Bourse > Lafarge > Lafarge : La bourse salue les résultats et le plan d'économies de lafarge
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : La bourse salue les résultats et le plan d'économies de lafarge

La bourse salue les résultats et le plan d'économies de lafargeLa bourse salue les résultats et le plan d'économies de lafarge

par Gilles Guillaume

PARIS, 4 novembre - Lafarge a annoncé vendredi de nouvelles réductions de coûts en 2012 afin d'améliorer ses résultats, pénalisés au troisième trimestre par l'inflation des coûts mais marqués par une progression solide des volumes.

Le premier cimentier mondial a également confirmé son objectif de désendettement en 2011, illustré en matinée par le bouclage de la vente du plâtre européen et sud-américain pour 850 millions d'euros.

Vers 10h30, l'action Lafarge bondit de 5,7% à 31,09 euros. Le titre a perdu toutefois un tiers de sa valeur depuis le début de l'année (après déjà une baisse de 19% en 2010), ramenant sa capitalisation boursière à quelque neuf milliards d'euros.

"Dans l'ensemble, la publication n'est pas trop mauvaise", commente Cheuvreux dans une note. "Cela faisait un moment que Lafarge n'avait pas publié des résultats meilleurs que prévu."

Le groupe a réalisé sur le trimestre écoulé un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 4,21 milliards d'euros, soit une croissance de 6% à périmètre et taux de change constants, et un résultat net, part du groupe, en baisse de 10% à 336 millions d'euros.

"L'environnement économique mondial est tendu et contrasté, avec une activité qui reste faible dans les économies développées, ce qui maintient le secteur de la construction à des niveaux historiquement bas, des marchés émergents qui sont porteurs, où la croissance des volumes est forte et devrait se poursuivre, et enfin une forte inflation des coûts qui devrait ralentir en 2012", a déclaré Bruno Lafont, PDG de Lafarge, au cours d'une conférence téléphonique.

Face à la hausse des coûts des transports, des matériaux et de l'énergie, le groupe a annoncé un nouveau programme d'économies de 500 millions d'euros, dont la majeure partie devrait être réalisée en 2012 et qui vient s'ajouter aux 200 millions de réductions de coûts structurels programmés pour 2011.

Au cours d'une présentation aux analystes, le directeur financier Jean-Jacques Gauthier a précisé que si les prix du ciment étaient en hausse par rapport au quatrième trimestre 2010, ils restaient légèrement en baisse par rapport à la période identique de l'an dernier.

POURSUITE DU DÉSENDETTEMENT

Lafarge, qui ne donne toujours pas de prévision de résultats, entend également poursuivre son désendettement l'an prochain avec de nouveaux désinvestissements et une limitation des investissements à un milliard d'euros. A la fin du trimestre, la dette nette de Lafarge atteignait 14,26 milliards d'euros, stable d'un trimestre sur l'autre mais en baisse de 3% sur un an.

"La société a annoncé la finalisation de la vente de ses actifs (plâtre) ce qui permet de stabiliser le cours", commente un trader. "Car si c'est une chose qui était très attendue, le marché se dit que Lafarge va pouvoir se désendetter grâce à cela."

Le groupe a confirmé son objectif de réduire d'au moins deux milliards d'euros sa dette en 2011 grâce aux cessions d'actifs sécurisées mais n'a pas donné d'objectif chiffré pour 2012. Sa dette, héritée en grande partie de l'acquisition de l'égyptien Orascom en 2008, a valu au groupe d'être déclassé dans la catégorie "junk" par les agences Standard & Poor's et Moody's, respectivement en mars et août dernier.

"Nous abordons l'année 2012 avec prudence", a indiqué Bruno Lafont. "Nous n'anticipons pas pour l'instant de reprise significative dans les marchés des pays développés (...). Nous anticipons bien entendu toujours une croissance dans les pays émergents ; en février, nous donnerons la mesure exacte de cette croissance, en fonction des développements que nous allons observer."

Pour 2011, Lafarge a maintenu son estimation de croissance de ses marchés comprise entre 2 et 5%.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI