Bourse > Thales > Thales : Thales flambe, le marché soulagé par la prévision de marge
THALESTHALES HO - FR0000121329HO - FR0000121329
92.840 € +0.85 % Temps réel Euronext Paris
91.750 €Ouverture : +1.19 %Perf Ouverture : 92.840 €+ Haut : 91.280 €+ Bas :
92.060 €Clôture veille : 350 501Volume : +0.17 %Capi échangé : 19 655 M€Capi. :

Thales : Thales flambe, le marché soulagé par la prévision de marge

Thales flambe, le marché soulagé par la prévision de margeThales flambe, le marché soulagé par la prévision de marge

PARIS (Reuters) - Thales s'envole en Bourse vendredi après s'être engagé à poursuivre l'amélioration de sa rentabilité tout en partant à la chasse aux contrats dans les pays émergents, un relais de croissance jusqu'à présent délaissé par le groupe.

L'équipementier pour l'aéronautique, la défense et la sécurité s'octroie 11,95% à 30,21 euros vers 14h05, après un plus haut depuis deux ans à 31,44 euros, au lendemain de la publication de résultats annuels supérieurs aux attentes et l'annonce du relèvement de son dividende.

Le titre, en tête de hausses SBF 120, porte ses gains depuis le début de l'année à 15,2% et sa capitalisation à 6,12 milliards d'euros.

Le groupe, qui vise une hausse de 5% à 8% de son résultat opérationnel courant en 2013, a confirmé que le plan d'économies Probasis entrepris par Luc Vigneron, le prédécesseur de Jean-Bernard Lévy, aurait un impact positif de 100 millions d'euros en 2013.

Kepler, qui reste à l'achat avec un objectif de cours de 34 euros, souligne que cette publication est "rassurante" quant à l'engagement de Thales d'améliorer sa rentabilité.

Barclays se montre de son côté plus réservé. L'intermédiaire, qui réitère son conseil de pondération en ligne, prend acte des "bons" résultats et marge meilleurs qu'attendu, mais se dit surpris de l'annonce d'une nouvelle "introspection" stratégique.

"Nous estimons que cette revue (stratégique) va probablement reporter le redressement significatif de la rentabilité", dit le broker qui relève son objectif de cours de 26 à 28 euros.

Le nouveau PDG de Thales a insisté sur la nécessité pour le groupe de remporter des contrats dans les pays émergents, alors que Luc Vigneron s'était focalisé sur les réductions de coûts.

Jean-Bernard Lévy s'est dit déterminé à améliorer les relations au sein de l'entreprise, le point de crispation qui avait précipité le lâchage de Luc Vigneron par les deux actionnaires de référence du groupe, l'Etat et Dassault Aviation, qui détiennent respectivement 27% et 26% du capital.

"En suscitant la conviction plutôt qu'en vivant dans la contrainte, on peut encore améliorer les résultats et faire en sorte que les collaborateurs (...) soient fiers de vivre dans une entreprise motrice", a dit Jean-Bernard Lévy.

Il a précisé que les coupes dans les budgets de la défense auraient davantage un impact sur Thales en 2014 et en 2015 que cette année.

Les conclusions du Livre blanc de la défense, censé définir les besoins de l'armée française pour la période 2014-2019, n'ont pas encore été rendues, alors qu'elles étaient attendues pour la fin 2012.

Jean-Bernard Lévy a dit à des journalistes à l'issue de la conférence de presse qu'il craignait que la défense serve de "variable d'ajustement" en période de disette budgétaire.

"Mettre en péril ce qui est l'un des rares grands savoir-faire français industriels au nom de problèmes économiques me paraît extrêmement préoccupant", a-t-il dit, rappelant que Thales faisait travailler 4.000 PME en France.

Cyril Altmeyer et Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...