Bourse > Metabolic explorer > Metabolic explorer : "la livraison de l'usine sera décalée de 6 mois au maximum"
METABOLIC EXPLORERMETABOLIC EXPLORER METEX - FR0004177046METEX - FR0004177046
2.380 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
2.370 €Ouverture : +0.42 %Perf Ouverture : 2.380 €+ Haut : 2.370 €+ Bas :
2.380 €Clôture veille : 16 738Volume : +0.07 %Capi échangé : 55 M€Capi. :

Metabolic explorer : "la livraison de l'usine sera décalée de 6 mois au maximum"

(Tradingsat.com) - L'implantation en Asie du Sud-Est de la première unité industrielle de PDO de METabolic Explorer prend du retard. Mais l'avenir commercial de la technologie du groupe permettant de produire ce composé chimique à partir de ressources renouvelable n'est absolument pas remis en cause, comme nous l'explique Benjamin Gonzalez, le président du directoire de la société de chimie biologique.

Tradingsat.com : Rassurez vos actionnaires, le projet d'usine en propre est décalé, mais pas annulé ?

Benjamin Gonzalez : Premièrement, vous l'avez compris, le projet ne s'arrête pas. Il y a aura un retard maximum de 6 mois et le partenaire financier du projet, le parc biotechnologique Bio-XCell, travaille pour raccourcir ce délai et communique avec nous. J'ajoute que les contretemps dans le domaine de la construction ne sont pas quelque chose d'atypique en soi, et font partie des choses qui peuvent arriver dans ce type de projet. La valeur de notre technologie n'est pas remise en cause, et nous continuons à avancer vers la commercialisation. La livraison de l'usine, qui était prévu pour fin 2012, interviendra dans le courant du premier semestre 2013.

Tradingsat.com : Pouvez-vous expliquer précisément les raisons du retard ?

Benjamin Gonzalez : Pour rappel, l'agence gouvernementale BioTechCorp est en charge du parc dédié aux biotechnologies Bio-XCell et c'est elle qui finance l'implantation de notre première unité industrielle de fabrication de PDO. Et c'est à elle également que la société d'ingénierie en charge de la construction de l'usine rend compte en ce qui concerne les normes de qualité applicables à l'ensemble du parc. Donc, d'une part la société d'ingénierie doit encore fournir certains documents techniques nécessaires. Voilà pour la raison administrative. Et d'autre part, Bio-XCell a décidé de faire des analyses géotechniques complémentaires et de mieux homogénéiser l'ensemble des sols du parc afin d'amélioration les conditions d'accueil et de construction.

Tradingsat.com : Est-ce que cela va entraîner des surcoûts pour METabolic EXplorer ?

Benjamin Gonzalez : Non. L'usine est « clés en main », entièrement financée par le gouvernement malais. L'enveloppe financière est définie et peut aller jusqu'à 30 millions d'euros pour l'acquisition de l'immobilier et la construction. Tous les coûts potentiels et éventuels surcoûts – et pour l'instant il n'y en a pas – sont couverts par notre partenaire.

Tradingsat.com : Pourquoi aviez vous décidé d'implanter votre usine en Malaisie ?

Benjamin Gonzalez : Pour deux très bonnes raisons. La Malaisie est deuxième producteur d'huile de palme au monde, ce qui nous fournit un accès sécurisé et compétitif à la matière première nécessaire à la fabrication du PDO : la glycérine issue d'huiles végétales. Deuxièmement, la demande de PDO est énorme en Asie du fait de l'importance de l'industrie textile, alors que l'offre locale n'existe pas. Nous comptons bien en profiter pour devenir l'acteur majeur de la production de PDO en Asie.

Tradingsat.com : Où en êtes vous de la mise en place de l'approvisionnement en matières premières ?

Benjamin Gonzalez : METabolic EXplorer travaille et s'est structurée, a renforcé son organisation logistique et sa chaîne d'approvisionnement. Nous avons sécurisé l'accès aux matières premières végétales ou industrielles. Et aussi, de l'autre côté, en aval, la société continue à « qualifier » son PDO selon les spécifications des clients. Le pilote industriel continue ainsi à produire pour un maximum de clients potentiels afin de permettre à la future usine de monter rapidement en capacité. Je peux vous confirmer aujourd'hui que notre PDO d'origine biologique a bien été validé pour la fabrication de fibre polyesters de qualité équivalente à celles issues de PDO produit à partir d'un dérivé du pétrole.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI