Bourse > Metabolic explorer > Metabolic explorer : 'il faut garantir une valeur durable'
METABOLIC EXPLORERMETABOLIC EXPLORER METEX - FR0004177046METEX - FR0004177046
2.400 € +0.42 % Temps réel Euronext Paris
2.400 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 2.400 €+ Haut : 2.360 €+ Bas :
2.390 €Clôture veille : 64 171Volume : +0.28 %Capi échangé : 56 M€Capi. :

Metabolic explorer : 'il faut garantir une valeur durable'

tradingsat

(CercleFinance.com) - METabolic EXplorer a présenté hier ses résultats annuels 2010. L'occasion pour Cercle Finance de revenir avec Benjamin Gonzalez, président du directoire, et Antoine Darbois, directeur général, sur les perspectives de développement de l'entreprise de chimie biologique.

Cercle Finance: Votre usine malaisienne de production de PDO ne sera pas opérationnelle avant le second semestre 2012. Quelle va être l'actualité de l'entreprise d'ici là?

Benjamin Gonzalez: La stratégie de METabolic EXplorer reste la même: elle consiste à mener de front développement en propre et co-entreprises. En ce qui concerne notre implantation en Malaisie, nous avons l'intention d'informer le marché le plus fréquemment possible quant à l'avancée du projet, de l'obtention du permis de construire à la pose de la première pierre de l'édifice. En attendant, l'entreprise aura bien évidemment poursuivi son développement industriel et commercial par le biais de nouvelles étapes de validation de la qualité de ses produits auprès des clients.

CF: Vous précisez dans le communiqué sur les résultats 2010 que le chiffre d'affaires annuel de 850.000 euros n'est 'pas représentatif de l'activité de la société'. Pour quelle raison?

Antoine Darbois: Car ce montant est uniquement constitué de paiements liés à des étapes dans les contrats de licence conclus par la société, ce qui ne représente qu'une partie préalable à notre métier. Je crois que l'indicateur le mieux adapté pour bien cerner l'activité de l'entreprise est sa consommation de cash, qui s'est montée à quelque 12 millions d'euros en 2010, soit l'équivalent d'un million d'euros par mois. Sur ce montant, 3,5 millions d'euros ont été consacrés aux investissements et 8,5 millions d'euros aux dépenses opérationnelles. Il est important de noter que la remontée de nos charges d'exploitation (+16%) n'a fait que suivre la progression de nos effectifs (+15%). Pour ce qui concerne 2011, nous prévoyons une consommation de cash du même ordre que celle de 2010. Rappelons que le financement de notre usine en Asie est entièrement pris en charge par le gouvernement malaisien, ce qui signifie que nous n'aurons aucune liquidité à débourser d'ici la fin 2012, date à laquelle nous deviendrons officiellement propriétaires du site. Au niveau de l'activité, il faudra donc attendre 2012, mais surtout 2013 en année pleine, pour que notre chiffre d'affaires devienne véritablement significatif avec le démarrage de l'usine.

CF: Quels sont les marchés que vous jugez les plus prometteurs?

AD: Notre technologie de PDO intermédiaire pour l'approvisionnement de l'industrie des fibres textiles constitue certainement notre débouché le plus intéressant en termes de croissance, avec une progression du marché estimée à environ 20% chaque année. Il faut également noter que les tests réalisés par notre partenaire industriel sur la L-Méthionine, un autre de nos produits, se déroulent dans de très bonnes conditions et que des premiers lots ont été fabriqués, ce qui ouvre la voie - à terme - à une production à grande échelle du composé.

CF: Cette feuille de route peut paraître longue à certains investisseurs.

BJ: Il n'est pas question de brûler les étapes. En ce qui concerne le PDO, l'ensemble des critères clés ont été validés par les experts industriels et nous menons à l'heure actuelle des discussions - pour certaines très avancées - avec des partenaires potentiels. L'idée est de garantir dans le temps la viabilité de notre technologie. On a trop entendu parler d'entreprises technologiques dont les partenaires ont décidé d'arrêter unilatéralement des projets en cours, pour des raisons stratégiques indépendantes de la compétitivité du procédé. Il est hors de question de se retrouver dans une situation comparable, qui ne ferait que mettre en doute la valeur de nos procédés et la logique derrière notre site en Malaisie. Nous sommes là pour garantir une valeur durable à nos 6000 actionnaires.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI