Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

MEDESIS PHARMA

ALMDP - FR0010844464 SRD PEA PEA-PME
7.300 € -1.08 % Temps réel Euronext Paris

Medesis pharma : Comment Medesis veut lutter contre la chorée de Huntington, maladie orpheline jusqu'ici incurable

jeudi 3 juin 2021 à 11h26
Medesis obtient le feu vert de l'EMA pour le plan de développement de son traitement

(BFM Bourse) - Medesis n'a encore guère fait parler d'elle depuis son introduction en Bourse début 2021. L'approbation par l'Agence européenne du plan de développement de son traitement expérimental de la maladie de Huntington -qui entraîne une dégénérescence des neurones entraînant à terme le décès des patients- vient mettre en lumière cette société montpelliéraine de biotechnologies.

Arrivée en Bourse en février seulement, Medesis Pharma n'est pas forcément bien connue des investisseurs, malgré un profil intéressant.

Sa stratégie n'est pas d'essayer de mettre au point de nouvelles molécules en espérant parvenir au terme du parcours semé d'embûches des essais cliniques pouvoir proposer un nouveau traitement pour des pathologies insuffisamment adressées. Un peu à l'image d'Adocia ou de Medincell (même si leurs plateformes n'ont rien à voir et s'adressent à des indications différentes), sa valeur ajoutée repose sur la mise au point de nouvelles technologies d'administration pour des principes actifs déjà connus, afin d'en améliorer l'efficacité et/ou d'en diminuer la toxicité.

Medesis a développé une plate-forme, appelée AONYS, qui consiste à mélanger des composants lipidiques spécifiques qui s’auto-structurent spontanément en une microémulsion eau-dans-huile. L'agent actif est solubilisé dans la phase aqueuse de la microémulsion, dans des micelles inverses de 3 à 5 nanomètres de diamètre. Ou pour le dire plus simplement : le principe actif du médicament est encapsulé dans des nano-gouttelettes des entités si petites qu'elles pénètrent directement au cœur des cellules (directement dans le cytoplasme).

Réduire les doses administrées

L'avantage les plus évident est de pouvoir réduire très fortement les doses administrées - typiquement au centième des doses habituelles. En effet lorsqu'on prend un médicament par voie orale, seule une toute petite fraction de la molécule thérapeutique parvient à sa cible, la dose absorbée est donc par nécessité beaucoup plus grande que la dose réelle efficace au niveau cellulaire.

Jeudi avant Bourse, Medesis a fait savoir qu'elle avait reçu du comité scientifique de l'Agence européenne du médicament (EMA) un avis favorable au programme de développement de son candidat médicament NanosiRNA HD, pour le traitement de la chorée de Huntington. L'agence valide donc la feuille de route présentée par la biotech avec les étapes pharmaceutiques, précliniques et cliniques envisagées.

Maladie orpheline, touchant 1 une personne sur 10.000 à 20.000, la maladie de Huntington est une maladie neurodégénérative du système nerveux central caractérisée par des mouvements involontaires (la chorée), des troubles comportementaux et troubles psychiatriques, qui provoque une perte graduelle d'autonomie dans la vie quotidienne nécessitant une assistance à temps plein jusqu'au décès, survenant au bout d'une vingtaine d'année si le patient n'est pas décédé d'autres causes entretemps. Elle est provoquée par une anomalie génétique sur un fragment du gène codant pour la huntingtine, une protéine par ailleurs essentielle au fonctionnement normal du corps humain et notamment du développement cérébral.

Une médecine personnalisée

Toutes les tentatives de mise au point de traitements ont jusqu'ici dû être arrêtées, car elles ciblaient le gène de la huntingtine en bloquant aussi bien la version mutée que la huntingtine normale, avec des effets presque aussi délétères. Il s'agissait en outre de produits expérimentaux administrés soit en intrathécal (dans le liquide céphalo rachidien) soit directement dans le cerveau. Il n'existe donc toujours aucun traitement curatif.

Le candidat médicament de Medesis Pharma cible spécifiquement la partie anormale du gène et s’appuie sur sa technologie Aonys pour une administration non contraignante, par voie orale, le principe actif étant délivré au niveau intracérébral (les nano-gouttelettes traversant la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau).

La seule distinction entre l'allèle (une version d'un même gène) mutant et l'allèle normal est le nombre de répétitions trinucléotidiques CAG. Le gène défaillant contient quelques SNP (polymorphismes mononucléotidiques) qui permettent de cibler les ARNm mutants avec un ARNi spécifique à l'allèle dirigé contre les SNP. Cela implique toutefois un séquençage propre à chaque patient, mais Medesis juge qu'une telle médecine personnalisée est désormais réalisable grâce au développement du séquençage du génome humain.

En termes de calendrier, le plan de développement présenté à l'EMA prévoit une première phase de développement CMC (Chemistry Manufacturing & Control) et préclinique pendant 9 à 12 mois puis un développement clinique sur plusieurs pays européens d’environ 1 an. Les résultats cliniques pourraient ainsi être connu mi-2023, en vue d’obtenir un accord de commercialisation auprès des malades dans des délais rapides au niveau international, indique Medesis.

En Bourse, l'annonce permettait au titre Medesis Pharma d'enregistrer vers 11h00 un gain de 2,99% (après un pic à +8% plus tôt en matinée) à 8,96 euros.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur MEDESIS PHARMA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +33.45 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat