Bourse > Mauna kea tech > Mauna kea tech : "le cellvizio marque une innovation de rupture sur un marché gigantesque"
MAUNA KEA TECHMAUNA KEA TECH MKEA - FR0010609263MKEA - FR0010609263
2.280 € +2.24 % Temps réel Euronext Paris
2.280 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 2.320 €+ Haut : 2.250 €+ Bas :
2.230 €Clôture veille : 130 653Volume : +0.68 %Capi échangé : 44 M€Capi. :

Mauna kea tech : "le cellvizio marque une innovation de rupture sur un marché gigantesque"

(Tradingsat.com) - De l'infiniment grand à l'infiniment petit… Sacha Loiseau, Polytechnicien et docteur en astrophysique, a créé il y a dix ans la société Mauna Kea, dont l'introduction en Bourse début juillet a suscité un très fort engouement de la part des investisseurs. Son produit phare, le Cellvizio, le plus petit microscope du monde, ouvre une nouvelle ère dans l'imagerie médicale et la détection des cancers.

Tradingsat.com : A quoi sert le Cellvizio et en quoi votre produit est-il novateur par rapport à ce qui existe déjà ?

Sacha Loiseau : Le Cellvizio marque une innovation de rupture en ce sens qu'il apporte une vision cellulaire et sous la surface des tissus. La technologie endoscopie « classique » à vision video macroscopique ne permet pas d'observer les cellules des muqueuses examinées dans le colon ou l'oesophage par exemple. Les médecins sont donc obligés de faire des prélèvements, de réaliser ce que l'on appelle des biopsies, prises de façon aveugles, dans le cadre d'une procédure de diagnostic du cancer dont l'efficacité est altérée par cette prise d'échantillon aléatoire. Or, notre invention, le Cellvizio, est un microscope ultra miniaturisé qui va réaliser une découpe virtuelle des tissus, et fournir une information pertinente pour le diagnostic du cancer de façon non invasive.

Tradingsat.com : Votre produit va remplacer les biopsies ?

Sacha Loiseau : Non, les biopsies feront toujours partie de l'arsenal de détection du cancer. Mais le Cellvizio va permettre de réduire leur nombre en ne conservant que celles qui sont nécessaires et prises de façon ciblée. Notre produit constitue donc un progrès majeur pour le patient. Et en simplifiant les processus de diagnostic et en dépistant les cancers avec une plus grande fiabilité et de manière plus précoce, il s'inscrit aussi parfaitement dans l'effort d'optimisation des dépenses de santé.

Tradingsat.com : Combien coûte le Cellvizio ?

Sacha Loiseau : La « colonne » d'équipement est vendue un peu plus de 100 000 euros en Europe et environ 160 000 dollars aux Etats-Unis, un prix qui demeure dans l'ordre de grandeur d'une colonne endoscopique « standard ». Mais notre modèle économique repose également sur la vente de consommables : les minisondes, qui sont utilisables un nombre limité de fois : 20 fois pour la plupart des modèles et 10 fois pour le modèle utilisé dans l'exploration des voies biliaires. Elles sont vendues entre 4000 et 6000 euros l'unité en Europe et entre 5000 et 9000 dollars aux Etats-Unis.

Tradingsat.com : Peut-on dire que les fabricants d'endoscopes sont vos concurrents ?

Sacha Loiseau : Absolument pas. Les endoscopes sont fabriqués par de grands groupes tels qu'Olympus, Pentax ou encore Fuji. Ce sont de grands tuyaux flexibles avec une caméra à leur extrémité et un petit canal par lequel on peut introduire des outils, comme un laser ou des pinces à biopsie. Nous introduisons en l'occurence notre minisonde pour fournir une image microscopique en temps réel en complément de l'image macroscopique.

Tradingsat.com : Vous avez réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros. Mauna Kea s'est introduite en Bourse sur la base d'une valorisation de 165 millions d'euros…

Sacha Loiseau : Notre société arrive en Bourse en ayant mis derrière elle l'essentiel des risques liées à son développement. Nous avons mis des années à valider cliniquement notre nouveau concept microscopique et avons déjà réussi l'industrialisation du produit dont la dernière version, le Cellvizio 100 a été lancée début 2011. Le risque règlementaire, que rencontrent très souvent les sociétés de technologies médicales, est également derrière nous. Nous avons obtenu l'accord de plus de 40 pays, dont les Etats-Unis, le Canada, les pays de l'union européenne, la Russie, Taiwan, Singapour… Plus de 10 000 procédures ont déjà été réalisées avec le Cellvizio sur des patients, nous avons aujourd'hui une base installée de plus de 180 systèmes dans le monde, que nous avons vendus à de grands centres académiques.

Tradingsat.com : Peut-on affirmer que le produit a vraiment démontré son utilité ?

Sacha Loiseau : L'intérêt pour notre solution a été soutenu par plus de 100 publications scientifiques incluant 55 articles cliniques. Cinq nouvelles études scientifiques publiées dans des revues scientifiques de très haut niveau viennent d'ailleurs d'être publiées, soutenant l'utilisation du Cellvizio. Nous avons le soutien des sociétés savantes, en particulier celui de l'association américaine pour la gastroentérologie. Son président a déclaré en décembre dernier, je le cite : « nous avons vécu dans un monde macroscopique, mais ce que nous avons toujours voulu faire, c'est voir la muqueuse gastro-intestinale au niveau microscopique, parce que c'est là que l'on peut caractériser la maladie ». Et nous bénéficions aussi du soutien de la société française d'endoscopie digestive.

Tradingsat.com : Comment comptez-vous développer vos ventes ?

Sacha Loiseau : C'est tout l'objet de notre introduction en Bourse. Nous avons levé plus de 56,5 millions d'euros et disposons désormais des moyens de démultiplier notre puissance marketing et commerciale. Laquelle pourra s'appuyer sur l'important travail de développement précommercial effectué en amont auprès de la communauté des leaders d'opinion. Nous avons en effet jusqu'à présent concentré notre approche sur les hôpitaux les plus prestigieux tels que La Mayo Clinic aux Etats-Unis, le Beth Israel Medical Center, le Prince of Wales Hospital à Hong Kong… Le concept de la vision endomicroscopique est largement accepté et la courbe d'apprentissage des médecins pour l'interprétation diagnostique des images que produit le Cellvizio est particulièrement courte et rapide. Un élément clé pour l'adoption massive de notre technologie.

Tradingsat.com : Les procédures d'utilisation du Cellvizio sont-elles déjà remboursées par les systèmes de santé ?

Sacha Loiseau : Le remboursement peut constituer un accélérateur des ventes mais son absence ne constitue pas un frein compte tenu du type d'établissements de soins avancés que nous ciblons. Il n'existe pas encore de code de remboursement spécifique de la procédure aux Etats-Unis, mais un code générique qui permet déjà d'obtenir un remboursement « confortable ». En France, le dossier soumis par la société française d'endoscopie à la haute autorité de santé est en cours de revue.

Tradingsat.com : Peut-on avoir une idée de l'importance du marché qui est visé ?

Sacha Loiseau : Plus de 100 millions de procédures endoscopiques sont effectuées dans le monde par an. Notre équipe de vendeurs de matériel médical ciblera les hôpitaux et cliniques qui prodiguent des soins avancés aux patients, soit environ 50 000 établissements dans le monde. En supposant la vente de 2 Cellvizio par établissement, et compte tenu du prix de vente de notre équipement, on arrive à un potentiel de marché de 10 milliards d'euros.

Tradingsat.com : N'est ce pas un petit peu optimiste ?

Sacha Loiseau : C'est une « opportunité de marché global », pas un objectif en soi. 12,7 millions de nouveaux cas de cancers sont malheureusement diagnostiqués chaque année. Or, les indications pour lesquelles l'utilisation du Cellvizio est aujourd'hui complètement validée représentent plus de 40% des cas de cancers.

Tradingsat.com : Quelles sont ces indications ?

Sacha Loiseau : Le Cellvizio a déjà été complètement validé pour la détection de trois types de cancers en gastroentérologie. Nous avons tout d'abord démontré une amélioration très significative de la précision diagnostique dans le domaine des sténoses biliaires et pancréatiques, où les technologies actuelles ne dépassent pas le taux de 50% de détection de cancers… contre plus de 95% pour le Cellvizio ! De même, nous avons montré une amélioration très sensible de la détection des zones cancéreuses dans les domaines de la surveillance et du traitement des maladies précancéreuses de l'œsophage et du colon.

Mais l'endomicroscopie ne se limitera pas à la gastroentérologie. Nous imaginons un développement similaire à celui des ultrasons, à tous les étages de l'hôpital et dans tous les départements de la médecine… D'ores et déjà, nous avons accumulé une grande quantité de données dans les domaines de la pneumologie et de l'urologie. Et nous sommes les chefs de file du programme PERSEE financé par OSEO qui vise à introduire l'endomicroscopie dans le monde de la chirurgie robotisée.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...