Bourse > Sanofi > Sanofi : Nouvelles données sur iniparib dans le cancer du sein et de l'ovaire
SANOFISANOFI SAN - FR0000120578SAN - FR0000120578
85.970 € +0.37 % Temps réel Euronext Paris
85.830 €Ouverture : +0.16 %Perf Ouverture : 86.150 €+ Haut : 85.010 €+ Bas :
85.650 €Clôture veille : 2 029 460Volume : +0.16 %Capi échangé : 111 075 M€Capi. :

Sanofi : Nouvelles données sur iniparib dans le cancer du sein et de l'ovaire

tradingsat

(Tradingsat.com) - Sanofi annonce aujourd'hui de nouvelles données concernant l'agent expérimental iniparib (BSI-201) dans le traitement du cancer du sein métastatique triple négatif, ainsi que dans le cancer ovarien récurrent sensible et résistant au platine. Ces données ont été présentées au 47e Congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago.

Cancer du sein métastatique triple négatif

Les résultats de l'étude de Phase III randomisée, en ouvert, portant sur une chimiothérapie par gemcitabine et carboplatine avec ou sans iniparib dans le traitement du cancer du sein métastatique triple négatif ont été présentés par Joyce O'Shaughnessy, M.D., investigateur principal de l'étude et codirectrice du Breast Cancer Research Program du Baylor-Charles A. Sammons Cancer Center, Texas Oncology, US Oncology à Dallas. Les résultats de cette étude révèlent ce qui suit :

- Les co-critères d'évaluation principaux de l'étude n'ont pas atteint le seuil de signification statistique pour la survie globale (HR=0,88, IC à 95 % [0,69, 1,12] ; p=0,28 [contre une valeur pré-spécifiée de p de 0,04]) ou la survie sans progression (HR=0,79, IC à 95 % [0,65, 0,98] ; p=0,027 [contre une valeur pré-spécifiée de p de 0,01].

- L'analyse de sous-groupes pré-planifiée des données des patientes traitées en deuxième et troisième lignes a montré une survie sans progression médiane de 4,2 mois dans le groupe iniparib, contre 2,9 mois dans le groupe chimiothérapie seulement (HR=0,67, IC à 95 % [0,5, 0,92]). La survie globale médiane s'est établie pour sa part à 10,8 mois dans le groupe iniparib, contre 8,1 mois dans le groupe chimiothérapie seulement (HR=0,65, IC à 95 % [0,46, 0,91]).

- Les effets indésirables les plus fréquents (grade 3/4, >5 %) observés chez les patientes du groupe iniparib ont été les suivants : neutropénie, thrombocytopénie, anémie, fatigue, élévation du taux d'ALAT (alanines aminotransférases) et dyspnée. L'ajout d'iniparib n'a pas augmenté de manière significative le profil de toxicité de la gemcitabine et du carboplatine.

« Les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique triple négatif ont accès à très peu d'options thérapeutiques » a déclaré le Dr O'Shaughnessy. « Les données obtenues en deuxième et troisième lignes sont encourageantes et justifient la poursuite de nos études afin d'apporter une réponse à ce besoin médical non satisfait. »

Cancer ovarien récurrent sensible au platine

Les données d'une analyse préliminaire d'une étude de Phase II multicentrique à un seul groupe de traitement évaluant une chimiothérapie par gemcitabine et carboplatine en association avec de l'iniparib dans le traitement du cancer ovarien récurrent sensible au platine ont été présentées par Richard T. Penson, M.D., Directeur-clinicien, Oncologie gynécologique médicale de l'Hôpital général du Massachusetts à Boston. Ces données révèlent que :

- le taux de réponse global (réponses complètes et partielles) s'établit à 65 % pour 40 patientes ayant pu être évaluées ;

- les événements indésirables les plus fréquents (grade 3/4, >5 %) ont été les suivants : neutropénie, thrombocytopénie, diarrhée et anémie.

Cancer ovarien récurrent résistant au platine

Les résultats d'une analyse préliminaire des données d'une étude de Phase II multicentrique à un seul groupe de traitement évaluant une chimiothérapie par gemcitabine et carboplatine en association avec de l'iniparib dans le traitement du cancer ovarien récurrent résistant au platine ont été présentés par Michael Birrer, M.D., Ph.D., Directeur, Oncologie gynécologique médicale, Hôpital général du Massachusetts à Boston. Ces données démontrent que :

- le taux de réponse global (réponses complètes et partielles) s'établit à 25 % pour 32 patientes ayant pu être évaluées ;

- les effets indésirables les plus fréquents (grade 3/4, >5 %) ont été les suivants : neutropénie, thrombocytopénie, nausées, anémie, occlusion de l'intestin grêle, douleurs abdominales et fatigue.

« Ces résultats montrent une fois de plus qu'iniparib est un agent actif qui peut être combiné avec une chimiothérapie standard. » a déclaré Debasish Roychowdhury, M.D., Senior Vice-Président, Division Oncologie de Sanofi. « Sanofi s'engage à poursuivre le développement d'iniparib en se basant sur l'activité observée à ce jour avec cette molécule. »


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...