Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

TESLA INC.

TSLA - US88160R1014 SRD PEA PEA-PME
- -

Tesla inc. : Sans la vente de crédits carbone, Tesla ne serait toujours pas rentable

jeudi 22 octobre 2020 à 18h00
Tesla ne serait toujours pas rentable sans les crédits réglementaires

(BFM Bourse) - Le constructeur de véhicules" électriques californien a beau avoir largement dépassé les attentes du marché, tant en matière de revenus que de bénéfice, et réaffirmé son objectif de livraisons annuel, il ne serait toujours pas rentable sans la vente de crédits "de pollution" à d'autres constructeurs. Le marché accueille donc ces résultats avec un enthousiasme relatif.

Le cinquième bénéfice trimestriel consécutif pour Tesla -sur un chiffre d'affaires record de 8,77 milliards de dollars, en hausse de 39% sur un an- s'est traduit par un bond de plus de 5% du cours du constructeur californien à l'ouverture de Wall Street. Après trois heures de cotations toutefois, le gain se réduisait à "seulement" à 431,26 dollars l'action. Si l'enthousiasme retombe un peu après l'annonce de ces résultats "records" (comme le souligne à de nombreuses reprises le communiqué de Tesla), c'est qu'ils ne sont pas seulement alimentés par une hausse des livraisons de véhicules mais également par les ventes de crédits réglementaires environnementaux à d'autres constructeurs, sans lesquels Tesla afficherait une perte nette pour le troisième trimestre consécutif.

Ces "crédits carbone" ou "crédits zéro-émission" sont une source de revenus significative pour Tesla depuis que la Californie, et d'autres États américains, imposent au constructeurs un plafond d'émission pour l'ensemble de leur gamme. S'ils ne les respectent pas, les sanctions peuvent aller de lourdes amendes au retrait de leur licence par le gouvernement de l'État en question. Mais ils peuvent aussi acheter aux constructeurs qui sont beaucoup plus vertueux des droits d'émission que ces derniers n'ont pas consommé. Or, à l'heure actuelle, ces objectifs sont inatteignables pour les constructeurs historiques que sont Ford, General Motors, etc. qui n'ont d'autre choix que de payer Tesla pour acquérir ces fameux crédits et pouvoir se conformer à la réglementation en vigueur. Les analystes s'attend à ce que ces revenus se tarissent à mesure que les concurrents commenceront à vendre davantage de véhicules électriques.

Depuis le début de l'année, les crédits réglementaires représentent 1,179 milliards de dollars, soit 6,6% des revenus de la division automobile de Tesla milliard de dollars, soit 7% du total des revenus du secteur automobile, qui constitue elle-même 86% des revenus du groupe, le reste étant réparti entre les divisions "Production et stockage d'énergie" (essentiellement solaire) et les "services".

Sur les trois premiers trimestres de l'exercice 2020, ces crédits se sont respectivement établis à 354, 428 puis 397 millions de dollars, quand le groupe a dégagé un résultat net systématiquement inférieur de 16, 104 puis 331 millions de dollars. Ce qui en soulève des questions, en écho à celles posées par le refus de S&P d'intégrer Tesla à son indice le mois dernier, l'analyste de Bloomberg Intelligence Michael Dean ayant alors déclaré que cela était peut-être dû à "des points d'interrogation sur la durabilité des ventes de crédits d'émission réglementaires, qui sous-tendent actuellement les bénéfices".

"Les crédits réglementaires expliquent en grande partie pourquoi Tesla a dépassé les attentes du marché [le bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 76 cents, quand le consensus des analystes interrogés par Factset tablait sur 57 cents, NDLR]", a déclaré l'analyste Ben Kallo de Robert W. Baird. "Mais cela fait partie du jeu : Les concurrents de Tesla les paient, et Tesla réinvestit cela dans ses usines à Berlin et au Texas".

Car la priorité de Tesla reste la montée en cadence de ses usines de production. Le constructeur californien a d'ailleurs réaffirmé son intention de livrer 500.000 véhicules d'ici la fin de l'année, un objectif qui l'obligera à augmenter considérablement ses ventes de véhicules au quatrième trimestre puisqu'il n'en a livré "que" 318.980 sur les neuf premiers mois dont 139.593 sur les trois derniers mois (+43% sur un an).

La réalisation de cet objectif dépend principalement des augmentations trimestrielles de la production du modèle Y et de Shanghai (Tesla a vendu 34.100 Model 3 sortis de son usine chinoise au trimestre écoulé et affirmé y avoir porter la capacité de production à 250.000 véhicules par an). Interrogé par un analyste lors d'une conférence téléphonique pour savoir si Tesla avait toujours l'intention de livrer entre 840.000 et 1 million de véhicules l'année prochaine, sur la base de la capacité maximale actuelle de ses usines, le PDG Elon Musk a répondu que l'objectif était "dans cette fourchette", tandis qu'un autre dirigeant de Tesla a déclaré que l'entreprise fournirait plus d'indications à ce sujet au prochain trimestre.

Si des doutes subsistent sur la capacité de Tesla à devenir rentable sans les crédits réglementaires, son ascension boursière (+405% depuis le 1er janvier, à environ 400 milliards de dollars de capitalisation, ce qui en fait le constructeur automobile le mieux valorisé de la planète) souligne néanmoins la confiance des investisseurs dans l'avenir des véhicules électriques. Analyste chez Roth Capital Partners, Craig Irwing prévient toutefois que l'avance de Tesla pourrait bientôt se réduire. "La société est encore incroyablement bien valorisé, comme si elle opère en vase clos, mais les concurrents travaillent d'arrache-pied pour la rattraper", a-t-il déclaré, faisant référence aux quelque 400 nouveaux modèles de véhicules électriques qui devraient être mis en circulation d'ici 2024 par les autres constructeurs mondiaux.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur TESLA INC. en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.30 % vs +11.83 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat