Bourse > Soitec > Soitec : 'focus sur la trésorerie'
SOITECSOITEC SOI - FR0013227113SOI - FR0013227113
48.840 € -2.61 % Temps réel Euronext Paris
49.160 €Ouverture : -0.65 %Perf Ouverture : 49.490 €+ Haut : 48.370 €+ Bas :
50.150 €Clôture veille : 122 336Volume : +0.39 %Capi échangé : 1 532 M€Capi. :

Soitec : 'focus sur la trésorerie'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Olivier Brice, directeur financier de Soitec, répond aux questions de Cercle Finance, après la publication des résultats semestriels mercredi dernier.

Cercle Finance: Comment expliquez-vous la lourde perte semestrielle enregistrée par le groupe?

Olivier Brice: La perte nette semestrielle publiée de 132,3 millions d'euros reflète principalement une perte opérationnelle courante de 70,2 millions d'euros et des éléments non courants à hauteur de 56,3 millions d'euros.

Au niveau de la perte opérationnelle courante, celle-ci est principalement centrée sur nos activités solaires et résulte de la structuration de cette activité tant au niveau des capacités industrielles mises en ligne (210 MWc) que des efforts de marketing mis en oeuvre pour servir dès notre prochain exercice les contrats de notre portefeuille de projets de centrales solaires.

La perte opérationnelle courante de l'activité électronique, soit 17,1 millions d'euros, reflète une conjoncture peu porteuse sur les marchés des PCs et leur cannibalisation par les segments tablets et smartphones sur lesquels le groupe s'est positionné en avril dernier avec un nouveau portefeuille de produits.

C'est cette tendance qui a d'ailleurs conduit le groupe à déprécier certains actifs non courants de son activité électronique, à hauteur de 51,3 millions d'euros.

CF: De quelle visibilité dispose Soitec? Y a -t-il une différence entre les différents segments?

OB: Oui, la différence est très significative. Dans l'activité électronique, l'environnement économique incite le consommateur final à repousser ou être plus sélectifs dans ses achats et les acteurs industriels doivent également se positionner sur leurs choix futurs technologiques.

Notre visibilité dans l'activité électronique est ainsi limitée aux six prochains mois alors que notre activité solaire doit désormais concrétiser les importants contrats qui lui assurent un plan de charge sur les deux prochaines années.

CF: Comment abordez-vous le reste de l'exercice?

OB: Avec la conviction nécessaire à la réussite de nos enjeux. Ajuster la structure de coûts de notre activité électronique tout en répondant à la demande sur nos nouveaux produits dédiés à la mobilité et concrétiser nos contrats solaires qui vont porter la croissance du groupe.

CF: Quels sont les grands chantiers du groupe pour les mois qui viennent, destinés à restaurer la rentabilité?

OB: L'activité électronique a engagé un programme de réduction de coûts à hauteur de 20 millions d'euros en base annuelle. Nous privilégierons la voie de sauvegarde des compétences même si ce programme est nécessaire pour restaurer le plus rapidement possible la rentabilité de l'activité.

Notre focus est bien évidemment sur la trésorerie qui doit nous permettre de mener à bien nos projets en cours en finalisant d'ailleurs notre programme stratégique d'investissement.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI