Bourse > Lafarge > Lafarge : Lafarge veut ramener sa dette sous 9 milliards d'euros en 2014
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : Lafarge veut ramener sa dette sous 9 milliards d'euros en 2014

Lafarge revoit en baisse sa prévision de marché 2013Lafarge revoit en baisse sa prévision de marché 2013

PARIS (Reuters) - Lafarge a abaissé vendredi sa prévision de marché pour 2013 après avoir publié des résultats en baisse au titre du deuxième trimestre, mais s'est engagé à ramener son endettement sous le seuil de neuf milliards d'euros en 2014 dans l'espoir de retrouver un meilleur profil de notation.

Le numéro un mondial du ciment, numéro deux des granulats et numéro quatre du béton, prévoit désormais une croissance de la demande de ciment comprise entre 0 et 3% sur ses marchés cette année alors qu'il avait établi une fourchette de progression de 1% à 4% précédemment.

Le PDG Bruno Lafont a déclaré à des journalistes avoir décidé cette révision "pour tenir compte des évolutions du marché au premier semestre, affecté par des éléments météo très forts", avant d'ajouter que ces prévisions anticipaient "des tendances plus positives au deuxième semestre".

Lafarge a confirmé souhaiter ramener son endettement net à moins de 10 milliards d'euros en 2013 -il atteignait 11,9 milliards à fin juin- et à moins de neuf milliards en 2014.

Le groupe s'est engagé ces dernières années à céder des actifs et à comprimer ses coûts, une politique que Bruno Lafont s'est engagé à poursuivre au cours des prochains mois.

En tenant compte de la cession de ses activités plâtre aux Etats-Unis annoncée récemment, le groupe assure avoir sécurisé 1,5 milliard d'euros de cessions depuis le début de 2012, dont 0,9 milliard seront perçus au second semestre.

La dette de Lafarge, dont le niveau élevé s'explique par l'acquisition de l'Egyptien Orascom en 2008, a été placée en catégorie "junk" par les agences Standard & Poor's et Moody's. L'entreprise espère la faire requalifier en "catégorie d'investissement".

Au titre du deuxième trimestre, Lafarge a vu son résultat net part du groupe s'établir à 201 millions d'euros, à comparer à 39 millions un an plus tôt. Le résultat avant intérêts, impôt, dépréciation et amortissement (Ebitda) s'inscrit toutefois en baisse de 8% à 922 millions d'euros tandis que le chiffre d'affaires recule de 3% à 4,11 milliards.

Les analystes du consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipaient en moyenne un chiffre d'affaires de 4,13 milliards d'euros et un résultat net de 204 millions.

"Ces résultats sont mous mais ne sont pas aussi mauvais que prévu", écrivent les analystes de Bank of America Merrill Lynch dans une note.

"La prévision de marché a été révisée pour refléter la faiblesse des volumes en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Amérique Latine. Selon nous, cela ne devrait pas surprendre les investisseurs", ajoutent-ils.

A 9h25, le titre Lafarge progresse de 2,07% à 50,33 euros à la Bourse de Paris, parmi les plus fortes hausses de l'indice CAC 40 (+0,89%).

Matthias Blamont, Elena Berton, avec Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...