Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

RENAULT

RNO - FR0000131906 SRD PEA PEA-PME
34.420 € -2.35 % Temps réel Euronext Paris

Renault : Des rumeurs de cession des parts de Nissan dans Mitsubishi font grimper Renault en Bourse

lundi 16 novembre 2020 à 10h24
Renault au plus haut depuis fin février

(BFM Bourse) - Renault grimpe à un plus haut depuis fin février alors que Nissan pourrait vendre sa participation de 34% dans Mitsubishi selon Bloomberg. Une information toutefois démentie par le constructeur nippon.

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi faite de participations croisées est-elle amenée à évoluer? Selon Bloomberg, qui cite des sources non identifiées, le constructeur japonais (dont Renault détient 43% du tour de table) pourrait vendre sa participation de 34% dans Mitsubishi Motors. Une démarche qui constituerait un changement fondamental dans la structure capitalistique de l'alliance créée par Carlos Ghosn. que les deux constructeurs automobiles forment avec Renault.

Toujours selon Bloomberg, Nissan envisage de chercher de potentiels acquéreurs parmi lesquels pourraient figurer d'autres actionnaires de Mitsubishi Motors, comme Mitsubishi Corp, alors que le groupe craindrait d'éprouver des difficultés à se remettre des répercussions économiques de la crise sanitaire.

Une décision qui n'aurait "ni queue ni tête"

Si Bloomberg est généralement bien informé, Nissan s'est empressé de démentir ces informations lundi matin. "Il n'y a pas de plans pour changer la structure de capital avec Mitsubishi", a réagi Nissan dans une brève déclaration transmise à l'AFP. Une source proche de Nissan a encore enfoncé le clou: une telle décision n'aurait "ni queue ni tête", a-t-elle estimé auprès de l'AFP.

Cela obligerait de fait Nissan à passer des dépréciations conséquentes car la capitalisation boursière de Mitsubishi Motors s'élève actuellement à seulement 300 milliards de yens (soit 2,4 milliards d'euros), à peine plus que les 2,1 milliards d'euros déboursés en 2016 par Nissan pour racheter 34%. Ce dernier n'a par ailleurs "pas de problèmes de liquidités", a rappelé cette même source.

Au terme du 3e trimestre bouclé fin septembre, Nissan disposait d'un matelas confortable de trésorerie et équivalents de près de 2.500 milliards de yens (20 milliards d'euros), après avoir notamment émis en septembre deux emprunts obligataires géants, en dollar et en euro. Dans le détail, Nissan a émis 8 milliards de dollars d’obligations mi-septembre dernier pour renforcer ses réserves de trésorerie, après avoir déjà levé, depuis avril, des emprunts totalisant 895 milliards de yens (7,1 milliards d'euros au cours actuel) auprès de diverses institutions financières dans le monde.

Mitsubishi plombé par la crise

Mitsubishi Motors a aussi fermement démenti les informations de Bloomberg, expliquant qu'il n'y avait "pas de discussions sur une révision de notre relation capitalistique" avec Nissan, selon son porte-parole. Selon les sources proches du dossier citées par Bloomberg, Nissan redouterait d'être durablement plombé par Mitsubishi Motors, lui aussi dans le rouge et dont le redressement face à la pandémie pourrait prendre plus de temps.

Car si les performances de Nissan se sont améliorées sur le trimestre écoulé, selon des chiffres publiés la semaine dernière, Mitsubishi Motors a de son côté publié début novembre une perte trimestrielle pire que prévu.

Rebond de Renault en Bourse

Nissan s'attend désormais à enregistrer une perte nette de 615 milliards de yens (4,95 milliards d'euros) en 2020/21, contre une perte de 670 milliards de yens précédemment anticipée. Mitsubishi Motors prévoit pour sa part une perte nette de 360 milliards de yens (2,9 milliards d'euros). Les risques d'une déliquescence de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors avaient été élevés après l'éviction fracassante de sa clé de voûte Carlos Ghosn, arrêté il y a deux ans à Tokyo pour malversations financières présumées et qui a fui au Liban fin 2019. Les rapports entre Renault et Nissan se sont toutefois nettement réchauffés depuis l'arrivée aux commandes fin 2019 d'une nouvelle direction de Nissan résolument pro-alliance.

En Bourse, les informations de Bloomberg portent le cours de l'action Renault à Paris, le titre du constructeur au losange membre de l'alliance s'adjugeant 2,7% à 29,81 euros, au plus haut depuis le 24 février dernier. Le titre Renault a même pris jusqu'à plus de 4% peu après l'ouverture, avant le démenti de Nissan.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur RENAULT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat