Bourse > Interparfums > Interparfums : Chute, craintes autour de la licence burberry
INTERPARFUMSINTERPARFUMS ITP - FR0004024222ITP - FR0004024222
29.300 € -0.68 % Temps réel Euronext Paris
29.900 €Ouverture : -2.01 %Perf Ouverture : 29.900 €+ Haut : 29.290 €+ Bas :
29.500 €Clôture veille : 18 313Volume : +0.05 %Capi échangé : 1 037 M€Capi. :

Interparfums : Chute, craintes autour de la licence burberry

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'action Interparfums accusait le coup ce matin après le groupe ait annoncé que le contrat de licence Burberry, qui représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires, faisait l'objet de négociation pouvant conduire à son rachat par son partenaire britannique. A Paris ce matin, le titre chutait de 17% à 16,2 euros. En Bourse de Londres, le titre Burberry prend 1% à 1.162 pence.

Mi-novembre, le fabricant français de parfums pour le compte de marques de luxe tablait en 2011 sur des ventes globales de 370 millions d'euros (+21%), dont 210 millions (+13%) pour Burberry, soit 56,8% du total. Selon les prévisions 2012 alors fournies, les ventes devraient alors atteindre 400 millions (+8%), dont 225 millions (+7% et 56,2% du total) pour la licence Burberry.

Or selon une annonce réalisée ce matin, Interparfums et Burberry 'réfléchissent à une nouvelle forme de collaboration afin d'optimiser le potentiel de la marque', ce qui pourrait passer par la création d'une nouvelle entité dédiée aux parfums et cosmétiques de la marque de luxe britannique. Ce n'est pas tout : 'en l'absence de certitude sur la conclusion d'un accord, Burberry a exercé son option en vue d'évaluer le prix de rachat du contrat de licence. Dans le cadre de ce process, Burberry devra déterminer, avant le 31 juillet 2012, si elle souhaite racheter ce contrat ou poursuivre le contrat de licence existant jusqu'à son terme, soit le 31 décembre 2017'.

“Rappelons que Burberry avait jusqu'au 31 décembre 2011 pour se prononcer sur le rachat anticipé de la licence”, expliquent les analystes de Gilbert Dupont ce matin, Burberry disposant chaque année d'une option. Le groupe britannique ne dispose pas à cette heure des compétences qu'il a trouvé chez son partenaire français.

Au 1er semestre 2011/2012, la branche 'franchise' (licensing) de Burberry, dans laquelle se trouve notamment la licence d'Interparfums, représentait 54,3 millions de sterling d'activité, soit 6,5% du CA du groupe au tartan. Mais avec 46,4 millions de livres de résultat opérationnel, le Licensing “pesait” 28,6% du total.

A ce jour, les deux groupes se donnent donc jusqu'à mi-2012 pour décider soit de la poursuite du contrat dans les conditions initiales jusqu'en 2017, soit des contours d'une nouvelle collaboration potentiellement moins favorable à Interparfums, soit d'une rupture pure et simple moyennant le rachat de la licence.

Le Figaro de ce matin évoque, dans ce dernier cas, un 'dédommagement' de 200 millions d'euros, soit environ 10 euros par action alors que le groupe capitalise ce matin 325 millions d'euros en Bourse de Paris.

Le quotidien du boulevard Haussmann ajoute que le patron d'Interparfums, Philippe Bénacin, n'est pas opposé à une coentreprise avec Burberry pour peu qu'il en assure la direction opérationnelle et que le britannique n'en contrôle pas le capital. Il estime que le scénario d'un rachat pur et simple de sa principale licence à une chance sur trois.

Le patron du groupe se montre aussi confiant dans le potentiel de croissance de ses autres licences qui par ordre d'importance sont Lanvin (53 millions de CA attendu en 2011), Jimmy Choo et Montblanc (25 millions chacun) ou encore Van Cleef & Arpels (20 millions).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...