Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

LVMH

MC - FR0000121014 SRD PEA PEA-PME
419.050 € +2.49 % Temps réel Euronext Paris

Lvmh : Le mariage avec Tiffany amène le cours de LVMH à proximité d'un sommet historique

lundi 25 novembre 2019 à 10h20
LVMH va bien passer la bague au doigt de Tiffany

(BFM Bourse) - LVMH a annoncé lundi le rachat de Tiffany pour 16,2 milliards de dollars, plus grande acquisition jamais réalisée par le n°1 mondial du luxe. Après avoir relevé son offre de 120 à 130 dollars par action pour avoir accès aux comptes la semaine dernière, le groupe de Bernard Arnault a porté sa proposition à 135 dollars par action. L'opération devrait être finalisée courant 2020.

Moyennant un bouquet légèrement revalorisé, LVMH passe la bague au doigt de Tiffany. Le groupe français avait initialement proposé, le 15 octobre dernier, 120 dollars par titre Tiffany, connu pour ses bagues de fiançailles et ses diamants, avant de porter cette proposition à environ 130 dollars la semaine dernière. Cette deuxième offre avait incité Tiffany à dévoiler ses comptes à LVMH, qui a finalement décidé de proposer 135 dollars par action Tiffany en numéraire, permettant aux deux groupes de conclure "un accord définitif" en vue de l'acquisition du joaillier américain par le leader mondial du luxe. "L'opération valorise Tiffany à environ 14,7 milliards d'euros, soit 16,2 milliards de dollars", ce qui en fait -de loin- la plus grosse opération de l'histoire du groupe dirigé par Bernard Arnault.

Dès dimanche soir, des sources proches du dossier avaient indiqué que Tiffany et LVMH étaient proches d'un accord, alors que les négociations se tenaient depuis la mi-octobre. L'information a été confirmé par les deux parties dans un communiqué commun publié lundi avant Bourse. "La clôture de l’opération est prévue pour le milieu de l’année 2020, sous réserve des conditions suspensives habituelles, y compris l’approbation des actionnaires de Tiffany" est-il précisé.

"Faire briller cette marque emblématique"

Réputé pour sa faculté à relancer des marques en perte de vitesse à l'image de ce qu'il a précédemment fait avec Céline, Kenzo ou encore Louis Vuitton au début des années 2010, LVMH a "l'ambition de faire briller cette marque emblématique avec tout le soin et toute la détermination que nous avons su déployer pour toutes les maisons qui nous ont rejoints au fil de notre histoire", a annoncé Bernard Arnault, cité dans le communiqué.

Le dirigeant -actuellement 3e fortune mondiale selon le classement en temps réel de Forbes avec 106,5 milliards de dollars- a par ailleurs souligné que Tiffany est "une entreprise qui jouit d'un héritage et d'un positionnement uniques au monde dans le marché de la haute joaillerie" et "qui nous inspire un immense respect et une grande admiration". "Nous nous réjouissons de lui permettre de continuer à rayonner à l'avenir" a-t-il poursuivi, avant de préciser que cette acquisition "vient renforcer la position de LVMH dans la haute-joaillerie, donner une nouvelle dimension à l'activité Montres et Joailleries du groupe et accroître sa présence aux États-Unis".

Côté américain, le directeur général Alessandro Bogliolo, également cité dans le communiqué, a déclaré que "cette opération, qui intervient au moment où notre marque est engagée dans un processus de transformation important, va apporter à la fois un soutien, des moyens et un élan supplémentaires pour atteindre (nos) objectifs, alors que nous ambitionnons de devenir la maison de haute joaillerie de la nouvelle génération". Quant à Roger N. Farah, le président du conseil d'administration, il a pour pour sa part indiqué que ce dernier, "à l’issue d’un examen stratégique incluant une revue interne approfondie et les conseils d’experts externes, a conclu que cette transaction ouvre des perspectives très prometteuses avec LVMH, un groupe qui apprécie les atouts de Tiffany et saura investir dans ses équipes et ses actifs uniques".

Une première approche en 2008

Pour rappel, LVMH avait déjà tenté de s'attaquer, en 2008, au joaillier fondé à New York en 1837 et rendu mythique dans le monde entier en 1961 par le film "Breakfast at Tiffany's" ("Diamants sur canapé") avec Audrey Hepburn. Selon des informations divulguées à l'époque par le Financial Times, LVMH était alors disposé à faire une offre à 51 dollars par action, alors que les actionnaires de Tiffany en espéraient au moins 54 dollars. Le géant français ambitionnait déjà de se renforcer dan l'horlogerie-joaillerie, mais y avait renoncé: le groupe américain évoluait alors à un plus haut -valorisé 6 milliards de dollars quand il ne valait encore que 3,8 milliards quelque dix-huit mois plus tôt- et les analystes estimaient que LVMH avait loupé le coche. Onze ans plus tard, le mariage franco-américain va bel et bien voir le jour.

Une opération saluée par le marché puisque le titre du géant français du luxe prenait 2,1% à 404,65 euros vers 10h20, tout proche de son plus haut historique touché le 15 novembre dernier à 407,85 euros. Outre-Atlantique, l'action Tiffany progresse de 6,3% avant Bourse pour se rapprocher du prix par action sur lequel se sont accordé les deux groupes, à 133,45 dollars.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur LVMH en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat