Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SANOFI

SAN - FR0000120578 SRD PEA PEA-PME
75.350 € -1.30 % Temps réel Euronext Paris

Sanofi : La Bourse sanctionne le retard pris par Sanofi sur son vaccin

vendredi 11 décembre 2020 à 10h00
Le titre Sanofi recule après le revers sur le vaccin

(BFM Bourse) - Le vaccin conjointement développé par le laboratoire français et le britannique GSK ne sera pas prêt avant fin 2021, en raison d'une réponse immunitaire insuffisante chez les personnes de plus de 50 ans. Ce revers ramène le titre Sanofi au plus bas depuis un mois et demi.

C'est un revers au moment où d'autres démarrent les campagnes de vaccination: les laboratoires français Sanofi et britannique GSK ont annoncé vendredi que leur vaccin anti-Covid ne serait prêt que fin 2021, après des résultats moins bons qu'attendu dans les premiers essais cliniques.

La conduite du programme "est retardée afin d'améliorer la réponse immunitaire chez les personnes âgées", indiquent les groupes dans un communiqué. Ils tablent désormais sur une mise à disposition du vaccin au quatrième trimestre l'an prochain, alors qu'ils visaient initialement une demande d'homologation au premier semestre de 2021.

Sanofi, qui développe ce vaccin conjointement avec GSK -lequel fournit son adjuvant, cette substance qui, administrée conjointement avec un antigène, stimule ou renforce le système immunitaire-, comptait récemment encore démarrer fin décembre la toute dernière phase d'essais sur l'homme avant l'homologation des autorités ("phase 3").

Avec ce calendrier, le géant pharmaceutique français, l'un des principaux producteurs de vaccins au monde, espérait pouvoir produire un milliard de doses en 2021. Un objectif qui ne pourra plus être atteint.

Formulation "pas satisfaisante"

Les premiers essais sur l'homme lancés en septembre ("phase 1/2") ont produit des résultats intérimaires inférieurs aux attentes: si la réponse immunitaire des adultes de 18 à 49 ans est "comparable à celle des patients qui se sont rétablis d'une infection Covid-19", cette réponse est à l'inverse "insuffisante" chez les adultes plus âgés, précise le communiqué.

"Plus précisément, une séroconversion [la phase au cours d’une maladie infectieuse où les anticorps apparaissent suffisamment dans le sang pour que le test sérologique devienne positif, NDLR] a été observée chez 89,6% des participants du groupe 18-49 ans, 85% des participants du groupe des plus de 50 ans et 62,5% des participants du groupe des plus de 60 ans" détaille Martial Descoutures, analyste chez Oddo BHF en charge du secteur.

Les laboratoires veulent donc "affiner la concentration d'antigènes de manière à obtenir une réponse immunitaire élevée dans toutes les tranches d'âge", détaillent-ils. "La formulation du produit n'est pas satisfaisante. Il est important de l'optimiser, cela peut prendre un peu plus de temps", a expliqué à l'AFP Thomas Triomphe, le vice-président de la branche vaccins de Sanofi, reconnaissant une "déception".

Pour cela, les laboratoires conduiront donc une phase d'essai complémentaire à partir de février en s'appuyant sur un test récemment mené sur des primates non-humains avec une formulation d'antigènes améliorée. Celui-ci a montré que "le candidat-vaccin pourrait conférer une protection contre les pathologies pulmonaires et entraîner l'élimination rapide du virus dans les voies nasales et les poumons en l'espace de 2 à 4 jours", souligne le communiqué.

"Lorsqu'on injecte une forte quantité de virus à des animaux qui ont reçu le vaccin, on a d'excellents résultats, c'est ce qui nous donne confiance", relève Thomas Triomphe.

Traditionnellement, développer un nouveau vaccin prend du temps et de l'argent: selon les spécialistes du secteur, il faut en effet compter environ un milliard d'euros et dix ans en moyenne.

Déjà 11 vaccins en dernière phase d'essais cliniques

Pour le Covid, la recherche, dopée par des financements exceptionnels et des partenariats public-privés, a toutefois pulvérisé les échéances habituelles. Ainsi, 11 vaccins à travers le monde sont déjà passés en dernière phase d'essais cliniques.

Parmi eux, plusieurs ont déjà publié des résultats d'efficacité, dont l'américain Pfizer, qui travaille en collaboration avec la biotech allemande BioNtech. Le Royaume-Uni a déjà donné son feu vert à leur vaccin et débuté une campagne de vaccination mardi. Celui de la biotech américaine Moderna pourrait de son côté être autorisé dès la semaine prochaine aux Etats-Unis.

Sanofi et GSK arriveront ils donc trop tard? "Ce retard repousse le lancement prévu du vaccin de Sanofi et GSK encore plus loin dans le peloton des concurrents", ont commenté les analystes de Jefferies dans une note. Ce sont "trois à quatre mois de retard, mais avec au bout du compte plus d'informations sur une meilleure formulation", assure pour sa part Thomas Triomphe. "Il reviendra à nos partenaires de décider s'ils veulent commander des doses." Sanofi et GSK avaient en effet passé plusieurs contrats de livraison, dont l'un avec l'Union européenne qui lui a réservé 300 millions de doses de vaccins pour 2021.

Le titre Sanofi au plus bas depuis début novembre

Dans un marché parisien en net repli (-1,19% pour le CAC à 10h), le titre Sanofi recule de 3,1% (plus forte baisse de l'indice) à 79,25 euros, au plus bas depuis le 2 novembre dernier. Ce net repli ramène la valorisation boursière du laboratoire français juste en-dessous du seuil symbolique des 100 milliards d'euros (-11,7% depuis le 1er janvier). Au même moment à Londres, l'action GSK évolue en légère hausse (+0,3%).

Si la déception est palpable vendredi matin sur la place parisienne, Martial Descoutures souligne toutefois que "malgré ces résultats sensiblement inférieurs aux attentes, le marché et nous-mêmes (Oddo BHF, NDLR) n'incluions aucune vente potentielle ces prochaines années pour ce candidat vaccin". L'analyste laisse donc son objectif de cours inchangé, à 103 euros (ce qui témoigne d'un potentiel de hausse de plus de 30%), et reste à l'achat sur le titre.

Martial Descoutures estime de fait que "ce décalage souligne surtout les difficultés des différents acteurs à développer dans un temps record des candidats vaccins contre la COVID-19. Le "read accross" (littéralement "lecture croisée") des résultats est donc positif aujourd’hui pour les acteurs à ARNm tels que BioNtech/Pfizer qui ont reçu une recommandation positive de l’AdCom -pour "Advisory Comittee" ou "comité d'experts indépendants" de la FDA- hier (à 17 voix "pour" vs 4 "contre") et Moderna dont l’AdCom est prévu le 17 décembre".

Sanofi travaille sur un autre candidat vaccin avec l'américain Translate Bio à partir de cette technologie innovante de l'ARN messager. Les essais de phase 1 de ce vaccin devraient commencer ce mois-ci.

(avec AFP)

©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SANOFI en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+322.30 % vs +17.28 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat