Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

REMY COINTREAU

RCO - FR0000130395 SRD PEA PEA-PME
185.900 € +0.49 % Temps réel Euronext Paris

Remy cointreau : Malgré le doublement des ventes au premier trimestre, le cours de Rémy Cointreau piétine

mardi 20 juillet 2021 à 15h50
Rémy Cointreau n'évolue pas en Bourse malgré son premier trimestre exceptionnel

(BFM Bourse) - En dépit d'une croissance "exceptionnelle" de ses ventes au premier trimestre, ressorties ainsi largement supérieures aux attentes du marché, le titre du groupe de spiritueux évolue peu mardi, les investisseurs se montrant déçus du simple maintien des objectifs annuels de Rémy Cointreau.

Le marché anticipait un robuste premier trimestre pour Rémy Cointreau, "resté relativement prudent sur sa stratégie de livraisons au 4e trimestre 2020-2021" selon Loïc Morvan, analyste chez Bryan Garnier, mais pas à ce point. Quand le consensus misait sur un bond de 69% des ventes (en organique) entre avril et juin, le groupe à la tête du cognac Rémy Martin, du gin The Botanist et de la liqueur Cointreau a délivré une "croissance exceptionnelle" -selon ses termes- de 105% à 293,1 millions. "Portées par la poursuite d'une excellente dynamique aux Etats-Unis et en Chine, ainsi qu'une nette amélioration de la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique", celles-ci ressortent également 36,5% au-dessus de leur niveau d'il y a deux ans.

"Le principal moteur de cette forte reprise des ventes est la marque emblématique de cognac Remy Martin (73% des revenus totaux du groupe), en progression organique de 105% à 200 millions d'euros (+85% prévu par le consensus)" souligne Loïc Morvan.

Le marché ne s'emballe néanmoins pas du tout après cette annonce, saluée par une variation anecdotique à 15h (-0,2% à 178,1 euros). Ce qui s'explique, selon l'analyste en charge du dossier chez Kepler, Richard Withagen, par le fait que le groupe n'ait pas relevé ses prévisions annuelles, "le directeur financier Luca Marotta ayant déclaré qu'il prévoyait d'augmenter les investissements, ce qui freinera la croissance du bénéfice d'exploitation cette année, réitérant ce qu'il avait dit début juin". La société a par ailleurs déclaré que les performances du premier trimestre étaient conformes à ses attentes en interne, et souligné l'augmentation des coûts de la chaîne d'approvisionnement en raison de la pénurie de conteneurs, de camions, etc. Le producteur de spiritueux "devra donc réaliser des économies supplémentaires pour maintenir ses perspectives de marge, et ce défi persistera probablement pendant un certain temps" avance Richard Withagen.

Les analystes maintiennent leur cible nettement en-deçà du cours actuel

Pour les raisons évoquées ci-dessus, Rémy Cointreau reste donc relativement prudent pour la suite de l'exercice 2021/2022. Tout juste le groupe réitère-t-il "sa confiance dans sa capacité à surperformer le secteur des spiritueux d'exception". Le groupe "anticipe notamment un excellent premier semestre soutenu par une base de comparaison très favorable, des effets de phasage de ses expéditions et de nouvelles tendances de consommation structurellement plus porteuses aux Etats-Unis".

"Les ventes du deuxième trimestre devraient être beaucoup plus modérées après un premier trimestre exceptionnel qui ne peut être extrapolé compte tenu du calendrier des livraisons" prévient toutefois Loïc Morvan. L'analyste de Bryan Garnier maintient par ailleurs son conseil à la vente sur le titre ainsi que son objectif à 135 euros, ce qui augure d'une baisse théorique de 25% sur les 12 prochains mois. "À ce stade, nous ne changeons pas nos prévisions pour l'exercice en cours même si elles peuvent paraître prudentes après la publication des ventes du 1er trimestre" précise l'analyste.

Même son de cloche chez Jefferies, qui réaffirme son opinion à "sous-performance" assortie d'une cible à 145 euros (-18,7%). Le bureau d'études pointe la cherté du titre qui se négocie à 45,5 fois ses bénéfices attendus pour 2022 - contre 22 fois, en moyenne, sur le segment des produits de base. Un avis partagé par Oddo BHF, qui reste également à "sous-performance" et maintient son objectif à 105 euros (-41%). "Notre recommandation repose sur un niveau de valorisation qui nous semble très excessif (Oddo évoque un PER de 60) malgré la qualité des fondamentaux et le mouvement généralisé de réévaluation observé depuis 2 ans sur les valeurs positionnées sur la consommation premium et super premium" comment le bureau d'études.

En hausse de 16% depuis le 1er janvier, Rémy Cointreau affiche actuellement une valorisation boursière de 9 milliards d'euros - soit plus de deux fois celle d'Atos. Et selon le consensus de 22 analystes compilé par Investir, le bénéfice est attendu à 165 millions d'euros sur l'exercice 2021-2022, ce qui ferait descendre le PER de 60 à 55 sur la base du cours actuel du titre.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur REMY COINTREAU en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.10 % vs +35.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat