Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

METABOLIC EXPLORER

METEX - FR0004177046 SRD PEA PEA-PME
2.950 € +6.88 % Temps réel Euronext Paris

Metabolic explorer : "le choix de la malaisie fait doublement sens"

vendredi 5 novembre 2010 à 11h00

(BFM Bourse) - METabolic EXplorer vient de franchir une étape majeure vers sa transformation en une société biochimique intégrée. Avec l'annonce de la construction d'une usine de PDO* en Malaisie, le groupe se rapproche de la production à grande échelle pour 2012, comme prévu. L'une des économies les plus dynamiques du Sud-Est asiatique a en effet choisi de miser sur les bio-procédés alternatifs du groupe. Son PDG, Benjamin Gonzalez, nous explique en quoi ce partenariat est particulièrement prometteur.

Tradingsat.com : Vous annoncez une capacité de production future de 50 000 tonnes, pour un marché du PDO de quelle taille ?

Benjamin Gonzalez : L'investissement porte sur une première tranche de 8 000 tonnes. Mais la capacité de production de l'usine sera portée à 50 000 tonnes à moyen terme afin de pouvoir répondre à la forte demande du marché du Sud-Est asiatique. Nos propres estimations nous indiquent que, dans ses applications principales, principalement le polyester, le PDO devrait représenter un besoin d'environ 800 000 tonnes à l'horizon 2020, soit une valeur de marché entre 1,6 et 2 milliards de dollars.

Tradingsat.com : Vous visez 30% du marché mondial du PDO, d'autres unités seront donc nécessaires.

Benjamin Gonzalez : Il s'agit d'une première unité... Nous allons poursuivre notre stratégie de développement industriel. A côté de notre développement en propre, la stratégie de création de co-entreprises est toujours valide. Comme je l'ai déjà dit, ce n'est pas l'une ou l'autre option, mais bien l'une ET l'autre.

Tradingsat.com : Cette autre option, celle de la création d'une coentreprise, a-t-elle avancé ?

Benjamin Gonzalez : Nous parlons bien aujourd'hui d'UNE unité de production de PDO, et non pas de L'unité de PDO METEX. Ce qui signifie que nous prévoyons donc bien de déployer nos technologies à travers des partenariats qui feront du sens pour nous, soit en fonction d'applications précises, soit de zones géographiques déterminées… Les discussions sur des co-entreprises se poursuivent.

Tradingsat.com : Pourquoi avoir choisi la Malaisie pour construire votre usine ?

Benjamin Gonzalez : L'industrie de la chimie et des polyesters est très forte en Asie, sa croissance est considérable, le déséquilibre entre l'offre et la demande y est énorme. Or, l'offre locale n'existe pas ! Et en termes de débouchés, la Malaisie se situe quasiment à équidistance de l'Inde, de la Chine et du Japon. Ce choix géographique fait d'ailleurs doublement sens dans la mesure où, pour fabriquer du PDO, notre technologie utilise de la glycérine brute, qui est obtenue à partir d'huiles végétales. Or, la Malaisie est numéro 2 mondiale de la production d'huile végétale, à travers l'huile de palme…

Tradingsat.com : N'avez vous pas aussi choisi la Malaisie parce qu'elle vous offre un financement ?

Benjamin Gonzalez : Absolument pas. Nous visions cette zone géographique depuis le départ, que ce soit en coentreprise ou en propre. Il se trouve que l'agence malaisienne de développement des biotechnologies, BioTechCorp, nous a repéré il y a un peu plus d'un an. Les discussions ont duré longtemps. Nous étions attirés par cette région, la Malaisie était intéressée par notre technologie, nos chemins se sont croisés.

Tradingsat.com : Qu'est ce qui vous fait croire que vous prendrez des parts de marché aux leaders mondiaux du PDO ?

Benjamin Gonzalez : Premièrement, notre technologie est plus compétitive en terme de coût que tous les procédés chimiques et biotechnologiques existants. Deuxièmement, nous allons sur un marché où il n'existe pas de production locale. C'est l'un des gros atouts de notre technologie. Elle nous permet d'implanter une unité de production à proximité du marché cible, ce qui est sans aucun doute le meilleur moyen de créer de la valeur dans le cadre d'un développement en propre.

Tradingsat.com : La Malaisie est elle un partenaire crédible ?

Benjamin Gonzalez : Nous serons situés juste en face de Singapour, dans une zone économique pour laquelle le gouvernement malaisien a décidé d'investir plus de 2 milliards d'euros. D'ici 2020, BioTechCorp souhaite porter la contribution des biotechnologies au PIB malaisien à 5%. La Malaisie a donc de grandes ambitions, comme nous, sans présenter de risque particulier, au contraire. Le pays a été très peu touché par la crise financière, sa croissance est la plus dynamique de tous le sud est asiatique. Et sa notation par la Coface est la même que celle de l'Angleterre !

Tradingsat.com : Parlez-nous du financement de l'usine.

Benjamin Gonzalez : L'enveloppe porte sur 30 millions d'euros. Ce financement permet à METEX de ne pas faire appel au marché et il nous évite aussi de mobiliser de la trésorerie. Le développement de notre portefeuille de produits ne sera donc en aucune façon affecté par ce premier développement en propre sur le PDO. L'investissement prévoit déjà, en terme de surface, la montée en puissance de l'usine à 50 000 tonnes. Si le montant est élevé, c'est aussi parce que nous payons une prime aux fournisseurs afin qu'ils nous garantissent l'extrapolation de notre pilote industriel.

Tradingsat.com : Comment appréhendez vous le risque industriel justement ?

Benjamin Gonzalez : Le risque industriel existe, mais je pense qu'il est beaucoup plus petit que le risque de pilotage industriel auquel nous avons déjà fait face. La conception de l'usine sera confiée à un groupe d'ingénierie, et le risque sur la qualité du produit sera limité par le recours aux fournisseurs du pilote déjà réalisé. La seule véritable incertitude peut concerner les hommes, les compétences, mais je peux vous dire que nous y serons très attentifs. Nous disposons d'un outil de formation clé avec notre pilote industriel, qui fonctionne depuis plusieurs mois en trois huit pour produire des échantillons.

Tradingsat.com : Envisagez-vous la construction d'autres usines en Malaisie pour vos autres produits ?

Benjamin Gonzalez : Nous communiquerons le moment venu. Notre portefeuille de produits arrivant à maturité, nous serons logiquement amenés à prendre des décisions. Après le PDO, le MPG va à son tour entrer en pilotage industriel. Mais encore une fois, si nous avons choisi la Malaisie pour le PDO, ce n'est pas pour le financement attractif qu'elle nous offre, mais parce que cela fait du sens. Pour le MPG, ou pour le butanol, fait un copier-coller de la stratégie du PDO ne serait pas forcément très pertinent. Par exemple, le MPG n'est pas fabriqué à partir d'huiles végétales…

Tradingsat.com : Annoncerez vous bientôt des contrats avec de futurs clients du PDO de METEX ?

Benjamin Gonzalez : Prendre une décision d'investissement de cette importance pour construire une unité de production implique une forte demande. Notre PDO a été testé avec succès par différents industriels à travers le monde. La construction de l'usine marque un changement majeur pour METEX. Nous allons devenir un fabricant, avec des parts de marché. Dans les 18 à 24 mois prochains, il y aura donc vraisemblablement des contrats signés avec des clients privilégiés, afin de sécuriser les volumes.

Tradingsat.com : Peut-on avoir une idée de la rentabilité de la future unité de production ?

Benjamin Gonzalez : C'est une information pour le moment beaucoup trop sensible. Mais BioTechCorp n'est pas une association caritative. S'ils nous prêtent 30 millions d'euros, c'est parce qu'ils sont convaincus par notre business plan. Ils savent que l'on pourra largement leur rembourser cette somme sur dix ans, rien qu'avec la capacité de 8000 tonnes de la première tranche de l'usine !

Propos recueillis par François Berthon

*Le PDO est un composé chimique de base qui entre dans la fabrication de fibres de polyester utilisées pour des textiles performants, des semelles de chaussures de sport, des revêtements, des moquettes ou encore des films thermoplastiques. METabolic EXplorer a développé un procédé permettant de produire du PDO par voie biologique à partir de glycérol, par opposition à la voie pétrochimique essentiellement utilisée aujourd'hui dans l'industrie.

Propos recueillis par - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur METABOLIC EXPLORER en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat