Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

RISC GROUP

RSC - FR0011010198 SRD PEA PEA-PME
0.000 € 0.00 %

Risc group : Gérard guillot, pdg, s'exprime à quelques jours d'une assemblée générale décisive

mardi 15 décembre 2009 à 09h30
Gérard guillot, pdg, s'exprime à quelques jours d'une assemblée générale décisive

(BFM Bourse) - Vendredi 18 décembre, l'Assemblée Générale de Risc Group doit valider l'entrée au capital de STS comme actionnaire de référence. Pour Gérard Guillot, le Président de la SSII, un rapprochement avec l'un des leaders mondiaux dans l'édition de logiciels est la meilleure alternative possible pour retrouver au plus vite la rentabilité.

Tradingsat.com : L'opération de la dernière chance approche. Etes-vous serein quant à sa réussite ?

Gérard Guillot : Nous n'aurons pas d'éléments concernant le décompte des votes avant le 18 décembre mais nous connaissons très bien notre actionnariat. Nous avons communiqué au mieux avec nos 9 000 actionnaires, qui représentent 80% de notre capitalisation, mais devons en sensibiliser une part significative. En effet, ces derniers devront s'adresser auprès de leur établissement bancaire pour remplir des formalités administratives et ainsi exercer leur pouvoir. Une démarche contraignante et parfois ignorée qui nous conduit à rester prudent sur le diagnostic potentiel de cette Assemblée Générale.

Tradingsat.com : Certains analystes craignent un possible échec de l'opération au regard du capital de Risc Group, fortement dilué. Quelles seraient les conséquences d'un refus de l'entrée de STS de la part de vos actionnaires ?

Gérard Guillot : Il y aurait plusieurs conséquences. Tout d'abord, cela signifie que le conseil d'administration aura été déjugé dans sa recherche d'actionnaire de référence. Dès lors la question de sa démission restera posée. Dans cette hypothèse, Risc Group sera également privée d'une augmentation de capital de 10 millions d'euros et le problème de la gouvernance d'entreprise ne sera toujours pas résolu. Avoir 9 000 actionnaires est une force, mais ne répondra donc pas à l'équation de la gouvernance d'une entreprise en général.

Tradingsat.com : Selon la presse spécialisée, l'opérateur IC Télécom aurait également regardé Risc Group en vue d'une prise de participation au capital. Vous confirmez cette information ?

Gérard Guillot : 45 sociétés financières et industrielles ont étudié notre dossier et parmi elles, aucune ne nous a autorisé à divulguer son nom. HSBC, notre banque conseil, a reçu toutes les propositions et c'est le dossier STS qui a réuni les meilleures données économiques, industrielles, et de gouvernance d'entreprise.

Tradingsat.com : En quoi un rapprochement avec STS sera créateur de valeurs pour les actionnaires ?

Gérard Guillot : STS Group est un éditeur de solutions universelles de confiance numérique leader en Europe. Il sera demain l'un des leaders mondiaux grâce à ses plateformes d'intervention Saas (« Software as a service ») dont il dispose sur à peu près tous les continents. STS est aussi à la fois au début et à la fin de la prestation que propose Risc Group. Nous voyons trois éléments de création de valeur. Tout d'abord, STS peut apporter sur les 21 000 clients de Risc Group une offre très complémentaire. Ensuite, notre technologie BACKUPIA, l'offre phare de sauvegarde en ligne de Risc Group, est clairement reconnue comme une chaîne de logiciels unique que STS considère toujours comme l'un des brevets les plus experts en matière de transport de données. D'ailleurs, nous avons dû réduire le brevet dans ses capacités technologiques pour pouvoir l'exploiter partiellement.

La troisième création de valeur est évidemment la contribution du management de STS. Ce « quatuor » (Bernard Calvignac, Henry Crémadès, Pierre Fort et James Cohen), qui interviendrait aussi bien dans la partie logiciels, commerciale, managériale que dans le financement de l'entreprise, pourrait nous apporter les compléments et le bouquet final d'une capacité de développement et de rentabilité de Risc Group telle qu'elle ne l'a jamais connu. La force de STS réside dans ses capacités de recherche et développement très structurée. En cas d'adossement avec ce groupe, BACKUPIA peut être remis sur le marché avec une très grande sécurité en évitant tout risque systémique.

Tradingsat.com : Vous parliez du modèle Saas (« logiciel en tant que service »). C'est une sorte d'abonnement à des services applicatifs en ligne, moins coûteux que l'achat d'une licence ?

Gérard Guillot : En effet, le modèle Saas permet à la clientèle d'une entreprise de services informatiques que nous fournissons d'offrir des moyens, des services ou une expertise, par le biais d'un lien téléphonique ou d'une ligne de transport de données, et d'y adjoindre au fil des mois des besoins différenciés en fonction de l'évolution des technologies informatiques.

Tradingsat.com : Quels sont vos principaux concurrents dans l'infogérance et les réseaux, ainsi que dans le domaine de la sauvegarde ?

Gérard Guillot : En infogérance et en réseaux, propre à l'activité d'Ornis, ce sont évidemment tous les géants du secteur dont Capgemini. Risc Group est une entreprise très moyenne qui compte une vingtaine d'entreprises concurrentes sur le territoire national et européen. Dans le domaine de la sauvegarde, ce sont de petites entités opérationnelles qui ont émergé à l'abri d'activités liées à des licences prises chez IBM et Tivoli mais dont l'importance sur ce marché est relative. En revanche, les grands opérateurs comme France Télécom, Bouygues ou SFR pourraient devenir des concurrents sérieux s'ils décidaient d'offrir des services de sauvegarde aux PME au lieu de sous-traiter comme ils le font. Ils utilisent actuellement des brevets qui ne leur appartiennent pas, et la location est coûteuse...

Tradingsat.com : Risc Group a perdu beaucoup d'argent lors de l'exercice passé, près de 30 millions d'euros. Comment expliquer cette situation ?

Gérard Guillot : Risc Group a toujours connu une situation financière difficile au niveau du résultat opérationnel. Nous avons dû il est vrai déprécier la participation d'Ornis ce qui a pesé dans les résultats de l'entreprise : -4 ME de résultat opérationnel, -4,7 ME de correction financière, -7 ME d'adaptation de la comptabilité IFRS avec toutes les problématiques qu'elle engendre. Tous ces éléments ont contraint la Société à dégager une perte de 30 ME…

Je reconnais cependant avoir traité le problème de l'endettement qui était apparent : les charges du « leaser » étaient estimées à près de 80 ME ! Nous avons traité un contrat de cession parfaite qui a permis de se décharger de la responsabilité totale de l'ensemble du portefeuille de la dette. Aujourd'hui, Risc Group n'a aucun impayé dit de situation financière de nos clients cédés. Nous n'avons jamais été économiquement en situation parfaite ni même d'un bénéfice construit pour l'avenir car toute la politique et stratégie de l'entreprise était fondées sur un développement commercial « coûte que coûte ». C'est ainsi que nous sommes passés de 4 000 à 21 000 clients, et ce fut une réussite !

Tradingsat.com : Dans le cas du vote favorable des actionnaires en Assemblée Générale, Risc Group a-t-il des projets de croissance externe ?

Gérard Guillot : Si STS vient au capital, la première de son ambition et de l'engagement qu'il a évoqué est de restaurer tous les fondamentaux de Risc Group (technologiques, commerciaux ou financiers) et de renouer au plus vite avec les bénéfices, c'est-à-dire, selon STS, autour de 18 mois.

Propos recueillis par Julien Mouret.

Propos recueillis par - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur RISC GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.90 % vs +33.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat