Bourse > Or > Or : l'once se tasse, la Russie moins inquiétante
OrOr GC - MP00000000GCGC - MP00000000GC
1 270.70 -1.12 %
1 275.00Ouverture : 1 276.40+ Haut : 1 265.00+ Bas :
-0.34 %Perf Ouverture : 1 294.80Clôture veille : 0Volume :

Or : l'once se tasse, la Russie moins inquiétante

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.339,50 dollars (- 10 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 973,9 euros (- 6,2 euros).

Rappelons qu'hier après-midi, l'once a atteint 1.349,5 dollars à la faveur de la crise russe, ce qui constitue son nouveau sommet annuel selon les fixings de Londres, et du jamais vu depuis fin octobre 2013.

'La crise en Ukraine a provoqué un 'rally' de 25 dollars pour l'once d'or à la faveur du retour de la demande de métal en tant que valeur refuge', commentaient hier soir les courtiers de Triland Metals depuis Londres. Dubitatif, Triland estime pourtant que le métal précieux a récemment prouvé qu'il n'était pas vraiment un havre de paix. Quoi qu'il en soit, l'incertitude géopolitique a joué en sa faveur.

Le repli de l'once peut d'ailleurs être expliqué ce matin par la détente qui pourrait se concrétiser entre Moscou et Kiev. “Le président Poutine a renvoyé dans leurs bases des soldats russes en manoeuvre”, constatent les courtiers de RTFX. Les manoeuvres regroupant quelque 150.000 militaires russes non loin de la frontière ukrainienne étaient effectivement un facteur de tension de plus. La diplomatie semble en outre prendre le pas sur l'action militaire dans la région, Moscou échangeant de nouveau avec les autres capitales.

Ce qui n'empêche que des militaires très vraisemblablement russes restent présents en nombre en Crimée, région autonome sous souveraineté ukrainienne.

Dans une conférence de presse, le président russe Vladimir Poutine vient d'exclure, “pour le moment”, un intervention militaire conte l'Ukraine. Mais il est resté combatif en estimant que les troupes présumées sans insigne en Crimée étaient des forces d'auto-défense (et non des militaires russes), et en annonçant que le rabais octroyé à l'Ukraine sur le prix du gaz sera remis en cause.

Les courtiers de Société Générale mettent d'ailleurs en garde contre ce qui n'est, selon eux, qu'une amélioration 'temporaire' : 'bien évidemment, ce n'est pas terminé', écrivent-ils ce matin à propos des tensions russo-ukrainienne. 'Les conséquences économiques de la crise seront significatives, notamment en Russie, quand en Ukraine, la stabilité politique constitue toujours un immense défi'.

Par ailleurs, chez ANZ, les analystes Matières premières soulignent aussi qu''au-delà du brouillard géopolitique, les acheteurs chinois de métal physique restent largement absents, ce qui peut présager d'une correction dans le sillage de la détente ukrainienne'.

Rien à signaler du côté de l'encours formant la contrepartie de l'ETF aurifère SPDR Gold Shares, stable hier soir à 803,7 tonnes, comme tel est le cas depuis le 25 février.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta estiment que la résistance des 1.337 a été 'clairement' reprise. Un retracement vers les 1.433, le sommet d'août 2013, pourrait s'ensuivre, estiment-ils. Prochaine résistance à 1.361, support à 1.310.


Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...