Bourse > Innate pharma > Innate pharma : Les biotechnologies à la peine après les propos de Donald Trump
INNATE PHARMAINNATE PHARMA IPH - FR0010331421IPH - FR0010331421
10.490 € -0.94 % Temps réel Euronext Paris
10.600 €Ouverture : -1.04 %Perf Ouverture : 10.690 €+ Haut : 10.430 €+ Bas :
10.590 €Clôture veille : 179 421Volume : +0.33 %Capi échangé : 566 M€Capi. :

Innate pharma : Les biotechnologies à la peine après les propos de Donald Trump

Innate PharmaInnate Pharma

(Tradingsat.com) - Les valeurs de biotechnologies subissaient jeudi le contre-coup des déclarations agressives du nouveau président américain à l'égard du secteur. Cellectis (-3,7%), AB Science (-3,4%) DBV Technologies (-3,2%), Cerenis (-3,05%) ou encore Innate Pharma et Genfit (-2,6%) payaient le plus lourd tribut. Du côté des grands laboratoires, Sanofi cédait 1,2%, tandis qu'Ipsen reculait de 1,8%.

"Si les compagnies pharmaceutiques espéraient avoir une vie plus facile avec le président élu Donald Trump qu'avec Hillary Clinton, elles ont été rapidement désabusées hier soir, quand le président élu a égratigné les politiques de prix de l'industrie", a commenté dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Mercredi, lors de sa première conférence de presse depuis son élection, Donald Trump s'est en effet montré virulent envers le secteur pharmaceutique, assurant qu'il imposerait de nouvelles conditions d'appels d'offres pour l'industrie.

"Nous sommes les plus grands acheteurs de médicaments au monde et nous n'avons pas de bonnes procédures d'appels d'offres", a-t-il déclaré.

Après plusieurs polémiques aux Etats-Unis sur les prix des médicaments, notamment sur celui de l'antihistaminique EpiPen du laboratoire Mylan, l'industrie pharmaceutique s'était retrouvée au premier plan, critiquée notamment par la candidate démocrate Hillary Clinton lors de sa campagne à la présidentielle avant que la victoire de son opposant républicain à la Maison Blanche ne rassure dans un premier temps le secteur.

Néanmoins, celui-ci "est une cible facile pour un président qui se sent peut-être obligé d'engranger quelques victoires politiques rapidement", estime M. Hewson.

Mercredi soir, dans le sillage des déclarations du président élu, les grands laboratoires pharmaceutiques américains comme Pfizer (-1,82% à 32,83 dollars) ou Johnson & Johnson (-1,23% à 114,73 dollars) avaient déjà terminé dans le rouge à la Bourse de New York.

F.B. avec AFP


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...