Bourse > Global bioenergies > Global bioenergies : 'veiller à garder un temps d'avance'.
GLOBAL BIOENERGIESGLOBAL BIOENERGIES ALGBE - FR0011052257ALGBE - FR0011052257
20.050 € +0.75 % Temps réel Euronext Paris
19.960 €Ouverture : +0.45 %Perf Ouverture : 20.080 €+ Haut : 19.900 €+ Bas :
19.900 €Clôture veille : 7 034Volume : +0.21 %Capi échangé : 69 M€Capi. :

Global bioenergies : 'veiller à garder un temps d'avance'.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Marc Delcourt, PDG de Global Bioenergies, spécialisé dans le développement sous licence exclusive d'un procédé de production biologique d'hydrocarbures à partir de ressources renouvelables, répond aux questions de Cercle Finance, après avoir fait part du lancement d'une augmentation de capital par offre au public, dont la période de souscription est ouverte du 21 au 28 juin.

Cercle Finance: Global Bioenergies lance une augmentation de capital: quel but poursuivez-vous? Où en est le procédé de fabrication de l'isobutène et son calendrier. Quelles seront les modalités d'exploitation ?

Marc Delcourt: Cette levée de fonds a un caractère clairement offensif. En effet, nous disposons encore de plus de la moitié des huit millions d'euros levés en 2011, dont 6,6 millions lors de notre introduction en Bourse en juin de l'année dernière, ce qui nous permet d'être confortables pour plus d'un an au rythme de développement actuel.

Ces trois millions d'euros supplémentaires vont cependant nous permettre d'accélérer notre programme isobutène. Nous avons fait la preuve du concept de notre bioprocédé et plus de la moitié du développement du procédé en laboratoire. En parallèle, nous lançons la phase d'industrialisation cet été. En levant des fonds supplémentaires, nous serons en situation d'accélérer le développement du procédé isobutène, et donc de réduire notre 'time to market'.

En même temps, nous souhaitons répliquer dès à présent ce succès à d'autres oléfines. Notre R&D a attiré beaucoup d'attention. Des concurrents potentiels, principalement aux Etats-Unis, observent nos recherches. Même si nous avons protégé notre procédé par un ensemble de brevets, nous devons veiller à garder un temps d'avance sur ce marché qui, je le rappelle, représente 300 milliards de dollars au niveau mondial.

CF: Comment appréhendez-vous les mois qui viennent, de quelle visibilité dispose le groupe?

MD: Le développement d'un procédé de biologie industrielle est maintenant une activité bien balisée. La société a achevé chaque étape selon le planning initial. En 2010, Global Bioenergies a mis au point un premier prototype de son procédé de fabrication d'isobutène biologique. Cet été, en juillet précisément, nous lançons les essais en pilote de laboratoire. En 2013-2014, ce seront les essais en pilote industriel. Enfin, la production d'isobutène biologique à grande échelle débutera en 2017.

CF: Quelles sont vos perspectives financières?

MD: Dans notre business model, il n'est pas prévu d'exploiter le procédé directement, mais de concéder des licences à des industriels exploitants. Nous avons déjà une centaine de discussions actives avec des industriels des domaines des carburants, de la chimie, du sucre... Elles devraient nous permettre de signer des licences d'exploitation définitives à partir de 2014.

Il est prévu qu'une licence soit concédée pour une usine en échange d'un paiement en deux parties: au moment de la construction de l'usine, un paiement fixe de 10 millions d'euros par 100.000 tonnes de capacité, et ensuite des redevances sur l'exploitation comprises entre 2%, pour les carburants, et 5% pour la chimie de commodité.

Notre business model est 'explosif' parce qu'il n'y aura pas de corrélation entre nos coûts opérationnels et les revenus. Avec deux usines signées, nous serons déjà rentables.

A moyen terme, nous voyons un monde industriel bien moins centralisé que celui dans lequel nous vivons aujourd'hui. Une usine de biologie industrielle, installée au centre de son bassin de récolte, produit de l'ordre de 100 mille tonnes par an. Il n'y a plus d'économies d'échelle au-delà, parce que les ressources deviennent trop éloignées. Nous pensons donc qu'il y aura une multitude de petites usines en milieu rural, non délocalisables. Cette vision s'inscrit très bien dans le discours des différents gouvernements, de la réindustrialisation au redressement productif!

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...