Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

GTT

GTT - FR0011726835 SRD PEA PEA-PME
82.250 € -3.12 % Temps réel Euronext Paris

Gtt : Nouveau record boursier pour GTT, l'équipementier de navires au gaz naturel liquéfié

lundi 20 janvier 2020 à 12h28
Nouveau record boursier pour l'équipementier de navires au gaz naturel liquéfié GTT

(BFM Bourse) - La capitalisation boursière de GTT atteint un nouveau sommet à 3,7 milliards d'euros lundi, le cours atteignant pour la première fois la barre de 100 euros à la faveur du relèvement de l'objectif de cours d'Oddo BHF. L'entrée en vigueur depuis le 1er janvier de nouvelles normes d'émissions pour le transport maritime va par ailleurs doper la technologie de propulsion des navires au GNL.

GTT à plein régime. Le cours de la société d'ingénierie française (détenue à 40% par Engie) a pour la première fois franchi le cap de 100 euros lundi en tout début de séance, et affiche vers 11h30 un gain significatif de 3,58% à 96,85 euros. Le spécialiste mondial des systèmes de confinement à membranes, un technologie équipant les navires méthaniers, également positionné sur le segment de la propulsion -l'utilisation du gaz naturel sous forme liquéfiée (GNL) comme carburant pour tous types de navires- gagne déjà plus de 13% depuis le début de 2020, après voir progressé au cours de chacune des quatre dernières années.

La commande annoncée ce week-end par l'Elysée de deux nouveaux paquebots aux Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire vient à nouveau mettre en lumière la percée du GNL comme le carburant d'avenir pour les navires de gros tonnage (paquebots, porte-conteneurs, vraquiers, etc.). Par rapport au fioul lourd, utilisé depuis des décennies, le GNL carburant n'émet pratiquement pas de dioxyde de soufre et réduit jusqu'à 25% les émissions de CO2, celles d'oxyde d'azote de 80% et de plus de 95% les rejets de particules fines.

Alors que le transport maritime, qui représente pourtant 2,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (soit 940 millions de tonnes de CO2), n'était jusqu'ici que peu contraint, le secteur prend depuis le 1er janvier le virage de la transition environnementale avec l’entrée en vigueur de la réglementation de l'Organisation maritime internationale "2020 Global Sulphur Cap" qui impose une limitation des émissions d’oxyde de soufre à 0,5% (contre 3,5% auparavant) sur l’ensemble des mers du globe.

Nouvelles normes plus strictes à venir

D'autres réglementations sont à venir concernant les émissions d’oxydes d’azote du transport maritime (ici pas moins de 17% des émissions mondiales !), qui seront plus restrictives dans certaines zones fréquentées -mer Baltique, mer du Nord, côtes de l’Amérique du Nord et zone maritime Caraïbes des Etats-Unis- à partir du 1er janvier 2021. L'OMI a également pour projet d’ici 2030 de réduire de 40 % les émissions de CO2 par tonne transportée par navire par rapport à 2008 et de réduire d’ici 2050 le volume total des émissions de CO2 annuelles d’au moins 50 % par rapport à 2008.

Ces réglementations constituent un véritable enjeu environnemental et technique pour les compagnies maritimes qui doivent mettre en place des solutions pour se conformer. Fort de son expertise de premier plan -le groupe équipe les trois quarts des navires transportant le GNL dans le monde- dans le confinement du gaz naturel, réduit au 600e de son volume gazeux sous forme liquéfiée, GTT a adapté ses technologies depuis quelques années, pour répondre à l’enjeu de la propulsion des navires au GNL.

100.000 navires de commerce concernés

Le groupe estime à environ 100. 000 le nombre de navires de commerce qui sont concernés par cette transition écologique et énergétique. GTT accompagne déjà des armateurs, dont notamment le groupe CMA CGM pour la conception des réservoirs des neuf plus gros porte-conteneurs au monde propulsés au GNL. Côté navires de croisière, le Commandant Charcot de Ponant sera également équipé par GTT.

Les fondamentaux sont donc structurellement porteurs pour GTT, avec une hausse attendue de 4 à 5% en moyenne annuelle du marché du GNL d'ici à 2035, note Oddo BHF dans une note publiée lundi matin.

Si 2018 constituait une année record en termes de commandes (équipements de 48 méthaniers), 2019 a largement dépassé ce niveau avec 57 commandes, souligne le bureau d'études. Côté GNL carburant (8 commandes en 2019) "ce n'est que le début de l’histoire pour GTT", indique l'analyste, qui dans une perspective "prudente" envisage à terme "un éventuel doublement de taille" pour l'entreprise.

Compte tenu du profil atypique de GTT, conjuguant visibilité sur les commandes, flexibilité sur les coûts (en partie variables) et structure financière robuste (trésorerie nette), "la valorisation demeure modeste", estime Oddo BHF, relevant son objectif de cours de 102 à 120 euros - hors prise en compte du potentiel GNL carburant pour le moment. Un objectif qui l'amène évidemment à confirmer son conseil d'achat.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur GTT en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.40 % vs -3.60 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat