Bourse > Royal dutch shella > Royal dutch shella : Nomura toujours à l'achat, bientôt la fusion avec BG
ROYAL DUTCH SHELLAROYAL DUTCH SHELLA RDSA - GB00B03MLX29RDSA - GB00B03MLX29
24.185 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
24.055 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 51 937 M€Capi. :

Royal dutch shella : Nomura toujours à l'achat, bientôt la fusion avec BG

tradingsat

(CercleFinance.com) - Alors que le terme de la fusion de Shell et de BG Group se rapproche, les analystes de Nomura saluent ce matin l'avis positif sur la future opération rendu par un régulateur australien, le FIRB. Le bureau d'études confirme par la même occasion son conseil d'achat sur la valeur pétro-gazière anglo-néerlandaise, ainsi que son objectif de cours de 1.900 pence.

A la Bourse de Londres, l'action Royal Dutch Shell de classe A prend 0,3% à 1.669 pence

Shell a annoncé ce matin que l'autorité administrative australienne supervisant les investissements étrangers, l'Australian Foreign Investment Review Board (FIRB), avait 'formellement' validé le rapprochement. Le FIRB était l'avant-dernier régulateur qui devait se prononcer sur la mégafusion : c'est désormais à la Chine, par la voix du ministère du Commerce (MOFCOM), de parler.

Nomura se félicite que cette nouvelle étape a été franchie, ce qui ouvre la voie à une concrétisation du rapprochement au début de l'année 2016 : '16 des 17 validations réglementaires clés (dont 12 étaient inconditionnelles) ont déjà été obtenues', calculent les spécialistes.

Et maintenant ? Nomura suppute que le MOFCOM pourrait rendre son avis au début du mois de janvier, sans poser de problème selon Nomura. Ensuite, la fusion serait bouclée au cours du premier trimestre 2016.

Si en Bourse l'action Shell reste mal aimée, ne peut que constater Nomura, les raisons de l'apprécier ne manquent pas. Le rapprochement avec BG va tirer vers le bas sa structure de coûts ; le portefeuille d'actifs offre une large potentiel de rationalisation ; les économies se poursuivent et les synergies de fusion pourraient dépasser les cinq milliards de dollars ; et enfin à 60 dollars le baril à horizon 2017, le cash-flow couvre le dividende, soulignent les spécialistes.

Et les analystes de conclure : 'l'heure est au contrôle des coûts, mais demain le focale se déplacera vers la thématique de la croissance'. Ce qui devrait d'autant mieux se passer que le portefeuille du groupe est de qualité et offre, selon Nomura, une bonne visibilité à horizon 2020.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...