Bourse > Mbws > Mbws : L'administrateur judiciaire met les points sur les i avant l'assemblée
MBWSMBWS MBWS - FR0000060873MBWS - FR0000060873
13.830 € +2.60 % Temps réel Euronext Paris
13.450 €Ouverture : +2.83 %Perf Ouverture : 13.880 €+ Haut : 13.340 €+ Bas :
13.480 €Clôture veille : 99 477Volume : +0.35 %Capi échangé : 392 M€Capi. :

Mbws : L'administrateur judiciaire met les points sur les i avant l'assemblée

tradingsat

(Tradingsat.com) - A deux jours de l’assemblée générale extraordinaire de Belvédère qui se tiendra jeudi 28 février à 14 heures sur deuxième convocation (faute de quorum lors de la précédente) à la Maison de la Chimie dans le 7ème arrondissement à Paris, Maître Frédéric Abitbol, l’administrateur judiciaire de la société en difficulté, a souligné lundi soir les faiblesses du « plan alternatif » défendu par l’activiste Nicolas Miguet ainsi que le peu de crédibilité qu'il est possible d’accorder à son auteur compte tenu des nombreuses condamnations dont il a fait l’objet dans le passé.

Maître Frédéric Abitbol rappelle ainsi que Nicolas Miguet a été condamné par la justice, « entre autres choses, pour défaut de loyauté envers [ses] lecteurs, fraude fiscale, faillite douteuse, banqueroute, escroquerie, tentative d’escroquerie, diffamation, injures, faux en écriture, exercice illégal de l’activité de gérance, abus de biens ou de crédit par un gérant à des fins personnelles et vol ».

L’administrateur judiciaire tient à souligner que « le plan présenté aujourd’hui [plan de restructuration, tel qu’approuvé par les comités de créanciers et l’assemblée unique des obligataires de Belvédère respectivement les 18 et 19 septembre 2012, ndlr] est le seul susceptible d’éviter une liquidation judiciaire qui serait catastrophique pour l’entreprise et ses 3 300 salariés ».

Il ajoute que « le plan alternatif » que prétend défendre Nicolas Miguet « ne résiste à aucune analyse sérieuse ». « Parce que le groupe Bélvédère est incapable de rembourser sa dette, que ce soit par un étalement ou par des cessions d’actifs, et parce que ses créanciers ne se satisferont pas d’être payés sur le prix de vente des activités polonaises, dès lors qu’ils ont également des garanties sur les actifs français ».


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...