Bourse > Genomic vision > Genomic vision : "Nous espérons pouvoir multiplier les partenariats"
GENOMIC VISIONGENOMIC VISION GV - FR0011799907GV - FR0011799907
2.970 € -1.00 % Temps réel Euronext Paris
3.000 €Ouverture : -1.00 %Perf Ouverture : 3.040 €+ Haut : 2.970 €+ Bas :
3.000 €Clôture veille : 1 928Volume : +0.04 %Capi échangé : 13 M€Capi. :

Genomic vision : "Nous espérons pouvoir multiplier les partenariats"

Stéphane Altaba, Genomic VisionStéphane Altaba, Genomic Vision

(Tradingsat.com) - L’action Genomic Vision vient de flamber de 80% en quelques semaines, sous l’effet notamment de l’accord de collaboration annoncé le 23 mai avec le géant pharmaceutique AstraZeneca. Le point avec Stéphane Altaba, vice President du Développement Corporate de la société spécialisée dans le développement de tests de diagnostics.

Tradingsat.com : AstraZeneca va adopter votre plate-forme de peignage moléculaire FiberVision. Qu’est-ce que le peignage moléculaire ?

Stéphane Altaba : Cela consiste à aligner des centaines de génomes, des milliers de longs brins d’ADN sur une lamelle de verre puis de visualiser au moyen de marqueurs d’éventuelles anomalies génétiques et la cinétique de réplication de l’ADN. Ce sont deux propriétés distinctes. D'un côté l'on visualise le génome lui-même grâce à des codes couleurs, d’autre part, l'on observe la réplication, phénomène essentiel dans la division cellulaire et dans le mode d’actions de beaucoup de médicaments anti-cancéreux.

Tradingsat.com : Dans quelle mesure votre technologie peut-elle participer au développement de traitements anti-cancéreux ?

Stéphane Altaba : Elle permet de comprendre si la réplication de la cellule cancéreuse est inhibée ou bien favorisée, ou encore s’il y a beaucoup de sites de réplication, c’est important en oncologie dans la mesure où beaucoup d’anticancéreux visent à inhiber la croissance de la tumeur. Ces produits essaient de faire en sorte que les cellules cancéreuses ne se divisent pas, or la réplication de l’ADN est une des premières étapes de la division cellulaire.

Tradingsat.com : Vous parlez d’accélération du processus de sélection et d’optimisation de composés à fort potentiel.

Stéphane Altaba : La première volonté d’AstraZeneca est en effet d’optimiser la sélection de composés anti-cancéreux, en déterminant par exemple lequel permet d’avoir une action la plus marquée sur la réplication. Mais le peignage moléculaire pourrait aussi aider à comprendre les phénomènes de résistance aux traitements, toujours par visualisation de la réplication. On cherche à comprendre les mécanismes que les cellules cancéreuses mettent en œuvre pour s’adapter et survivre à certaines chimiothérapies.

Tradingsat.com : Pourquoi avoir signé avec AstraZeneca, et pas un autre laboratoire ?

Stéphane Altaba : Ils nous ont contactés. AstraZeneca était très intéressé par notre technologie, avec un désir de se l’approprier et de la comprendre, et de ne pas se limiter à un simple contrat de services. Nous nous sommes donnés un an pour voir ce qu’il est possible de développer ensemble. Avec l’idée en ce qui nous concerne de peut-être, à terme, nous intégrer dans la chaîne de valeur de l’industrie pharmaceutique en participant au développement clinique de nouveaux médicaments.

Tradingsat.com : Quelle est le modèle économique de Genomic Vision ?

Stéphane Altaba : Genomic Vision s’est introduite en Bourse en 2014 avec une stratégie basée sur les tests de diagnostic des maladies génétiques et des cancers, et notamment autour d’un partenariat avec Quest, qui est leader du marché du diagnostic en laboratoire aux Etats-Unis. En 2016, nous avons défini que la valeur ajoutée de notre technologie ne se limitait pas aux tests de diagnostic mais qu’elle pouvait contribuer dans le développement des sciences de la vie sur toute la chaîne, de la recherche académique aux acteurs industriels de la pharmacie et de l’édition du génome. Le partenariat avec AstraZeneca s’inscrit complètement dans ce cadre. Nous souhaitons signer d’autres accords de ce type avec d’autres sociétés pharmaceutiques, qui travaillent notamment sur des inhibiteurs du cycle cellulaire. En permettant de visualiser la coupure d’un gène, notre technologie pourrait aussi devenir la référence dans le contrôle qualité de l’édition du génome. Nous sommes actuellement en discussion avec des sociétés leaders dans ce domaine sur des programmes de recherche et des collaborations.

Tradingsat.com : Vous avez publié début mai des résultats prometteurs dans le dépistage du cancer du col de l’utérus. Quelles sont les prochaines étapes ?

Stéphane Altaba : Ces résultats préliminaires nous permettent d’avoir de bons espoirs sur la pertinence de l’intégration du virus HPV comme un indicateur de la progression des lésions précancéreuses et leur degré de sévérité. Si les résultats finaux confirment nos hypothèses, ce serait un nouveau paradigme dans le dépistage du cancer. Il s'agit donc d'un projet ambitieux, dont il faudra assurer la promotion auprès des gynécologues et des médecins généralistes, et que nous ne pourrons pas mener à terme seul. Nous poursuivons pour l’instant l’essai clinique et l’on peut tout à fait envisager un partenariat à moyen terme.

Tradingsat.com : Quels seront les autres moments clés à surveiller concernant Genomic Vision cette année ?

Stéphane Altaba : Nous espérons d’ici la fin de l’année pouvoir multiplier ces partenariats, que ce soit avec l’industrie pharmaceutique, les sociétés spécialisées dans l’édition génomique, voire avec les sociétés agrochimiques. Et, par ailleurs, nous confirmons notre ambition de doubler nos ventes de produits et services en 2017 par rapport à l’année passée.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI