Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NATIXIS

KN - FR0000120685 SRD PEA PEA-PME
3.077 € -2.32 % Temps réel Euronext Paris

Natixis : Le groupe Natixis lance un programme d'économies et va exfiltrer le sulfureux fonds H2O

vendredi 6 novembre 2020 à 10h31
Natixis va se séparer de sa filiale H20

(BFM Bourse) - La maison-mère de Natixis BPCE a dévoilé, jeudi, un plan de transformation de sa filiale cotée qui comprend notamment une séparation avec le fonds à problèmes H2O. Si la banque mutualiste vise en effet à établir "une nouvelle trajectoire créatrice de valeur pour Natixis", le marché accueille fraîchement ces annonces.

Natixis flanche de nouveau au sein d'un marché parisien qui hésite sur la direction à suivre (-0,3% pour le CAC à 9h40) après avoir signé un spectaculaire rebond au cours des cinq dernières séances. La filiale cotée du groupe bancaire mutualiste Banque Populaire Caisse d'Épargne lâche 5,5% à 2,094 euros au même moment, dans le sillage des annonces effectuées la veille par sa maison-mère.

BPCE a de fait levé le voile jeudi sur un plan de transformation au sein de sa filiale cotée Natixis, en proie à des turbulences depuis le début d'année, qui prévoit notamment une séparation avec le fonds à problèmes H2O et une réduction des risques en dérivés actions.

350 millions d'euros d'économies d'ici 2024

"Une nouvelle trajectoire créatrice de valeur est engagée pour Natixis et notre groupe", a déclaré Laurent Mignon, président du directoire de BPCE, à l'occasion de la présentation des résultats du troisième trimestre.

Cette trajectoire passe par un nouveau plan de transformation qui vise à dégager "environ 350 millions d'euros d'économies" d'ici à la fin 2024, "incluant notamment la transformation du métier actions de la banque de grande clientèle", explique Natixis, qui rassemble entre autres les activités de marché, la gestion de fortune ou encore la branche d'assurance du groupe bancaire mutualiste. "Il y aura des réorganisations", mais "aucun départ contraint", a promis son dirigeant Nicolas Namias.

En ce qui concerne le repositionnement de l'activité dérivés actions, très chahutée cette année sous l'effet de la crise du Covid-19, le groupe prévoit un arrêt des produits les plus complexes et une moindre exposition des profils d'investissement les moins risqués. En outre, ce jeudi marque l'arrivée d'un nouveau duo de dirigeants à la tête de sa division de grande clientèle.

Changement de patron à l'été

Natixis avait déjà changé de patron début août, après avoir subi une perte de 261 millions d'euros sur l'ensemble du premier semestre et traversé diverses zones de turbulences, liées notamment à l'un de ses affiliés, la société de gestion d'actifs britannique H2O.

Nommé à peine deux ans plus tôt, l'ex-directeur général François Riahi avait ainsi été remplacé par Nicolas Namias, membre du directoire du groupe BPCE qui occupait alors les fonctions de directeur général chargé des finances et de la stratégie.

Après avoir déjà été en proie à des secousses en 2019, H2O a à nouveau provoqué une vague d'inquiétudes au cours de l'été, après avoir annoncé la suspension de huit fonds fin août à la demande de l'AMF, une part croissante de ces placements étant constituée d'actifs non liquides difficiles à valoriser et liés à l'homme d'affaires allemand controversé Lars Windhorst.

Dans ce contexte, Natixis et sa filiale H2O "ont engagé des discussions en vue d'un dénouement progressif et ordonné de leur partenariat", a annoncé le groupe dans son communiqué, précisant que ces discussions portaient sur une "possible cession graduelle de la participation de Natixis dans H2O et sur une reprise ordonnée de la distribution par la société de gestion" d'ici à la fin 2021.

Dans un autre secteur, Natixis pourra s'appuyer à l'avenir sur le rapprochement des activités de gestion taux et assurantielle de son affilié Ostrum AM et de La Banque Postale Asset Management, officialisé le 1er novembre et donnant naissance à un poids lourd européen sur ce segment.

Natixis revient dans le vert

BCPE est parvenu à dégager un bénéfice net de 674 millions d'euros entre juillet et septembre, en repli d'environ 28% par rapport à la même période en 2019, pour un produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires, en baisse de 4% environ Cette baisse est liée essentiellement à l'effondrement sur un an du bénéfice net de Natixis, qui est passé de 415 millions au troisième trimestre l'an passé à 39 millions cette année. Ce faisant, cette filiale renoue toutefois avec les bénéfices, après des pertes lors des deux premiers trimestres.

À l'instar de ses concurrents, BPCE a aussi été contraint de passer de nouvelles provisions pour risques de crédit face à la dégradation du contexte économique sur fond de pandémie. Le groupe bancaire mutualiste, qui réunit les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Épargne, a toutefois pu compter ce trimestre sur une baisse de ses frais de gestion, de l'ordre de 3% environ.

Surtout, les activités de détail et l'assurance ont "bénéficié d'une reprise dynamique de l'activité après le confinement et affichent des solides performances", dans un contexte pourtant difficile de taux d'intérêt très bas, voire négatifs, fait-il valoir. Les recettes de ces activités ont ainsi progressé de 5% sur un an.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NATIXIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.10 % vs +10.08 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat