables.

L'administrateur délégué de Telecom Italia a déclaré dimanche qu'il allait poursuivre son projet de déploiement d'un réseau de très haut débit dans les zones rurales ou isolées en Italie, en dépit de l'opposition du gouvernement.

"Nos investissements ont déjà commencé, nous les avons signalés largement dans les temps et conformément à la loi (...). On continue", a dit Flavio Cattaneo à La Repubblica.

Le déploiement du haut débit est une priorité importante du gouvernement italien, qui a fait appel l'an dernier à la compagnie d'électricité nationale Enel après avoir accusé Telecom Italia de traîner les pieds.

Des appels d'offres et déblocages de subventions sont en cours pour installer le haut débit dans des zones considérées comme non économiquement viables pour les opérateurs.

Telecom Italia a participé au premier appel d'offres puis s'est retiré en annonçant qu'il travaillerait sur ses propres projets de réseaux. Le gouvernement italien entend demander des dédommagements à l'opérateur historique, dont la réticence initiale avait obligé l'Etat à intervenir.

(Bureau de Milan, Juliette Rouillon pour le service français)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...