Bourse > Thales > Thales : Thales alenia voit un marché de 25 satellites par an
THALESTHALES HO - FR0000121329HO - FR0000121329
96.300 € -0.01 % Temps réel Euronext Paris
95.660 €Ouverture : +0.67 %Perf Ouverture : 96.450 €+ Haut : 95.440 €+ Bas :
96.310 €Clôture veille : 202 972Volume : +0.10 %Capi échangé : 20 387 M€Capi. :

Thales : Thales alenia voit un marché de 25 satellites par an

Thales alenia voit un marché de 25 satellites par anThales alenia voit un marché de 25 satellites par an

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le marché des satellites commerciaux devrait se stabiliser autour de 25 unités par an à long terme après des années fastes à 30 ou 35 unités en 2009 et 2010, à moins que la crise de la dette n'aggrave cet effet de correction, a déclaré mardi à Reuters Reynald Seznec, PDG de Thales Alenia Space.

Le fournisseurs de satellites, dont Thales et l'italien Finmeccanica détiennent respectivement 67% et 33%, s'attend à une croissance de 2 à 3% de son chiffre d'affaires en 2012, comparé à un rythme de 3-4% à un peu plus de deux milliards anticipés pour cette année, a-t-il précisé.

Les prises de commandes, qui représentaient 2,5 fois le chiffre d'affaires de près de deux milliards d'euros en 2010, devraient cette année l'égaler, a ajouté Reynald Seznec, observant notamment un désinvestissement des opérateurs télécoms.

"En 2009 et 2010, on était à 30 à 35 satellites par an, la moyenne de long terme, on estime qu'elle est aux alentours de 25", a-t-il dit lors d'un entretien à Reuters, disant s'attendre à une vingtaine d'unités pour 2011 et à nouveau pour 2012.

"Maintenant il est possible que si on est sur une crise de la dette et une crise financière durable, certains opérateurs aient dans le futur du mal à financer les investissements", a-t-il ajouté. "On verra si l'effet de correction se transforme en effet durable à cause de la crise de la dette, mais pour le moment, on ne l'a pas encore vu."

Astrium, filiale spatiale EADS, et Thales Alenia Space revendiquent à eux deux environ 40% du marché mondial des satellites commerciaux, dont les Etats-Unis sont un acteur majeur, favorisé ces dernières années par la faiblesse du dollar.

"Le contexte monétaire est défavorable à l'Europe. En dessous de 1,30, c'est plus supportable, au-delà de 1,40, cela devient carrément insupportable", a-t-il estimé, faisant référence à la parité de l'euro face au dollar.

"Cela fait 10% d'écart, c'est largement au-delà de ce qui fait gagner ou perdre une affaire", a -t-il souligné. "Un déplacement de prix de 2 ou 3% peut faire gagner ou perdre un appel d'offres."

Thales Alenia Space attend en ce moment la décision, reportée de fin 2011 à début 2012, sur un appel d'offres dans les télécoms en Australie où il compte implanter une équipe d'ingénieurs s'il l'emporte.

Le groupe, qui a posé la semaine dernière la première pierre de sa nouvelle usine de L'Aquila, en Italie, reconstruite après le séisme d'avril 2009, compte en Europe sur l'intérêt de l'Allemagne pour le développement du spatial et, plus à l'est, discute d'un projet en projet de coentreprise en discussions avec le russe ISS Reshetnev.

Thales Alenia Space propose notamment des satellites d'observation de la terre, qui permettent d'effectuer des prévisions météorologiques à court terme de plus en plus précises, et d'esquisser des perspectives d'évolution du climat pour les décennies à venir.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...