Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ILIAD

ILD - FR0004035913 SRD PEA PEA-PME
103.200 € +0.98 % Temps réel Euronext Paris

Iliad : Cinq ans après le rachat avorté de T-Mobile US, Iliad et son patron dans le viseur de l'AMF

jeudi 28 mars 2019 à 15h48
Iliad et Maxime Lombardini visés par une enquête de l'AMF

(BFM Bourse) - La maison-mère de l'opérateur de télécommunications Free, ainsi que le président de son conseil d'administration, Maxime Lombardini, risquent une amende dans le cadre du rachat avorté en 2014 de l'opérateur T-Mobile US.

Le collège de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a requis un million d'euros d'amende contre le président du conseil d'administration d'Iliad Maxime Lombardini et 500.000 euros contre le groupe pour d'éventuels abus de marché.

L'AMF, dont la Commission des sanctions a entendu jeudi M. Lombardini et des représentants d'Iliad, reproche à l'entreprise d'avoir tardé à communiquer son intérêt pour l'opérateur américain T-Mobile en 2014 et à M. Lombardini, alors directeur général du groupe, deux opérations de cession d'actions début juillet 2014, selon un communiqué de la maison mère de l'opérateur Free. Iliad et son président "contestent formellement ces griefs infondés".

Le groupe avait annoncé, le 31 juillet 2014, qu'il était intéressé par l'opérateur américain et offrait alors 15 milliards de dollars pour acheter près de 57% de T-Mobile US à son actionnaire Deutsche Telekom. L'offre avait été rejetée par le groupe et Iliad avait annoncé mettre fin à son projet d'acquisition en octobre de la même année.

Mais, comme l'explique L'Agefi, le conseil d'administration avait été informé du projet dès le 1er juillet, soit un mois avant le communiqué de presse. Ce "mutisme de l’émetteur constitue une méconnaissance grave de son obligation d’information permanente", selon les propos du rapporteur du collège de l'AMF retranscris par L'Agefi. Maxime Lombardini estime de son côté que le dossier présenté au conseil d'administration n'était pas encore suffisamment avancé début juillet pour communiquer l'information publiquement. Il ne s'agissait que du début de la négociation. L'AMF s'interroge dans ce cadre sur les 7.000 stocks options exercés par Maxime Lombardini début juillet pour 1,6 million d'euros. Ce dernier aurait également vendu à cette période 650 actions Iliad pour le compte de sa femme.

"Il n'y a pas eu d'atteinte au fonctionnement du marché, personne n'en a profité, on n'a entendu aucune rumeur avant l'annonce, aucun mouvement anormal observé sur le titre, en volume", a défendu le conseiller d'Iliad Jean-Pierre Martel, devant la Commission. "Je ne me suis absolument pas occupé (du dossier de rachat, NDLR) de T-Mobile", a en outre assuré M. Lombardini, "j'avais beaucoup de travail de communication à réaliser après le retrait d'Orange" de la tentative de rachat de Bouygues Telecom tentée en juin 2014.

Une amende d'un million d'euros a également été requise contre la banque UBS, qui a conseillé le groupe dans l'opération, ainsi que respectivement 400.000 euros et 40.000 euros pour deux de ses salariés, Christian Lesueur et Alexandre Zaluski.

Vers 15h, le titre Iliad, bien orienté dans la matinée, recule légèrement (-0,25%) à 89,12 euros, dans un volume d'échanges relativement nourri (0,25% du tour de table). Celui-ci abandonne plus d'un quart de sa valeur depuis le 1er janvier, notamment en raison de ses comptes annuels, qui ont révélé une perte d'abonnés en France, ce qui a été sanctionné par les marchés.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ILIAD en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+287.90 % vs +6.95 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat