Bourse > Soitec > Soitec : "Le 1er trimestre marquera un point bas"
SOITECSOITEC SOI - FR0013227113SOI - FR0013227113
58.990 € +0.32 % Temps réel Euronext Paris
58.800 €Ouverture : +0.32 %Perf Ouverture : 59.400 €+ Haut : 58.500 €+ Bas :
58.800 €Clôture veille : 125 979Volume : +0.42 %Capi échangé : 1 788 M€Capi. :

Soitec : "Le 1er trimestre marquera un point bas"

Olivier Brice, Directeur financier de SoitecOlivier Brice, Directeur financier de Soitec

(Tradingsat.com) - L’action Soitec a inscrit de nouveaux plus bas historiques à la suite de l’annonce d’une augmentation de capital devant conduire à la création de 49 283 512 actions nouvelles. La prévision d’une nouvelle chute des ventes du groupe au 1er trimestre 2013-2014 semble avoir accentué la défiance des investisseurs vis-à-vis du spécialiste des matériaux semiconducteurs d’extrêmes performances. Olivier Brice, directeur financier de Soitec, répond aux interrogations du marché.

Tradingsat.com : Dans le prospectus de l’opération visé par l’AMF, Soitec évoque une baisse séquentielle (d’un trimestre à l’autre) de 40/50% du chiffre d’affaires de son activité Electronique au 1er trimestre 2013-2014.

Olivier Brice : Il faut mettre cette évolution en perspective. Tout d’abord, l’ensemble de l’industrie a déjà fait savoir que ce trimestre avait été le plus défavorable pour les ventes de PC. Deuxièmement, la tendance reste identique à celle enregistrée au cours de l’exercice précédent pour cette activité, avec une cannibalisation extrêmement forte du marché des PC par les smartphones et tablettes. Le premier trimestre marquera un point bas avant le retour à une croissance séquentielle pour la division Electronique. Mais compte tenu de l’effet de base par rapport à l’exercice précédent, l’exercice 2013-2014 devrait se solder pour cette branche par un recul d’activité du même ordre de grandeur qu’en 2012-2013, soit -20% environ.

Tradingsat.com : Toujours pour le 1er trimestre 2013-2014, vous indiquez également dans le prospectus de l’opération une utilisation de la trésorerie de l’ordre de 60 millions d’euros.

Olivier Brice : Nous avons donné au marché ce chiffre de 60 millions d’euros pour montrer exactement où nous en sommes. Ce montant comprend tout d’abord 25 millions d’euros destinés à couvrir le besoin en fonds de roulement du projet de ferme solaire Touwsrivier en Afrique du Sud. Cette consommation de cash sera totalement neutralisée sur l’ensemble de l’exercice. Parce que d’une part, nous aurons cédé la majorité du projet à l’investisseur que nous avons sélectionné - l’accord n’attend plus qu’une validation administrative du département de l’énergie sud-africain. Et d’autre part, l’emprunt obligataire émis en avril dernier pour le projet Touwsrivier sera disponible dès lors que nous aurons installé 50% de la ferme solaire, ce qui est prévu pour le quatrième trimestre calendaire. Il y a ensuite 16 millions d’euros qui correspondent au solde des paiements attachés au programme d’investissement du groupe, essentiellement dans le solaire. Enfin, 15 millions d’euros représentent la consommation de trésorerie liée à l’exploitation de l’activité solaire sachant que les frais fixes vont progressivement être absorbés avec le démarrage de l’activité.

Tradingsat.com : Quel sera le montant de la trésorerie après l’augmentation de capital ?

Olivier Brice : L’information ne présente pas de véritable intérêt dans la mesure où les fonds levés lors de l’augmentation de capital sont uniquement destinés au rachat de l’obligation convertible arrivant à échéance en septembre 2014. De plus, le rachat de cette convertible devrait être concomitant à l’émission de la nouvelle convertible. Ce qu’il faut en effet souligner, c’est qu’il n’est pas question d’UNE augmentation de capital, mais du refinancement d’une convertible conduit à travers deux opérations : une augmentation de capital et l’émission d’une nouvelle convertible. L’ensemble consiste à restructurer le passif du groupe en renforçant les fonds propres tout en repoussant une partie de la dette à plus long terme.

Tradingsat.com : Un analyste a pointé le fait que la garantie apportée à l’augmentation de capital par la banque chef de file n’était pas complète.

Olivier Brice : La situation est extrêmement claire. L’opération est garantie à 100% par Natixis. Bien évidemment ce contrat de garantie pourra être résilié dans certaines circonstances exceptionnelles : si les engagements de souscription du Fonds Stratégique d’Investissement et de André-Jacques Auberton-Hervé, le PDG de Soitec, ne sont pas respectés, ou dans le cas d’un scénario catastrophe comme l’arrêt de toute transaction sur les places financières, ou encore si la société était amenée à révéler des informations qui n’auraient pas été publiées dans son document de référence ou sa note d’opération. Des clauses tout à fait classiques d’un contrat de garantie très standard ! Il est normal que les banques se protègent vis-à-vis d’évènements exceptionnels extérieurs, ou si les engagements de souscription ne sont pas respectés.

Tradingsat.com : L’objectif de Soitec est-il toujours de renouer avec la rentabilité en 2015 ?

Olivier Brice : Absolument, pour être précis, c’est un objectif en trois parties : croissance à deux chiffres des ventes pour l’exercice fiscal 2013-2014 en cours, puis doublement du chiffre d’affaires et de la taille de la société sur l’exercice 2014-2015, avec des contributions équilibrées des divisions Electroniques et Solaires. Ensuite, l’année fiscale 2015-2016 sera profitable au niveau opérationnel, ce qui suppose bien évidemment que nous aurons franchi le cap de la marge opérationnelle positive au cours de l’année 2015.

Tradingsat.com : STMicroelectronics vient de signer un accord avec le fabricant américain de mémoire vive Rambus dans le FD-SOI. Le silicium sur isolant « totalement déplété » est-il l’avenir de l’activité électronique de Soitec ?

Olivier Brice : C’est un petit peu réducteur. Les revenus de la branche Electronique se partagent aujourd’hui environ à moitié entre l’activité radiofréquence, destinée aux applications mobiles de type smartphones et tablettes, en plein essor, et l’activité PC, qui baisse mais dans laquelle le FD-SOI va se substituer au PD-SOI (silicium sur isolant à déplétion partielle) avec de nouvelles perspectives. Ce que l’on appelle les « applications processors », c’est-à-dire, le cœur de calcul des smartphone (et non pas la partie communicante), va aussi bénéficier d’une nouvelle impulsion avec le FD-SOI. Le développement de cette technologie - qui marque une percée importante dans la poursuite de la miniaturisation des circuits électroniques - s’appuie sur STMicroelectronics. Notre partenaire a programmé la montée en charge de ses usines pour l’année prochaine. C’est ce qui explique pourquoi nous tablons encore sur une baisse de -20% cette année pour la division Electronique avant un rebond l’année prochaine. L’accord entre STMicroelectronics et Rambus participe de l’élargissement de l’écosystème FD-SOI au domaine des mémoires…

Tradingsat.com : A quel stade de sa stratégie en est la société ?

Olivier Brice : Cette augmentation de capital intervient à un moment charnière de l’histoire de Soitec. Nous venons de consentir un important effort d’investissement. Cette phase est derrière nous et nous sommes désormais en mesure de récolter les fruits de notre stratégie dans l’électronique, les centrales solaires photovoltaïques à concentration (CPV) et bientôt dans l’éclairage LED. Au cours des deux dernières années, nous avons en effet investi 250 millions d’euros pour nous doter d’un outil industriel performant, nous permettant de livrer notre portefeuille de projets de centrales solaires et de saisir de nouvelles opportunités. Je rappelle que ces projets de centrales solaires font l’objet de contrats déjà signés. C’est notamment le cas de notre projet en Afrique du Sud qui devrait générer un chiffre d’affaires d’environ 80 millions d’euros dès l’exercice en cours. Une fois notre obligation convertible à échéance 2014 refinancée et notre structure de bilan consolidée nous pourrons nous consacrer pleinement à la réalisation de nos objectifs de croissance.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI