Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

PUBLICIS GROUPE SA

PUB - FR0000130577 SRD PEA PEA-PME
27.230 € -1.27 % Temps réel Euronext Paris

Publicis groupe sa : Publicis fait bien mieux que ce que craignait le marché et s'envole en Bourse

jeudi 23 juillet 2020 à 11h30
Publicis s'envole en Bourse jeudi

(BFM Bourse) - Propulsé par des résultats nettement supérieurs à ce qu'attendait le marché, le titre Publicis s'envole jeudi matin, même si le groupe publicitaire a publié un bénéfice net divisé par plus de deux sur les six premiers mois de l'année. Arthur Sadoun estime en outre que les "solides fondamentaux" du groupe vont lui permettre de traverser cette période d'incertitude.

Troisième groupe publicitaire mondial en termes de revenus derrière le britannique WPP et l'américain Omnicom, Publicis a fait état de résultats semestriels bien moins mauvais que ce craignaient les marchés.

"Publicis a publié ce matin des résultats du premier semestre supérieurs aux attentes sur la base d'une baisse organique de 13% (à 2,29 milliards d'euros au deuxième trimestre, NDLR) alors que nous tablions sur -18,2% et que nous étions déjà supérieurs au consensus", constatent les analystes d'Oddo BHF. Un recul conséquent mais moindre que le consensus compilé par Publicis auprès de 18 analystes qui misaient, en moyenne, sur une chute de 20%. Il s'agit également d'"une performance bien supérieure à la baisse de 23% des dépenses publicitaires mondiales estimée par Zenith (l'agence média de Publicis, NDLR) ou encore celle de 30% indiquée par le WFA (World Federation of Advertisers, NDLR) pour ce trimestre" se félicite le groupe dans son communiqué

Plus forte hausse en séance depuis 20 ans

Agréablement surpris, le marché parisien salue vivement cette publication. À 10h40, le titre Publicis s'envole de 17,3% à 31,32 euros, ce qui constitue sa plus forte hausse en séance depuis au moins 20 ans selon Reuters. Cette envolée permet à l'action Publicis de limiter son recul à 22% depuis le début de l'année, et profite à son concurrent britannique, l'action WPP évoluant en hausse de 4,3% à Londres. Depuis le 1er janvier, le titre du n°1 mondial du secteur affiche néanmoins un repli plus prononcé (-41%) que celui de Publicis. Les autres poids lourds du secteur sont également en net repli en 2020 (-32% pour Omnicom, -23% pour Interpublic).

Grâce à la contribution d'Epsilon dont l'acquisition a été finalisée en juillet dernier, le revenu net du groupe a progressé de 9,7% au premier semestre, à 4,77 milliards d'euros (+2,6% à 2,29 milliards sur le seul deuxième trimestre), les acquisitions (nettes de cessions) ayant contribué à hauteur de 743 millions d'euros. Le bénéfice net part du groupe publicitaire s'est en revanche effondré (-60,6% à 136 millions d'euros).

"Comme anticipé, nous avons été affectés par les premières conséquences économiques de la crise du coronavirus au deuxième trimestre. Mais nous avons été en mesure d'en contenir les premiers effets, grâce à notre offre unique, à l'efficacité de nos services partagés et notre solidité financière", a déclaré le président du directoire Arthur Sadoun, cité dans le communiqué.

Publicis a amélioré son excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 4,3% à 923 millions d'euros (qui intègre la contribution d'Epislon avec une marge opérationnelle qui s'établit à 13%, en repli de seulement 1,1 point par rapport à la même période un an plus tôt. "La gestion des coûts ressort une nouvelle fois comme le point fort de Publicis", observe Oddo BHF. Sur la baisse de 500 millions d'euros qu'il avait annoncée en avril dernier, le groupe indique avoir déjà réduit ses coûts de 286 millions d'euros à fin juin. "Grâce à sa capacité d'adaptation rapide, à son modèle-pays et à sa culture de gestion rigoureuse des coûts, le groupe a fait la preuve de sa résilience financière au premier semestre" se félicite Arthur Sadoun.

Gain de nouveaux clients

La solide performance enregistrée par Publicis sur les six premiers mois de 2020 s'explique également par le recrutement de gros comptes en 2019, parmi lesquels Walt Disney, Bank of America ou encore Novartis. Et le groupe ajoute avoir "continué d'enregistrer des gains importants de nouveaux budgets (au premier semestre, NDLR) dans tous nos pays, comme Sephora en Amérique du Nord, McDonald’s en Chine ou la Française des Jeux en France, démontrant ainsi notre capacité à gagner de grandes compétitions grâce à notre modèle unique".

Par zone géographique, le groupe a pu compter sur un "bon début d'année aux États-Unis", où la croissance organique des revenus n'a subi qu'une baisse limitée entre janvier et juin (-3,6%), avec un deuxième trimestre à 6,8% "alors même que les dépenses publicitaires ont baissé de 18% sur cette période, selon les estimations" souligne Publicis. En revanche, l'Europe a enregistré une chute organique de 23,5% de ses revenus sur le deuxième trimestre (-16,5% sur le semestre), tandis qu'une "nette amélioration en Chine" a permis de limiter le repli des ventes à -5,7% en organique au deuxième trimestre (-3,9% sur le semestre).

S'agissant des perspectives, Publicis a souligné que le contexte générait "de nombreuses incertitudes" qui rendent "difficile la communication d'une prévision spécifique pour le second semestre 2020", même s'il prédit une amélioration du taux de marge opérationnelle par rapport aux six premiers mois de l'année.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur PUBLICIS GROUPE SA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat