Bourse > Valeo > Valeo : Le fonds pardus critique à nouveau la stratégie de valeo
VALEOVALEO FR - FR0013176526FR - FR0013176526
59.580 € -6.94 % Temps réel Euronext Paris
60.770 €Ouverture : -1.96 %Perf Ouverture : 62.150 €+ Haut : 59.510 €+ Bas :
64.020 €Clôture veille : 2 231 390Volume : +0.93 %Capi échangé : 14 248 M€Capi. :

Valeo : Le fonds pardus critique à nouveau la stratégie de valeo

tradingsat

par Julien Ponthus et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le fonds d'investissement américain Pardus a reproché à la direction de Valeo de ne pas faire davantage pour remédier à l'écart de valorisation entre l'équipementier automobile et ses concurrents, peut-on lire dans une lettre ouverte aux actionnaires et adressée au président du conseil d'administration Pascal Colombani.

Ce courrier, dont une copie a été obtenue par Reuters, est daté du 15 avril et a été envoyé aux plus gros actionnaires du groupe. Pardus y réclame un débat qui aura lieu à l'assemblée générale de Valeo, le 8 juin.

"Malgré les efforts du management pour améliorer la performance opérationnelle de la société, nous restons profondément déçus de voir Valeo afficher la plus mauvaise valorisation du secteur", écrit Pardus.

"Nous avons abordé la question avec Jacques (Aschenbroich, directeur général de Valeo). Sa passivité à l'égard de ce problème a été encore plus surprenante et décevante que le cours de l'action Valeo lui-même", ajoute le fonds.

Selon Pardus, Valeo devrait augmenter de 87% son ratio valeur d'entreprise sur excédent brut d'exploitation pour atteindre la moyenne du secteur.

"Même Faurecia affiche une valorisation supérieure de 20% à celle de Valeo", écrit Pardus.

Le fonds activiste n'a pas souhaité faire de commentaire et Valeo a simplement confirmé que le courrier avait été reçu et qu'un débat sans vote aurait lieu à l'AG. Une porte-parole de l'équipementier a également souligné que Pardus ne détenait plus que 3,17% du capital.

Le fonds d'investissement a déjà obtenu en 2009 la séparation des fonctions de président et de directeur général du groupe, ainsi qu'un recentrage stratégique sur ses principaux métiers.

Le prédécesseur de Jacques Aschenbroich, Thierry Morin, qui refusait de céder au fonds sur le premier point, avait dû s'incliner et quitter le groupe en mars de cette année-là.

Depuis, le fonds d'investissement a liquidé une partie de ses positions dans l'équipementier automobile. Sa participation est tombée aujourd'hui à quelque 3%, contre un peu moins de 20% il y a deux ans.

AVERTISSEMENT SUR LES ACQUISITIONS

Depuis le début de l'année, le titre Valeo est globalement stable, après un bond de plus de 70% sur l'ensemble de 2010. La valorisation du groupe tourne autour de 3,4 milliards d'euros.

"L'excellence opérationnelle n'est pas une stratégie", poursuit Pardus. "L'écart persistant de valorisation prouve que les investisseurs ne valorisent tout simplement pas la stratégie que le management a suivi jusqu'ici."

Sous la houlette de Jacques Aschenbroich, Valeo a quasiment atteint en un an les objectifs qu'il s'était fixé pour 2013. Le groupe vise désormais un chiffre d'affaires de 14 milliards d'euros et une marge opérationnelle supérieure à 7% à l'horizon 2015, en développant pour ses quatre métiers l'innovation et la présence dans les pays émergents.

Cette stratégie ambitieuse n'a pas convaincu Pardus. "Le prix de l'action parle pour lui-même: le marché ne croit pas que la stratégie du management puisse créer de la valeur, et après l'annonce de l'opération Niles, nous pensons que le marché craint que le management ne détruise de la valeur."

Pardus n'a pas apprécié l'acquisition en février dernier du spécialiste japonais des commandes au volant pour 320 millions d'euros et demande à l'avenir au conseil d'administration de se montrer "extrêmement prudent" à l'égard de tout projet d'acquisition jusqu'à ce qu'il ait réduit son déficit de valorisation.

Pardus n'évoque pas dans sa lettre la question du réexamen du portefeuille d'activités du groupe et l'éventuelle cession de l'un des pôles, thème récurrent pour Valeo jusqu'en 2009. Celui-ci est axé aujourd'hui autour de quatre grands métiers: éclairage et essuie-glace, aide à la conduite, systèmes thermiques et systèmes de propulsion.

Avec Helen Massy-Beresford, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI