Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

LVMH

MC - FR0000121014 SRD PEA PEA-PME
400.200 € -0.40 % Temps réel Euronext Paris

Lvmh : Dior, Vuitton et l'insatiable demande chinoise portent le géant du luxe LVMH à un nouveau sommet

jeudi 25 juillet 2019 à 11h05
LVMH signe un premier semestriel exceptionnel

(BFM Bourse) - Tiré par ses marques phares que sont Christian Dior et Louis Vuitton, LVMH signe un premier semestre exceptionnel avec une croissance organique de 12% de ses ventes, à plus de 25 milliards d'euros. En Bourse, le titre du géant du luxe a touché jeudi un nouveau plus haut historique, approchant désormais 200 milliards d'euros de capitalisation.

Dès les premiers échanges, à la Bourse de Paris, l'action LVMH a bondi de 2,81% à 392,65 euros, dépassant ainsi son sommet du 17 juillet dernier à 389,45 euros. Ce nouveau plus haut historique porte la capitalisation boursière du groupe -la plus grosse de la zone euro- tout près du seuil des 200 milliards d'euros, à 198,3 milliards. Vers 9h45, le titre du groupe dirigé par Bernard Arnault (lequel devient au passage la deuxième fortune mondiale devant Bill Gates mais toujours derrière Jeff Bezos), gagne toujours 2% à 387,9 euros, dans un marché parisien bien orienté (+0,63% pour le CAC) grâce à une nouvelle salve de publications convaincantes.

20% de croissance organique pour la division Mode & Maroquinerie

LVMH a dévoilé des résultats semestriels tirés par les performances "remarquables", selon le terme utilisé dans le communiqué, de Louis Vuitton et Christian Dior. Bien aidés par une demande chinoise qui ne faiblit pas, les deux marques phares du groupe ont permis à la division Mode & Maroquinerie d'enregistrer une performance exceptionnelle, notamment au deuxième trimestre. Entre avril et juin, les ventes de la principale division du groupe ont augmenté de 20% en données organiques, largement au-delà du consensus des analystes qui tablaient sur +14%. Au cours des six premiers mois de l'année, le Mode & Maroquinerie a engrangé à elle seule 10,4 milliards d'euros (41,4% des ventes totales), son chiffre d'affaires bondissant de 18% en données organiques.

Si LVMH ne détaille par les performances financières de chacune de ses marques, le géant mondial du luxe souligne que "Louis Vuitton réalise une performance remarquable dans tous ses métiers et toutes les régions", tandis que Christian Dior "réalise un parcours remarquable sur le semestre".

Un chiffre d'affaires semestriel de 25 milliards d'euros

Le n°1 mondial du luxe a ainsi franchi, pour la première fois de son histoire, le cap des 25 milliards d'euros de ventes en un semestre. Lors des six premiers mois de son exercice 2019, le groupe aux quelque 70 marques (Kenzo, Givenchy, Fendi, Sephora, Veuve Clicquot, TAG Heuer, Moët & Chandon, Dom Pérignon, Céline, Marc Jacobs etc.) a vu son chiffre d'affaires progresser de 15% en données publiées et de 12% en organique.

Le résultat opérationnel courant a pour sa part progressé de 14% à 5,29 milliards d'euros, tandis que la marge est restée stable à 21,1%, notamment en raison d'un effet défavorable des couvertures de change et des dépenses d'investissement et de marketing consenties chez Vuitton et Dior pour "renforcer les marques et les rendre plus résistantes" indique le communiqué. Enfin, le résultat net part du groupe a augmenté de 9% à 3,26 milliards d'euros, dépassant là aussi les attentes des analystes.

"LVMH réalise un excellent début d'année. Les résultats illustrent une fois de plus l'efficacité de notre stratégie et l'exceptionnelle désirabilité de nos maisons, dont les produits traversent le temps", s'est félicité le PDG Bernard Arnault, cité dans le communiqué. Et le dirigeant d'ajouter que le groupe aborde "la seconde partie de l'année avec confiance". Si comme à son habitude LVMH ne fournit pas d'objectifs chiffrés, le groupe indique que "dans un environnement porteur en ce début d'année, marqué cependant par un contexte géopolitique incertain", il "poursuivra ses gains de parts de marché grâce aux nombreux lancements de produits prévus, à son expansion géographique dans les marchés porteurs et à sa rigueur de gestion". Dans un secteur, le luxe, qui croît à un rythme annuel d'environ 6%, les marques phares du groupe figurent en effet parmi les griffes qui signent les meilleures performances sectorielles.

En dehors de la division Mode & Maroquinerie, la dynamique est restée soutenue dans la "Distribution sélective" (Sephora, DFS, pour "Duty Free Shoppers") qui enregistre une croissance de ses ventes de 12% en données publiées (et 8% en organique), à 7,1 milliards d'euros. Elle a en revanche légèrement ralenti au deuxième trimestre dans les "Vins & spiritueux" (Hennessy, Moët & Chandon ou Ruinart), deuxième division la plus rentable du groupe, avec une croissance de 4% (6% en organique sur le semestre).

"Les affaires vont bien (...) Mais les menaces sur le commerce mondial existent (...) et les conditions d'une forte croissance économique ne dureront pas éternellement. Nous investissons dans une période favorable et demeurons agiles pour pouvoir adapter notre stratégie en cas de changement de l'environnement", a commenté Jean-Jacques Guiony, le directeur financier de LVMH lors d'une conférence téléphonique.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur LVMH en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat