Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole WTI

WBS - MP0000000WBS
- -

Pétrole wti : Plombé par le coronavirus, le prix du baril chute à un plus bas depuis un an

mercredi 26 février 2020 à 11h40
L'or noir au plus depuis janvier 2019

(BFM Bourse) - Préoccupés par les répercussions économiques de l'épidémie du Covid-19 sur la croissance chinoise, et donc sur la demande mondiale en hydrocarbures, les cours des références mondiales de pétrole brut chutent à un plus bas depuis janvier 2019 après avoir abandonné près de 10% depuis lundi.

Tombé lundi à un plus bas annuel, les cours de l'or noir poursuivent leur repli mercredi, le baril de "light sweet crude" américain (ou WTI) tombant à un plancher depuis janvier 2019 dans un marché toujours inquiet de la propagation du coronavirus. À 11h15, le baril de WTI pour livraison en avril perdait 1,12% par rapport à la clôture de mardi, à 49,34 dollars, après être tombé à 49,01 dollars plus tôt dans la matinée, un plus bas en presque quatorze mois. Le baril de Brent de la mer du Nord pour la même échéance valait 53,55 dollars à Londres, en baisse de 1,31%.

Depuis la clôture de vendredi dernier, les barils de Brent et de WTI lâchent ainsi respectivement 9,1% et 8,3%.

"Les craintes d'une pandémie mondiale de Covid-19 se multiplient suite aux dernières informations en provenance d'Europe et des États-Unis, et affectent également les marchés financiers : la confiance des investisseurs en souffre fortement", a expliqué Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank.

De fait, l'or noir n'est pas le seul actif touché mercredi, les Bourses de Paris, Londres et Francfort évoluant -de nouveau- en forte baisse mercredi, chutant à des plus bas depuis octobre, après avoir déjà connu deux séances noires.

Apparue en décembre dernier dans le centre de la Chine, l'épidémie a déjà atteint un pic dans ce pays, où elle a contaminé quelque 78.000 personnes dont plus de 2.700 sont mortes, ont indiqué mercredi les autorités chinoises. Elle touche maintenant de plus en plus de pays, y compris en Europe. En dehors de l'empire du Milieu, le Covid-19 a déjà fait plus de 40 morts pour environ 2.500 contaminations, les pays les plus touchés étant la Corée du Sud et l'Italie.

Et "les perspectives concernant la demande (de pétrole) qui, selon le directeur de l'Agence Internationale de l'Energie, sera la plus faible depuis une décennie cette année quoi qu'il arrive, pourraient encore se détériorer encore plus à en juger par les remarques qu'il a faites hier à Londres", souligne Eugen Weinberg. "La consommation chinoise de pétrole a (déjà) diminué d'environ 3 millions de barils par jour", note James Williams, analyste chez WTRG Economics. Certains analystes évoquent même une diminution de 4 millions de barils par jour.

Le Fonds monétaire international "a estimé la croissance chinoise à 5,6% cette année, soit 0,4 point de moins que l'estimation pré-épidémie", a souligné Tamas Varga, analyste pour PVM. Ce ralentissement chinois "pourrait entraîner une réduction de la croissance économique mondiale de 0,1 point", a-t-il ajouté. Et les dernières révisions à la baisse concernant la croissance chinoise en 2020 n'incitent pas à l'optimiste, loin de là. Dernier en date, Goldman Sachs ne s'attend plus qu'à une croissance de 2,5% du PIB chinois sur l'année en cours. La semaine dernière, Stanchart et Nomura avaient déjà sabré leurs perspectives pour l'économie chinoise, anticipant respectivement une croissance de 2,8% et de 3%.

"Si l'Opep+ (les pays membres de l'Opep et leurs partenaires parmi lesquels la Russie, NDLR) tarde trop à sortir des mesures pour contrer l'impact sur la demande, les prix pourraient tomber assez vite, avec un baril de Brent pas si loin de 50 dollars", renchérit Craig Erlam, analyste pour Oanda. Les membres du cartel et leurs alliés se réunissent la semaine prochaine à Vienne, en Autriche, pour se mettre d'accord sur leur stratégie afin de soutenir les cours. Pour l'heure, "le groupe Opep+ ne montre aucun signe d'accord et les prévisions de son comité technique sous-estiment très probablement la baisse de la consommation et sa durée", selon James Williams.

(avec AFP)

Q. S. - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.20 % vs -2.41 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat